Images de page
PDF
ePub

Ventreguienne ça n'est pas bian, après tout; et t’es
froide
pour

les
gens.

CHARLOTTE. Que veux-tu que j'y fasse ? C'est mon himeur, et je ne me pis refondre.

PIERROT.

Ignia himeur qui tienne. Quand en a de l'amiquié pour

les parsonnes, l'en en baille toujou queuque petite signifiance.

CHARLOTTE.

Enfin, je t'aime tout autant que je pis, et si tu n'es pas content de ça, tu n'as qu'à

tu n'as qu'à en aimer

aimer queuque

autre.

PIERROT.

Eh bian, vlà pas mon compte ? Tétigué, si tu m’aimois, me dirois-tu ça ?

CHARLOTTE.
Pourquoi me viens-tu aussi tarabuster l'esprit ?

PIERROT.

Morgué, queu mal te fais-je ? Je ne te demande qu’un peu d'amiquié.

CHARLOTTE.

Eh bian, laisse faire aussi , et ne me presse point tant. Peut-être que ça viendra tout d'un coup sans y songer.

PIERROT.
Touche donc là, Charlotte. .

CHARLOTTE, donnant sa main.
Eh bian, quien

PIERROT.

Promets-moi donc que tu tâcheras de m'aimer davantage.

CHARLOTTE.

J'y ferai tout ce que je pourrai , mais il faut que ça vienne de lui-même. Piarrot, est-ce là ce monsieu ?

PIERROT.

Oui, le vlà.

CHARLOTTE.

Ah, mon guieu, qu'il est genti, et que c'auroit été dommage qu'il eût été nayé !

PIERROT.

Je revians tout à l'heure; je m'en vas boire chopaine , pour me rebouter tant soit peu de la fatigue que j'ais eue.

SCÈNE II.

DON JUAN, SGANARELLE; CHARLOTTE,

dans le fond du théâtre.

D. JUAN.

Nous avons manqué notre coup, Sganarelle, et cette bourasque imprévue a renversé avec notre barque le projet que nous avions fait ; mais , à te dire vrai , la paysanne que je viens de quitter répare ce malheur, et je lui ai trouvé des charmes qui effacent de mon esprit tout le chagrin que me donnoit le mauvais succès de notre entreprise. Il ne faut pas que ce cour m'échappe, et j'y ai déjà jeté des

[graphic]

CHARLOTTE.

Oui, monsieu.

D. JUAN.
Vous vous appelez?

CHARLOTTE.
Charlotte , pour vous servir.

D. JUAN Ah, la belle personne ! et que ses yeux sont pénétrans!

CHARLOTTE.
Monsieu, vous me rendez toute honteuse.

D. JUAN. Ah, n'ayez point de honte d'entendre dire vos vérités. Sganarelle, qu'en dis-tu ? Peut-on rien voir de plus agréable? Tournez-vous un peu, s'il vous plaît. Ah, que cette taille est jolie ! Haussez un peu la tête, de grâce. Ah, que ce visage est mignon! Ouvrez vos yeux entièrement. Ah, qu'ils sont beaux! Que je voie un peu vos dents, je vous prie. Ah, qu'elles sont amoureuses, et ces lèvres appétissantes! Pour moi, je suis ravi, et je n'ai jamais vu une si charmante personne.

CHARLOTTE. Monsieu , cela vous plaît à dire, et je ne sais pas si c'est pour vous railler de moi.

D. JUAN Moi, me railler de vous, Dieu m'en garde! Je vous aime trop pour cela, et c'est du fond du coeur que je vous parle.

[graphic]
[merged small][graphic][subsumed]
« PrécédentContinuer »