Ecrire en Belgique sous le regard de Dieu: la littérature catholique belge dans l'entre-deux-guerres

Couverture
Editions Complexe, 2004 - 318 pages
En Belgique francophone, dans le dernier quart du XIXe siècle, émerge un groupe d'hommes de lettres revendiquant haut et fort son attachement religieux. S'opposant aux partisans de l'art pour l'art, il défend l'art pour Dieu. Sans renâcler, il participe aux entreprises de rechristianisation entamées par l'Eglise et se plie, dans sa grande majorité, aux interdits et aux impératifs de l'institution. Si, à leurs débuts, ces écrivains annoncent une volonté de s'ouvrir à la modernité artistique, leurs dispositions se modifient considérablement après la première Guerre mondiale. Le paysage politique étant profondément bouleversé (suffrage universel masculin, entrée des socialistes au gouvernement, etc.), il conviendra dorénavant de défendre les orientations conservatrices. Cependant, les grandes crises que traverse le monde catholique dans l'entre-deux-guerres transforment les enjeux et obligent constamment ces auteurs à redéfinir leurs positions. Comment réagiront-ils à la montée du rexisme ; à l'émergence du mouvement ouvrier, et aux revendications séparatistes flamandes ? Cet ouvrage permet d'éclairer les liens de ces écrivains, aujourd'hui méconnus, avec le pouvoir politique, les autorités cléricales, les groupes de pressions et les institutions artistiques. Figures dominantes de la vie sociale et culturelle du pays jusque dans les années 1950, ces auteurs ont occupé des places fortes dans les maisons d'édition, la radio, la presse et les instances de consécration littéraire, notamment l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique. Les œuvres qu'ils créent véhiculent naturellement leurs a priori éthiques (patriotisme, traditionalisme, attachement à la terre). Arc-boutés sur des thèmes et sur des styles qui leur sont Vires, ces auteurs tentent la synthèse vision politique et philosophique du monde, marquée par les peurs du temps, tout en ambitionnant la reconnaissance par Paris. La question de l'engagement est omniprésente, charriant avec elle les tensions d'individus tiraillés entre l'adhésion à un dogme religieux et la liberté créatrice.
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

LA FIN DUN MONDE 18841926
25
Le choc de la guerre
32
Lintelligentsia catholique et lapostolat par la plume
38
Les orphéons
48
la condamnation de LAction française
64
Le Catholique dabord de Maritain
70
Révolution catholique et culture
80
Conclusion
89
LAUTOCENSURE
151
Lhérésie en aveu
158
INSCRIPTIONS ET PLACEMENTS SOCIAUX
165
Agir comme un seul homme
186
Conclusion
197
léducation littéraire des filles
213
HIÉRARCHIE DES GENRES ET DES THÈMES
219
Le roman le conte et la nouvelle espèces dune famille malaimée
225

LES ENNEMIS SONT À LINTÉRIEUR
91
Loffensive des classiques
97
un seul pasteur un seul bercail
106
Conclusion
115
TRAJECTOIRES SOCIALES
125
les femmes
131
LA CENSURE
137
morale théologie et politique
144
La littérature didées voix de la raison
234
CONCLUSION DE LA DEUXIÈME PARTIE
241
NoTES
253
ANNEXE
267
LES ÉCRIVAINS CATHOLIQUES BELGES ACTIFS ENTRE 1918 ET 1939
283
SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE
297
Droits d'auteur

Expressions et termes fréquents

Informations bibliographiques