Biographie universelle, ancienne et moderne; ou, Histoire, par ordre alphabétique: de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes, Volume 26

Couverture
Michaud frères, 1820
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 230 - Instruction à la France sur la vérité de l'histoire des frères de la Rosé-Croix, 1623, in-4
Page 361 - Mais j'ai été appelé deux fois au conseil de celui qui fut mon maître dans le temps que cette fonction était ambitionnée par tout le monde : je lui dois le même service lorsque c'est une fonction que bien des gens trouvent dangereuse.
Page 409 - ... des autres dans le méridien magnétique à des distances assez grandes pour que leur action mutuelle fût insensible. Car ces aiguilles, maîtrisées par la force magnétique de la terre, se trouveraient toutes dans une même direction, qui serait celle du méridien magnétique; et si l'on agissait sur une quelconque d'entre elles , au moyen de quelque autre force, de manière à la détourner plus ou moins de la direction commune, toutes les autres, soumises aussi successivement ou ensemble...
Page 273 - Maintenon , que j'ai jugé depuis , en la rappelant à ma mémoire , qu'elle étoit causée par une incertitude violente de son état, de ses pensées, de ses craintes, et de ses espérances ; en un mot son cœur n'étoit pas libre , et son esprit fort agité.
Page 356 - Sire, qu'aucun citoyen de votre royaume n'est assuré de ne pas voir sa liberté sacrifiée à une vengeance ; car personne n'est assez grand pour être à l'abri de la haine d'un ministre, ni assez petit pour n'être pas digne de celle d'un commis des fermes.
Page 476 - Guglielmini (voy. ce nom). Il sentit si vivement le charme des mathématiques , dit encore Fontenelle , et s'y livra avec tant d'ardeur, qu'il en abandonna la jurisprudence ; mais il n'abandonna pas la poésie , si inutile pour la fortune, et peut-être plus qu'inutile. Ses premiers vers étaient défigurés par des concetti ridicules, mais regardés alors comme des beautés. Manfredi ne se laissa point séduire par les applaudissements qu'on prodigue d'ordinaire aux ouvrages médiocres. Il s'aperçut,...
Page 272 - Elle est incapable d'amitié et je ne puis m'en passer ; elle ne sauroit trouver en moi les oppositions qu'elle y trouve sans me haïr; elle me redonne au Roi comme il lui plaît et m'en fait perdre l'estime. Je suis avec lui sur le pied d'une bizarre qu'il faut ménager.
Page 371 - ... le confesseur de ce qu'il s'occupait encore de pareils soins, il dit qu'il voulait défendre jusqu'à la mort la pureté de la langue française. On ajoute que le même ecclésiastique lui représentant le bonheur de l'autre vie avec des expressions incorrectes et triviales , le moribond l'interrompit en lui disant : « Ne m'en parlez plus ; votre mauvais
Page 271 - Quand je commençai , disait-elle, à voir qu'il ne me serait peut-être pas impossible d'être utile au salut du roi , je commençai aussi à être convaincue que Dieu ne m'y avait amenée (à la cour) que pour cela, et je bornai là toutes mes vues (2).
Page 265 - Elle passait ses carêmes à manger un hareng au bout de la table, et se retirait aussitôt dans sa chambre, parce qu'elle avait compris qu'une conduite moins exacte et moins austère, à l'âge où elle était, ferait que la licence de cette jeunesse n'aurait plus de frein et deviendrait préjudiciable à sa réputation. Ce n'est pas d'elle seule que je tiens ces particularités : je les tiens de mon père, de M.

Informations bibliographiques