Images de page
PDF
ePub

D. JUAN, faisant signe à Sganarelle d'approcher.
Allons, parle donc à madame.

SGANARELLE, bas , à don Juan.
Que voulez-vous que je dise?

D. ELVIRE. Approchez, puisqu'on le veut ainsi , et me dites un peu les causes d'un départ si prompt.

D. JUAN.
Tu ne répondras pas ?

SGANARELLE, bas, à don Juan. Je n'ai rien à répondre. Vous vous moquez de votre serviteur.

D. JUAN.
Veux-tu répondre , te dis-je ?

[graphic]

Quoi ?

SGA NARELLE, se tournant vers son maître. Monsieur.

D. JUAN, en le menaçant. Si....

SGAN ARELLE. Madame, les conquérans, Alexandre et les autres mondes, sont cause de notre départ. Voilà monsieur, tout ce que je puis dire.

D. ELVIRE. Vous plaît-il, don Juan, nous éclaircir ces beaux mystères ? III.

14

[graphic]

tif de conscience, et pour ne croire pas qu'avec vous davantage je puisse vivre sans péché. Il m'est venu des scrupules, madame, et j'ai ouvert les

yeux

de l'âme sur ce que je faisois. J'ai fait réflexion que, pour vous épouser, je vous ai dérobée à la clôture d'un couvent, que vous avez rompu des voeux qui vous engageoient autre part, et que le ciel est fort jaloux de ces sortes de choses. Le repentir m'a pris, et j'ai craint le courroux céleste. J'ai cru que notre mariage n'étoit qu'un adultère déguisé, qu'il nous attireroit quelque disgrâce d'en haut; et qu'enfin, je devois tâcher de vous oublier, et vous donner moyen de retourner à vos premières chaînes. Voudriez-vous, madame, vous opposer à une si sainte pensée, et que j'allasse , en vous retenant, me mettre le ciel sur les bras? Que par....

D. ELVIRE. Ah , scélérat! c'est maintenant que je te connois tout entier; et, pour mon malheur, je te connois lorsqu'il n'en est plus temps, et qu'une telle connoissance ne peut plus me servir qu'à me désespérer; mais sache que ton crime ne demeurera pas impuni, et que le même ciel dont tu te joues me saura venger de ta perfidie.

[graphic]

sur de tels sujets, un noble caur, au premier mot , doit prendre son parti. N'attends pas que j'éclate ici en reproches et en injures; non, non, je n'ai point un courroux à s'exhaler en paroles vaines, et toute sa chaleur se réserve pour sa vengeance. Je te le dis encore, le ciel te punira , perfide, de l'outrage que tu me fais ; et, si le ciel n'a rien que tu puisses appréhender, appréhende du moins la colère d'une femme offensée.

SCÈNE IV.
DON JUAN, SGANARELLE.

[graphic]

SGANARELLE, à part. Si le remords le pouvoit prendre !

D. JUAN, après un moment de réflexion. Allons songer

à l'exécution de notre entreprise amoureuse.

SGANARELLE, seal. Ah! quel abominable maître me vois-je obligé de

!

ACTE II.

SCÈNE I.

[graphic]

No TR

TRE dinse, Piarrot, tu t'es trouvé là bien à point.

Parguienne, il ne s'en est pas fallu l'époisseur d'une éplingue, qu'ils ne se sayant nayés tous deux.

CHARLOTTE. C'est donc le coup de vent d'à matin qui les avoit renvarsés dans la mar?

PIERROT.

Aga, quien, Charlotte , je m'en vas te conter tout fin droit comme cela est venu; car, comme dit l'autre, je les ai le premier avisés , avisés le premier je les ai. Enfin donc j'étions sur le bord de la mar, moi et le gros Lucas, et je nous amusions à batifoler avec des mottes de tarre que je nous jesquions à la tête; car, comme tu sais bian, le gros

Lucas aime à batifoler, et moi, parfouas, je batifole itou. En batifolant donc, pisque batifoler y a , j'ai aperçu de tout loin queuque chose qui grouilloit dans

« PrécédentContinuer »