Description des villes et campagnes du dept. de l'Yvonne: recueil des notices hist., biogr., geogr., géol., ayricoles etc ... concernant toutes les communes du dept. ... IIe vol., eurondissement d'Avallon

Couverture
Ch. Gallot, 1870 - 352 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 26 - C'est un terrain arôneux et pierreux, en partie couvert de bois, genêts, ronces, fougères et autres méchantes épines; où on ne laboure les terres que de six à sept ans l'un; encore ne rapportent-elles que du seigle, de l'avoine et du blé noir, pour environ la moitié de l'année de leurs habitants qui , sans la nourriture du bi;tail , le flottage et la coupe des bois, auraient beaucoup de peine à subsister.
Page 226 - Le monastère sera construit (si faire se peut) de telle façon qu'il réunisse dans son enceinte toutes les choses nécessaires; savoir : l'eau, un moulin, un jardin, des ateliers pour divers métiers, afin d'éviter que les moines n'aillent au dehors. » L'église doit être d'une grande simplicité.
Page 233 - C'est ua terroir aréneux et pierreux, en partie couvert de bois, genêts, ronces, fougères et autres méchantes épines, où on ne laboure les terres que de six à sept ans l'un ; encore ne rapportent-elles que du seigle, de l'avoine et du blé noir pour environ la moitié de l'année de leurs habitants, qui, sans la nourriture du bétail, le flottage et la coupe des bois, auraient beaucoup de peine à subsister.
Page 234 - ... pas même le son, ce qui fait qu'il ya tel pain qu'on peut lever par les pailles d'avoine dont il est mêlé.
Page 224 - Le cérémonial qu'on observait en ces circonstances était simple et touchant. L'abbé de la maison-mère remettait solennellement une croix entre les mains de celui qui devait être revêtu de la dignité abbatiale; puis le nouvel abbé, sortant de l'église avec la croix, et suivi de ses douze religieux, prenait congé de ses frères, et entonnait, en partant, une grave psalmodie. « Lors donc, dit la chronique de Cî«teaux, que Bernard et ses douze moines quittè...
Page 26 - ... mal cultivées, les habitants lâches et paresseux jusqu'à ne pas se donner la peine d'ôter une pierre de leurs héritages, dans lesquels la plupart laissent gagner les ronces et méchants arbustes.
Page 234 - ... le son , ce qui fait qu'il ya tel pain qu'on peut lever par les pailles d'avoine dont il est mêlé. Ils se nourrissent encore de mauvais fruits, la plupart sauvages, et de quelque peu d'herbes potagères de leurs jardins , cuites à l'eau , avec un peu d'huile de noix ou de navette, le plus souvent sans ou avec très-peu de sel.
Page 81 - L'an 1673 et le vingt-deuxième jour d'avril, par-devant nous Bernard de Marie, chevalier, seigneur de Vercigny, conseiller du roi en ses conseils, maître des requêtes ordinaires de son hôtel, et commissaire départi pour l'exécution des...
Page 5 - C'est qu'en effet , durant une partie de la saison d'hiver , la neige recouvre d'une couche souvent assez épaisse de vastes étendues de territoire. Dès lors on dut songer, dans les parties désertes , à faire reconnaître facilement aux voyageurs le tracé de la route, et cela d'une manière permanente. On ne trouva rien de mieux que de construire en remblai les endroits les plus exposés à être recouverts par la neige. Remarquons qu'aujourd'hui tous les chemins , et même...
Page 324 - Si l'amour de Marie — en ton cœur est gravé — en passant ne l'oublie — de lui dire un ave», terminent cette longue série d'inscriptions.

Informations bibliographiques