Souvenirs de la marquise de Créquy, 1710 à 1802 [by M. Cousin].

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 130 - N'espérons plus, mon âme, aux promesses du monde; Sa lumière est un verre, et sa faveur une onde Que toujours quelque vent empêche de calmer. Quittons ces vanités, lassons-nous de les suivre; C'est Dieu qui nous fait vivre, C'est Dieu qu'il faut aimer.
Page 265 - ... (Bis.) Si vous avez de l'indulgence Pour un sexe souvent flatté , Craignez que Sapho ne s'offense De ce mouvement de bonté. Je ne sais si nous devons croire Que son talent était parfait, Mais j'aime à souscrire à sa gloire Quand vous couronnez son portrait.
Page 214 - Mémoire du comte de Mirabeau, supprimé, au moment même de sa publication , par ordre particulier de M. le Garde des Sceaux , et réimprimé par respect pour le Roi et la Justice , avec une Conversation de M. le Garde des Sceaux et du comte de Mirabeau à ce sujet.
Page 216 - Je désirerais ne pas interrompre un instant 1e les momens précieux que vous consacrez au « bonheur et à la gloire de la France ; mais animé « du désir d'y contribuer moi-même dans ma « faible position, je suis forcé de vous représenter « très humblement et très fortement que le temps « de mon noviciat femelle étant entièrement ré« volu, il m'est impossible de passera la profession.
Page 354 - Descendant de la voiture pour l'exécution, on lui a dit qu'il fallait ôter sdn habit, il fit quelques difficultés, en disant qu'on pouvait l'exécuter comme il était. Sur la représentation que la chose était impossible, il a lui-même aidé à ôter son habit. Il fit ensuite la même difficulté lorsqu'il s'est agi de lui lier les mains , qu'il donna lui-même lorsque la personne qui l'accompagnait lui eut dit que c'était un dernier sacrifice.
Page 340 - lui ai-je dit , voilà une belle occasion de devenir « bon citoyen. Il n'a pas eu l'air de m'entendre, « et sa figure ne m'a laissé voir aucune altération.
Page 394 - dans le sang et la boue ces dieux de la monar« chie. Il faut qu'il n'existe plus ni pauvre ni « riche.... que la foudre éclate par humanité ! Je « le répète, ayons le courage de marcher sur des « cadavres, pour arriver à la liberté des peuples.» Mais en voilà sûrement plus qu'il ne vous en faut, et vous voyez que l'éloquence laconienne de Fouché (de Nantes) n'avait rien de laconique. La Convention nationale avait supprimé non seulement les institutions , mais toutes les appellations...
Page 358 - parrain croyait auxsaints du paradis , mais moi, « qui ne crois qu'à la révolution, qui est l'enfer « des tyrans et des esclaves, j'ai pris le nom d'un « saint qui a été pendu pour ses principes répu« blicains : je m'appelle Anaxagoras.
Page 55 - dix ans dans cette situation , plus heu« reuse assurément qu'elle ne l'avait été « dans le palais des Czars , et peut-être « plus contente que sa sœur sur le trône « des Césars teutoniques. « Au bout de ces dix années, M. d'Au...
Page 355 - Ensuite se retournant vers nous, il nous dit : « Messieurs, je « suis innocent de tout ce dont on m'inculpe. Je souhaite que » mon sang puisse cimenter le bonheur des Français.

Informations bibliographiques