Images de page
PDF
ePub

temps ; et c'est tout ce que vous pourriez faire de la croire, si je vous l'avois dite moi-même.

ARISTOMÈNE. Madame, si j'ai été trop prompt à me persuader....

LA PRINCESSE.

De grâce, prince, brisons là de discours; et, si vous voulez m'obliger, souffrez que je puisse jouir de deux momens de solitude.

SCÈNE V.

LA PRINCESSE, AGLANTE, MORON.

LA PRINCESSE.

Ah! qu'en cette aventure, le ciel me traite avec une rigueur étrange ! Au moins, princesse, souvenez-vous de la prière que je vous ai faite.

A GLANTE.

Je vous l'ai dit déjà , madame, il faut vous obéir.

SCÈNE VI.

LA PRINCESSE, MORON.

MORON.

Mais, madame, s'il vous aimoit, vous n'en voudriez point , et cependant vous ne voulez pas qu'il soit à une autre. C'est faire justement comme le chien du jardinier.

LA PRINCESSE.

Non, je ne puis souffrir qu'il soit heureux avec une autre; et, si la chose étoit, je crois que j'ai mourrois de déplaisir.

MORON.

Ma foi, madame, avouons la dette. Vous voudriez qu'il fût à vous; et, dans toutes vos actions, il est aisé de voir vous aimez un peu ce jeune prince.

que

1

LA PRINCESSE.

Moi, je l'aime ? O ciel ! je l'aime? Avez-vous l'insolence de prononcer ces paroles ? Sortez de ma vue, impudent , et ne vous présentez jamais devant moi.

MORON.
Madame....

LA PRINCESSE.
Retirez-vous d'ici , vous dis-je, ou je vous en ferai
retirer d'une autre manière.

MORON, bas, à part. Ma foi, son cæur en a sa provision, et.... ( Il rencontre un regard de la Princesse, qui l'oblige à se retirer.)

[ocr errors]

SCÈNE VII.

LA PRINCESSE, seule.

De quelle émotion inconnue sens-je mon coeur atteint ? et quelle inquiétude secrète est venue troubler tout d'un coup la tranquillité de mon âme? Ne seroit-ce point aussi ce qu'on vient de me dire ? et sans en rien savoir , n'aimerois-je point ce jeune prince ? Ah! si cela étoit, je serois personne à me désespérer ! mais il est impossible que cela soit , et je vois bien que je ne puis pas l'aimer. Quoi! je serois capable de cette lâcheté? J'ai vu toute la terre à mes pieds avec la plus grande insensibilité du monde ; les respects, les hommages et les soumis

sions n'ont jamais pu toucher mon âme, et la fierté et le dédain en auroient triomphé? J'ai méprisé tous ceux qui m'ont aimée, et j'aimerois le seul qui me méprise ? Non, non, je sais bien que je ne l'aime pas. Il n'y a pas de raison à cela. Mais si ce n'est pas de l'amour que ce que je sens maintenant, qu'est-ce donc que ce peut être ? et d'où vient ce poison qui me court par toutes les veines, et ne me laisse point en repos avec moi-même ? Sors de mon coeur, qui que tu sois, ennemi qui te caches ; attaque-moi visiblement, et deviens à mes yeux la plus affreuse bête de tous nos bois, afin que mon dard et mes flèches me puissent défaire de toi.

FIN DU QUATRIÈME ACTE.

QUATRIÈME INTERMÈDE.

SCÈNE I.

LA PRINCESSE, seule. O vous, admirables personnes, qui, par la douceur de vos chants, avez l'art d'adoucir les plus fâcheuses inquiétudes, approchez-vous d'ici, de, grâce , et tâchez de charmer, avec votre musique, le chagrin où je suis.

SCÈNE II.
LA PRINCESSE, CLIMÈNE, PHILIS.

CLIMÈ N E chante.
CHÈRE Philis , dis-moi, que crois-tu de l'amour?

PHILIS chante.
Toi même, qu'en crois-tu, ma compagne fidèle ?

CLIMÈNE.
On m'a dit que sa flamme est pire qu’un vautour,
Et qu'on souffre, en aimant, une peine cruelle.

PHILIS.

On m'a dit qu'il n'est point de passion plus belle,
Et que ne pas aimer, c'est renoncer au jour,

CLIMÈNE.
A qui des deux donnerons-nous victoire?

PHILIS.

Qu'en croirons-nous, ou le mal, ou le bien ?

TOUTES DEUX ENSEMBLE.

Aimons, c'est le vrai moyen
De savoir ce qu'on en doit croire.

PHILIS.
Cloris vante partout l'amour et ses ardeurs.

CLIMÈNE.
Amarante

pour
lui verse en tous lieux des larmes.

PHILIS.
Si de tant de tourmens il accable les cæurs,
D'où vient qu'on aime à lui rendre les armes ?

CLIMÈNE. Si sa flamme, Philis, est si pleine de charmes, Pourquoi nous défend-on d'en goûter les douceurs ?

PIILIS.

A qui des deux donnerons-nous victoire?

CLIMÈNE.
Qu'en croirons-nous, ou le mal, ou le bien?

TOUTES DEUX ENSEMBLE.

Aimons, c'est le vrai moyen
De savoir ce qu'on en doit croire.

LA PRINCESSE.

Achevez seules, si vous voulez. Je ne saurois demeurer en repos, et quelque douceur qu'aient vos chants, ils ne font que redoubler mon inquiétude.

FIN DU QUATRIÈME INTERMÈ DE.

« PrécédentContinuer »