Nouvelle collection des mémoires pour servir a l'histoire de France: depuis le XIIIe siècle jusqu'à la fin du XVIIIe; précédés de notices pour caractériser chaque auteur des mémoires et son époque; suivis de l'analyse des documents historiques qui s'y rapportent

Couverture
Joseph Fr. Michaud, Jean Joseph François Poujoulat
Éditeur du Commentaire analytique du Code civil, 1839
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 404 - A tant, très hault, très excellent et très puissant prince, nostre très cher et très amé bon frère et cousin, nous prions le Créateur vous donner sa saincte grâce.
Page 257 - CHARLES, par la grâce de Dieu, roy de France, à tous ceux qui ces présentes lettres verront, salut. Comme...
Page 325 - Et pour ce que de ces présentes l'on pourra avoir affaire en plusieurs et divers lieux, Nous voulons que au vidimus d'icelles , faict soulz seel royal, foy soit adjoustée comme à ce présent original.
Page 149 - ... la position des Italiens, que celle-ci était entièrement évacuée. La disparition des ennemis fut pour lui une satisfaisante et complète surprise, car la veille même il avait écrit au cardinal, son frère : < Ne me chantez plus par vos lettres que l'em...
Page 327 - ... qu'après avoir fait tout ce que les hommes peuvent faire, Dieu feroit le reste, et, l'ayant auparavant tant favorisé, ne l'abandonneroit pas en cette necessité, comme bientost il en montra de grands et evidens signes.
Page 178 - En tesmoing de quoy nous avons signé ces présentes de nostre main et à icelles faict mectre et apposer nostre scel. — Donné au camp de Marolles, le xxv" jour de Juing, l'an de grâce mil cinq cens quarante-trois et de nostre règne le vingt-neufviesmes.
Page 399 - Dieu, très hault, très excellent et très puissant prince, nostre très cher et très amé bon frère et cousin, vous avoir en sa saincte et digue garde.
Page 127 - ... et m'en pourray encor servir. Vous pouvant asseurer, Sire, que la faulte ne vient pas de les tropt charger; mais elles sont sy mal fondues, et de matière sy aigre , qu'elles ne peuvent endurer sy peu de charge quelles ne s'ouvrent ou rompent, et serois très aise, Sire , que le fondeur duquel il vous a pieu m'escrire, par vostre lettre du 24 du passé, fut jà arrivé icy pour nous ayder à les fondre.
Page 429 - France , maréchaux et maîtres de nos camps et armées , capitaines chefs et conducteurs de nos gens de guerre tant de cheval que de pied, de quelque...
Page 483 - Bible dont on usoit es prédications; et le duc, la tenant entre ses mains, appela son frère le cardinal et luy dit : Tenez, mon frère, voyez le titre des livres de ces huguenots. Le cardinal le voyant dit : II n'ya point de mal en cecy, car c'est la Bible et la Sainte Escriture. Le duc, se sentant confus de ceste parole, entra en plus grand' rage que paravant, et dit : Comment sangdieu, la Saincte Escriture?

Informations bibliographiques