Images de page
PDF
ePub

MATHURINE. : Vous êtes témoin comme al l'assure.

D. JUAN, bas, à Matharine. Laisse-la dire.

CHARLOTTE.
Non, non, il faut savoir la vérité.

MATHURIN E.
Il est question de juger ça.

CHARLOTTE. Oui, Mathurine, je veux que monsieu vous montre votre bec jaune.

MAT AURIN E. Oui, Charlotte, je veux que monsieu vous rende un peu camuse.

CHARLOTTE. Monsieu, videz la querelle, s'il vous plaît.. .

MATHURIN E. Mettez-nous d'accord, monsieu.

CHARLOTTE, à Mathurine. Vous allez voir. '

MATHƯRINE, à Charlotte. Vous allez voir vous-même.

CHARLOTTE, à don Juan.
Dites.

MATHURINE, à don Jaan.
Parlez.

D. JUAN Que voulez-vous que je dise ? Vous soutenez également toutes deux que je vous ai promis de vous prendre pour femmes. Est-ce que chacune de vous

[graphic]

courir à votre malheur. Croyez-moi l'une et l'autre, ne vous amusez point à tous les contes qu'on vous fait, et demeurez dans votre village.

SCÈNE VII.
DON JUAN, CHARLOTTE, MATHURINE,

· SGANARELLE.

D. JUAN, dans le fond du théâtre, à part. Je voudrois bien savoir pourquoi Sganarelle ne me suit pas.

SGANARELLES , Mon maître est un fourbe , il n'a dessein que de vous abuser, et en a bien abusé d'autres ; c'est l'épouseur du genre humain, et.... (apercevant don Juan.) Cela est faux, et quiconque vous dira cela, vous lui devez dire qu'il en a menti. Mon maître n'est point l'épouseur du genre humain, il n'est point fourbe; il n'a pas dessein de vous tromper, et n'en a point abusé d'autres. Ah! tenez, le voilà, demandez - le plutôt à lui-même. D. JUAN, regardant Sganarelle, et le soupçonnant d'avoir parlé. Qui?

SGANARELL E. Monsieur, comme le monde est plein de médisans, je vais au-devant des choses; et je leur disois que, si quelqu'un leur venoit dire du mal de vous, elles se gardassent bien de le croire, et ne manquassent pas de lui dire qu'il en auroit menti.

D. JUAN.
Sganarelle.

[graphic]

SGANARELLE, à Charlotte et à Mathurine." Oui, monsieur est homme d'honneur, je le garantis tel.

1 D. JUAN. Hon.

SGANARELLE. Ce sont des impertinens.

SCÈNE VIII. DON JUAN, LA RAMÉE, CHARLOTTE,

MATHURINE, SGANARELLE.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

LA RAMÉE, bas, à don Jaan. MONSIEUR, je viens vous avertir qu'il ne fait pas bon ici pour vous.

the D. JUAN. Comment 3 !! : white me

i netes LA RAMÉ E. Douze hommes à cheval vous cherchent, qui doivent arriver ici dans un moment; je ne sais pas par quel moyen ils peuvent vous avoir suivi; mais j'ai appris cette nouvelle d'un paysan qu'ils ont interrogé, et auquel ils vous ont dépeint. L'affaire presse; et le plus tôt que vous pourrez sortir d'ici sera le meilleur.

SCÈNE IX.

DON JUAN, CHARLOTTE, MATHURINE,

SGANARELLE.

[ocr errors]

D. JUAN, à Charlotte et à Matharine. Une affaire pressante m'oblige de partir d'ici; mais je vous prie de vous ressouvenir de la parole que je vous ai donnée, et de croire que vous aurez de mes nouvelles avant qu'il soit demain au soir.

SCÈNE X.
DON JUAN, SGANARELLE.

D. JUAN. Comme la partie n'est pas égale, il faut user de stratagème, et éluder adroitement le malheur qui me cherche. Je veux que Sganarelle se revête de mes habits, et moi....

SGANARELLE. Monsieur, vous vous moquez. M'exposer à être tué sous vos habits , et.... nd :13:7 it, i') 203 88014

D. JUAN. Allons vite; c'est trop d'honneur que je vous fais; et bien heureux est le valet qui peut avoir la gloire de mourir pour son maître.,

SGANARELLE. Je vous remercie d'un tel honneur. (seul.) O ciel, puisqu'il s'agit de mort, fais-moi la grâce de n'être point pris pour un autre !

FIN DO SECOND ACTE.

« PrécédentContinuer »