Études d'histoire et de philosophie, Volume 2

Couverture
Louis Hauman et cie, 1836
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 309 - Si je voyais partout les marques d'un Créateur, je reposerais en paix dans la foi. Mais, voyant trop pour nier, et trop peu pour m'assurer, je suis...
Page 118 - ADVERSAIRES emmiellées. Pour le fond des choses, la doctrine catholique sur l'identité de l'erreur et de la nouveauté est reproduite avec instance. Nous l'avions signalée il ya deux ans 1 ; elle reparaît aujourd'hui avec des développements. « II est déplorable de voir jusqu'à quel excès se précipitent les délires de la raison humaine, quand quelqu'un se jette dans les nouveautés, etc., etc... Vous comprenez bien, vénérables frères, qu'ici nous parlons aussi * ^PP...
Page 37 - La justice et la vérité sont deux pointes si subtiles, que nos instruments sont trop mousses pour y toucher exactement. S'ils y arrivent, ils en écachent la pointe, et appuient tout autour, plus sur le faux que sur le vrai.
Page 42 - Ainsi on ne peut douter que tout ce qui va à maintenir la société ne soit préférable à l'ardeur de s'instruire. Il n'est pas vrai, comme quelques-uns le prétendent, que la société humaine ne doive son existence qu'à la seule nécessité, c'està-dire à l'impossibilité où nous aurions été de faire ou de nous procurer sans le secours d'autrui...
Page 273 - Leurs en» fonts naissent avec de très-belles dents dans les deux mâchoires. Les mâles et les femelles ont dès leur naissance les cheveux blancs , ainsi que les sourcils. Jusqu'à l'âge de trente ans ils ont le poil blanc par tout le corps; mais à cet âge il commence à noircir, et lorsque ces hommes sont parvenus à soixante ans, leurs cheveux sont entièrement noirs. Les mêmes ont, hommes ei femmes, huit doigts' à chaque main et autant à chaque pied.
Page 129 - Croyant (1) est la meilleure de toutes les productions qu'ait suscitées contre lui l'illustre prêtre de Bretagne. M. Bautain s'y montre ferme, habile, noble , pénétrant , incisif avec dignité ; il ya de la mesure dans son indignation et de la sérénité dans sa colère : tout est net , posé d'aplomb et clairement. Nous prendrions volontiers la Réponse de M. Bautain comme la meilleure rédaction des principes du christianisme officiel. Avec quelle lucidité l'auteur nous montre que le christianisme...
Page 65 - Le roi, c'était la loi. Jamais le principe du droit n'eut un représentant mieux obéi et plus révéré. La vieille royauté de France fut marquée d'un caractère mystique et sacré; elle reposa sur la foi des peuples...
Page 118 - ... nouveautés, on ne cherche pas la vérité là où elle se trouve certainement, et négligeant les traditions saintes et apostoliques, on admet d'autres doctrines vaines, futiles, incertaines et non approuvées par l'Eglise, doctrines que les hommes légers croient faussement propres à soutenir et appuyer la vérité.
Page 41 - Ce mot n'est produit ici que comme une forme d'abréviation. à s'assembler, elles forment leurs rayons : de même les hommes, unis plus encore par la nature, mettent en commun leurs actions et leurs pensées.
Page 170 - ... et sont obligés d'accepter leur existence parallèle. Aujourd'hui les idées démocratiques et les formes monarchiques luttent ensemble ; ni les formes anciennes ne peuvent étouffer les nouvelles idées, ni les idées nouvelles ne peuvent encore passer sur les vieilles formes un niveau triomphal. Que faire alors? douter des idées? non pas, s'il vous plaît : mais au contraire s'y attacher avec un culte persévérant, mais par mille ressources les pousser en avant sur tous les points. Puisque...

Informations bibliographiques