Images de page
PDF
ePub

faire éclater aux yeux du monde un soudain changement de vie, réparer par là le scandale de mes actions passées, et m'efforcer d'en obtenir du ciel une pleine rémission. C'est à quoi je vais travailler; et je vous prie, monsieur, de vouloir bien contribuer à ce dessein , et de m'aider vous-même à faire choix d'une personne qui me serve de guide, et sous la conduite de qui je puisse marcher sûrement dans le chemin où je m'en vais entrer.

D. LOUIS.

Ah, mon fils !

que la tendresse d'un père est aisément rappelée, et que les offenses d'un fils s'évanouissent vite au moindre mot de repentir ! Je ne me souviens plus déjà de tous les déplaisirs que vous m'avez donnés, et tout est effacé par les paroles que vous venez de me faire entendre. Je ne me sens. pas, je l'avoue ; je jette des larmes de joie, tous mes væux sont satisfaits , et je n'ai plus rien désormais à demander au ciel. Embrassez-moi, mon fils; et persistez, je vous conjure , dans cette louable pensée. Pour moi , j'en vais, tout de ce pas, porter l'heureuse nouvelle à votre mère, partager avec elle les doux transports du ravissement où je suis , et rendre grâces au ciel des saintes résolutions qu'il daigné vous inspirer.

&

b

SCÈNE II.

DON JUAN, SGANARELLE.

SGANARELLE.

Ah, monsieur, que j'ai de joie de vous voir converti ! Il y a long-temps que j'attendois cela ; et voilà , grâces au ciel, tous mes souhaits accomplis.

D. JUAN.

La peste, le benêt !

SGA NARELLE. Comment, le benêt ?

D. JUAN.

Quoi ! tu prends pour de bon argent ce que je viens de dire, et tu crois que ma bouche étoit d'accord avec mon coeur?

SGANAR ELLE.

Quoi ! ce n'est pas.... vous ne.... votre.... (à part.) Oh! quel homme! quel homme! quel homme!

D. JUAN.

Non, non, je ne suis point changé, et mes sentimens sont toujours les mêmes.

S GANARELLE. Vous ne vous rendez pas à la surprenante merveille de cette statue mouvante et parlante ?

D. JUAN.

а

Il

у bien quelque chose là-dedans que je ne comprends pas; mais, quoi que ce puisse être, cela n'est pas capable, ni de convaincre mon esprit, ni d'é

branler mon âme; et si j'ai dit que je voulois corriger ma conduite, et me jeter dans un train de vie exemplaire, c'est'un dessein que j'ai formé par pure politique, un stratagème utile, une grimace nécessaire où je veux me contraindré, pour ménager un père dont j'ai besoin, et me mettre à couvert,

du côté des hommes, de cent fâcheuses aventures qui pourroient m'arriver. Je veux bien, Sganarelle, t'en faire confidence, et je suis bien aise d'avoir un témoin des véritables motifs qui m'obligent à faire les choses.

SGANARELLE.

Quoi! toujours libertin et débauché, vous voulez cependant vous ériger en homme de bien ?

D. JUAN.

Et pourquoi non ? Il y en a tant d'autres comme moi qui se mêlent de ce métier , et qui se servent du même masque pour abuser le monde !

SGANARELLE, à part.
Ah! quel homme! quel homme!

D. JUAN.

Il n'y a plus de honte maintenant à cela : l'hypocrisie est un vice à la mode, et tous les vices à la mode passent pour vertus. La profession d'hypocrite a de merveilleux avantages. C'est un art de qui l'imposture est toujours respectée; et, quoiqu'on la découvre, on n'ose rien dire contre elle. Tous les autres vices des hommes sont exposés à la censure, et chacun a la liberté de les attaquer hautement; mais l'hypocrisie est un vice privilégié, qui, de sa main, ferme la bouche à tout le monde, et jouit en repos d'une impunité souveraine. On lie, à force de grimaces, une société étroite avec tous les gens du parti. Qui en choque un, se les attire tous sur les bras ; et ceux que l'on sait même agir de bonne foi là-dessus, et que chacun connoît pour être véritablement touchés, ceux-là, dis-je, sont le plus souvent les dupes des autres; ils donnent bonnement dans le panneau des grimaciers, et appuient aveuglément les singes de leurs actions. Combien crois-tu que j'en connoisse, qui, par ce stratagème, ont rhabillé adroitement les désordres de leur jeunesse, et, sous un dehors respecté, ont la permission d'être les plus méchans hommes du monde ? On a beau savoir leurs intrigues, et les connoître pour ce qu'ils sont, ils ne laissent pas pour cela d'être en crédit parmi les gens; et quelque baissement de tête, un soupir mortifié, et deux roulemens d'yeux rajustent dans le monde tout ce qu'ils peuvent faire. C'est sous cet abri favorable que je veux mettre en sûreté mes affaires. Je ne quitterai point mes douces habitudes, mais j'aurai soin de ine cacher, et me divertirai à petit bruit. Que si je viens à être découvert, je verrai, sans me remuer, prendre mes intérêts à toute ma cabale, et je serai défendu

par

elle envers et contre tous. Enfin, c'est là le vrai moyen de faire impunément tout ce que je voudrai. Je m'érigerai en censeur des actions d'autrui, jugerai mal de tout le monde, et n'aurai bonne opinion que de moi. Dès qu'une fois on m'aura chofué tant soit peu, je ne pardonnerai jamais , et garderai, tout doucement, une haine irréconciliable. Je serai le vengeur de la vertu opprimée; et, sous ce prétexte commode, je pousserai mes ennemis, je les accuserai d'impiété, et saurai déchaîner contre eux des zélés indiscrets, qui, sans connoissance de cause, crieront contre eux , qui les accableront d'injures, et les damneront hautement de leur autorité privée. C'est ainsi qu'il faut profiter des foiblesses des hommes , et qu'un sage esprit s’accommode aux vices de son siècle.

SGANARELL E.

O ciel, qu'entends-je ici! Il ne vous manquoit plus que d'être hypocrite pour vous achever de tout point, et voilà le comble des abominations. Monsieur, cette dernière-ci m'emporte, et je ne puis m'empêcher de parler. Faites-moi tout ce qu'il vous plaira, battez-moi, assommez-moi de coups, tuezmoi si vous voulez; il faut que je décharge mon cour, et qu'en valet fidèle, je vous dise ce que je dois. Sachez, monsieur, que tant va la cruche à l'eau , qu'enfin elle se brise; et, comme dit fort bien cet auteur que je ne connois pas, l'homme est, en ce monde, ainsi que l'oiseau sur la branche; la branche est attachée à l'arbre; qui s'attache à l'arbre suit de bons préceptes; les bons préceptes valent mieux que les belles paroles, les belles paroles se trouvent à la cour, à la cour sont les courtisans, les courtisans suivent la mode , la mode vient de la fantaisie, la fantaisie est une faculté de l'âme , l'âme est

« PrécédentContinuer »