Lettres ... publ. par J. Bonnet, Volume 2

Couverture
1854
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 229 - ... volonté de Dieu, laquelle est toujours bonne, sainte et raisonnable et qui ne fait rien sans juste occasion, dont toutefois je ne sais pas la cause et dont aussi peu je me dois enquérir, mais plutôt m'humilier devant lui en me conformant à sa volonté.
Page 588 - Poët, grand chambellan du roi de Navarre, et datée du 30 septembre 1561. « Honneur, gloire et richesses seront la récompense de vos peines; surtout ne faites faute de défaire le pays de ces zélés faquins qui excitent les peuples à se bander contre nous.
Page 562 - Dieu en l'Eglise de Genève, me sentant tellement abattu de diverses maladies que je ne puis autrement penser sinon que Dieu me veut retirer en brief de ce monde...
Page 157 - Il faut donc, à cause de lui, que non-seulement on endure que les supérieurs dominent, mais aussi qu'on les honore et prise en toute révérence, les tenant pour ses lieutenants et officiers, lesquels il a commis pour exercer une charge légitime et sainte. XL. Nous tenons donc qu'il faut obéir à leurs lois et statuts...
Page 465 - ... et que nous avons entendus par tesmoins dignes de foy : — « Monsieur, il faut que vous le faciez , car nous avons la force en main. » — Nous vous disons rondement que ce propos nous a esté en horreur comme un monstre.
Page 155 - Sacremens sont adioustés à la parole pour plus ample confirmation, à fin de nous estre gages et marreaux de la grâce de Dieu, et par ce moyen aider et soulager nostre foy, à cause de l'infirmité et rudesse qui est en nous : et qu'ils sont tellement signes extérieurs que Dieu besongne par iceux en la vertu de son Esprit, à fin de ne nous y rien signifier en vain.
Page 156 - Or, bien qu'il soit au ciel jusqu'à ce qu'il vienne pour juger tout le monde* toutefois nous croyons que par la vertu secrète et incompréhensible de son Esprit, il nous nourrit et vivifie de la substance de son corps et de son sang...
Page 577 - Je n'eus jamais le loisir, et avois bien pensé quelquefois d'y mettre la main, si j'eusse eu le loisir. Quant aux prières des dimanches, je prins la forme de Strasbourg, et en empruntay la plus grande partie. Des autres, je ne les pouvois prendre d'eux, car il n'y en avoitpas un mot; mais je prins le tout de l'Escriture.
Page 18 - ... est un nez de cire, tellement que la foy que tous Chrestiens tiennent de la Trinité, de la prédestination, de la justice gratuite , sont choses indifférentes desquelles on peult débattre à plaisir (1).
Page 297 - Or, nos armes pour bien batailler en cest endroit et pour résister aux ennemys , sont de nous fortifier en ce que Dieu nous monstre par sa parolle. Et d'autant plus que chascun de nous se sent craintif, il nous fault cercher le remède.

Informations bibliographiques