Oeuvres de Monsieur Destouches, de l'Academie françoise: L'obstacle imprévu. Le dissipateur, ou L'honneste friponne

Couverture

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 61 - L'un veut toujours briller, l'autre brille, en effet, Sans jamais y prétendre, et sans même le croire. L'un est superbe et vain ; l'autre n'a point de gloire ; Le faux aime le bruit; le vrai craint d'éclater; L'un aspire aux égards, l'autre à les mériter. Je dirai plus. Les gens nés d'un sang...
Page 90 - Est-ce là le retour Dont vous payez mes soins? Suivi de ma famille, Dois-je venir ici vous présenter ma fille, Vous priant à genoux de vouloir l'accepter? Si tu te l'es promis, tu n'as qu'à décompter. Ma fille vaut bien peu, si l'on ne la demande. Je te baise les mains, et je me recommande A ta grandeur. Adieu. SCÈNE X. LE COMTE, seul. Que ces gens inconnus Sont fiers! Voilà l'orgueil de tous nos parvenus.
Page 91 - C'est peu qu'à leurs grands biens notre gloire s'immole, II faut, pour les avoir, fléchir devant l'idole. Ah! maudite Fortune, à quoi me réduis-tu? Si tes coups redoublés ne m'ont point abattu, Veux-tu m'humilier par l'appât des richesses, Et n'at-on tes faveurs qu'à force de bassesses ? ACTE V SCÈNE PREMIÈRE.
Page 105 - En sondant votre cœur, j'ai frémi, j'ai tremblé. Mais, malgré votre orgueil, la nature a parlé. Qu'en ce moment pour moi ce triomphe a de charmes ! Je dois donc maintenant terminer vos alarmes, Oublier vos écarts qui sont assez punis. Mon fils, rassurez-vous. Nos malheurs sont finis. Le Ciel, enfin pour nous devenu plus propice, A de mes ennemis confondu la malice.
Page 12 - La déclaration se fait dès le premier abord; si la belle s'en scandalise, ce qui n'arrive guère, on s'en moque, et on n'y revient pas : si elle prend la chose de bonne grâce, on lui fait des protestations; elle y répond , voilà qui est fait : ensuite...
Page 60 - Dites votre amour-propre. Oui , tout me le fait croire. Vous avez moins d'amour que vous n'avez de gloire. LE COMTE. L'un et l'autre m'anime , et la gloire que j'ai Soutient les intérêts de l'amour outragé.
Page 60 - J'en attendais de vous un plus juste retour, Et ma vivacité vous prouve mon amour. ISABELLE. Dites votre amour-propre. Oui , tout me le fait croire. Vous avez moins d'amour que vous n'avez de gloire.
Page 46 - Oh ! bien, tu t'y feras, mon enfant. Sur les tiennes, A mon âge, crois-tu que je forme les miennes?
Page 197 - Pour aller l'enterrer nous songeons à partir, Quand un autre courrier, qui jusqu'au cœur nous frappe Arrive et nous apprend que le traître en réchappe, Malgré deux médecins qui ne le quittent pas ! FINETTE. Deux médecins n'ont pu lui donner le trépas? Il ne mourra jamais.
Page 85 - J'entends. La vanité me déclare à genoux Qu'un père infortuné n'est pas digne de vous. Oui, oui, j'ai tout perdu par l'orgueil de ta mère, Et tu n'as hérité que de son caractère.

Informations bibliographiques