Images de page
PDF
ePub

· PHILINTE. Mais, sérieusement, que voulez-vous qu'on fasse?

ALCESTE. Je veux qu'on soit sincère, et qu'en homme d'honneur On ne lâche aucun mot qui ne parte du cour.

PHILINTE. Lorsqu'un homme vous vient embrasser avec joie, Il faut bien le payer de la même monnoie, Répondre, comme on peut, à ses empressemens, Et rendre offre pour offre, et sermens pour sermens.

ETTER ALCESTE. Non, je ne puis souffrir cette lâche méthode Qu’affectent la plupart de vos gens à la mode; Et je ne hais rien tant que les contorsions De tous ces grands faiseurs de protestations, Ces affables donneurs d'embrassades frivoles, Ces obligeans diseurs d'inutiles paroles, Qui de civilités avec tous font combat, Et traitent du même air l'honnête homme et le fat. Quel avantage a-t-on qu'un homme vous caresse, Vous jure amitié, foi, zèle, estime, tendresse, Et vous fasse de vous un éloge éclatant, a Lorsqu'au premier faquin il court en faire autant? Non, non, il n'est point d'âme un peu bien située, Qui veuille d'une estime ainsi prostituée; Et la plus glorieuse a des régals peu chers, Dès qu'on voit qu'on nous mêle avec tout l'univers : Sur quelque préférence une estime se fonde, Et c'est n'estimer rien, qu'estimer tout le monde. Puisque vous y donnez, dans ces vices du temps, 4

[graphic]

Morbleu! vous n'êtes pas pour être de mes gens ;
Je refuse d'un coeur la vaste complaisance
Qui ne fait de mérite aucune différence;
Je veux qu'on me distingue; et, pour le trancher net,
L'ami du genre humain n'est point du tout mon fait.

PHILINTE..
Mais, quand on est du monde, il faut bien que l'on rende
Quelques dehors civils que l'usage demande.

ALCESTE. Non, vous dis je: on devroit châtier sans pitié Ce commerce honteux de semblant d'anitié. Je veux que l'on soit homme, et qu'en toute rencontre Le fond de notre cour dans nos discours se montre, Que ce soit lui qui parle, et que nos sentimens Ne se masquent jamais sous de vains complimens.

PHILINTE. Il est bien des endroits où la pleine franchise Deviendroit ridicule, et seroit peu permise; Et parfois, n'en déplaise à votre austère honneur, Il est bon de cacher ce qu'on a dans le cæur. Seroit-il à propos , et de la bienséance, De dire à mille gens tout ce que d'eux on pense ? Et quand on a quelqu'un qu'on hait, ou qui déplaît, Lui doit-on déclarer la chose comme elle est ?

A LCESTE.
Oui.

PHILINTE.
Quoi ! vous iriez dire à la vieille Émilie,
Qu'à son âge il sied mal de faire la jolie,
Et que le blanc qu'elle a scandalise chacun?

ALCESTE. Sans doute.

PHILINTE

A Dorilas, qu'il est trop importun,
Et qu'il n'est, à la cour, oreille qu'il ne lasse
A conter sa bravoure et l'éclat de sa race?

ALCESTE.
Fort bien.

PHILINTE.
Vous vous moquez.
• ALCESTE.

Je ne me moque point,
Et je vais n'épargner personne sur ce point.
Mes yeux sont trop blessés, et la cour et la ville
Ne m'offrent rien qu'objets à m'échauffer la bile;
J'entre en une humeur noire, en un chagrin profond,
Quandje vois vivre entre eux les hommes comme ils font;
Je ne trouve partout que lâche flatterie,
Qu'injustice, intérêt, trahison, fourberie;
Je n'y puis plus tenir, j'enrage, et mon dessein
Est de rompre en visière à tout le genre humain.

PHILINTE
Ce chagrin philosophe est un peu trop sauvage.
Je ris des noirs accès où je vous envisage;
Et crois voir en nous deux ', sous mêmes soins nourris,
Ces deux frères que peint l'École des Maris,
Dont....

ALCESTE.
Mon Dieu , laissons là vos comparaisons fades.

PHILINTE.
Non : tout de bon, quittez toutes ces incartades;

Le monde par vos soins ne se changera pas :
Et puisque la franchise a pour vous tant d'appas,
Je vous dirai tout franc, que cette maladie,
Partout où vous allez, donne la comédie;
Et qu’un si grand courroux contreles moeurs du temps,
Vous tourne en ridicule auprès de bien des gens.

ALCESTE.
Tant mieux , morbleu! tant mieux, c'est ce que je demande;
Ce m'est un fort bon signe, et ma joie en est grande.
Tous les hommes me sont à tel point odieux,
Que je serois fâché d'être sage à leurs yeux.

PHILINTE.
Vous voulez un grand mal à la nature humaine.

ALCESTE
Oui, j'ai conçu pour elle une effroyable haine.

PHILINTE.
Tous les pauvres mortels, sans nulle exception,
Seront enveloppés dans cette aversion?
Encore en est-il bien, dans le siècle où nous sommes....

ALCESTE.
Non, elle est générale, et je hais tous les hommes ;
Les uns, parce qu'ils sont méchans et malfaisans,
Et les autres, pour être aux méchans complaisans,
Et n'avoir pas pour eux ces haines vigoureuses
Que doit donner le vice aux âmes vertueuses.
De cette complaisance on voit l'injuste excès
Pour le franc scélérat avec qui j'ai procès.
Au travers de son masque on voit à plein le traître,
Partout il est connu pour tout ce qu'il peut être;
Et ses roulemens d'yeux, et son ton radouci, :

[graphic]

N'imposent qu'à des gens qui ne sont point d'ici. 15 .
On sait que ce pied-plat, digne qu'on le confonde,
Par de sales emplois s'est poussé dans le monde,
Et que par eux son sort, de splendeur revêtu,
Fait gronder le mérite, et rougir la vertu; p isil
Quelques titres honteux qu'en tous lieux on lui donne,
Son misérable honneur ne voit pour lui personne;
Nommez-le fourbe, infâme, et scélérat maudit,s 1,
Tout le monde en convient, et nul n'y contredit;
Cependant sa grimace est partout bien venue, som u
On l'accueille, on lui rit, partout il s'insinue;
Et s'il est, par la brigue, un rang à disputer,
Sur le plus honnête homme on le voit l'emporter.
Têtebleu! ce me sont de mortelles blessures, fa 10
De voir qu'avec le vice on garde des mesures; -90)
Et parfois il me prend des mouvemens soudains
De fuir dans un désert l'approche des humains.

PHILINTE
Mon Dieu ! des moeurs du temps mettons-nous moins en peine,
Et faisons un peu grâce à la nature humaine ; D
Ne l'examinons point dans la grande rigueur,
Et voyons ses défauts avec quelque douceur. Toy 9
Il faut, parmi le monde, une vertu traitable; 909
A force de sagesse, on peut être blâmable; at a
La parfaite raison fuit toute extrémité,
Et veut que l'on soit sage avec sobriété. ner or at
Cette grande roideur des vertus des vieux âges us
Heurte trop notre siècle et les communs usages;
Elle veut aux mortels trop de perfection :
Il faut fléchir au temps sans obstination;

[graphic]
« PrécédentContinuer »