Essai sur l'histoire générale des tribunaux des peuples tant anciens que modernes, ou, Dictionnaire historique et judiciaire: contenant les anecdotes piquantes & jugemens fameux des tribunaux de tous les temps & toutes les nations

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 63 - Agis comme dans un jugement juridique, et lui ordonnèrent de se justifier sur ce qu'il avoït voulu innover dans la république. Un des éphores , feignant de lui ouvrir une voie pour se tirer de cette affaire criminelle , lui demanda s'il n'avoit pas été forcé par Lysandre et par Agésilas.
Page 319 - JE vous ai rétablis, messieurs, sur les fleurs de lis, d'où les saturnales de la Ligue vous avaient chassés. Ce corps, qui dépend de vous aujourd'hui, n'a veine qui n'ait saigné pour vous. Cette main, qui a écrit ces lettres produites contre moi, a fait tout le contraire de ce qu'elle écrivait Il est vrai, j'ai écrit, j'ai pensé, j'ai dit, j'ai parlé plus que je ne devais faire.
Page 320 - Bourgogne, vous reconnaîtrez la confiance d'un homme qui compte sur la parole de son roi, et la fidélité d'un sujet bien éloigné de se rendre souverain dans son gouvernement. Assuré de mon pardon, je disais en moi-même : le roi connaît trop le fond de mon cœur pour soupçonner ma fidélité ; que s'il ne m'a donné la vie que pour me faire mourir, un tel procédé n'est...
Page 235 - Les aréopagites tenaient leur audience en plein air, et ne jugeaient que la nuit; dans la vue, dit Lucien, de n'être occupés que des raisons, et point du tout de la figure de ceux qui parlaient. L'éloquence des avocats passait auprès d'eux pour un talent dangereux. Cependant leur sévérité sur ce point se relâcha dans la suite, mais ils furent...
Page 309 - S'il n'y alloit que de mon intérêt particulier, je lui pardonnerais comme je lui pardonne de bon cœur; mais il y va de mon État, auquel je dois beaucoup, de mes enfants que j'ai mis au monde, qui...
Page 316 - France ce que j'ay appris près de vous. Que si elle me deffend le maniement des armes, donnez-moi, Sire, ma maison pour prison , et ne me laissez que ma foy pour garde , et ce qu'il faut de moyens à un simple gentilhomme pour vivre chez soy. Je vous engage la part que je prétends au ciel que je n'en sortiray que lorsque Vostre Majesté le me commandera.
Page 320 - Ne se souvient-il plus du siège d'Amiens, où il m'a vu tant de fois, couvert de feu et de plomb, courir tant de hasards, pour donner ou pour recevoir la mort? Le cruel! il ne m'a jamais aimé que tant qu'il a cru que je lui étais nécessaire. Il éteint le flambeau en mon sang, après qu'il s'en est servi. Mon père a souffert la mort pour lui mettre la couronne sur la tête ; j'ai reçu quarante blessures pour la maintenir; et, pour récompense, il m'abat la tête des épaules. C'est à vous,...
Page 60 - Faut-il que, pendant que vous régnez à Sparte, & que vous triomphez de vos ennemis, je continue de vivre dans la défolation où je me trouve ? Ou faut-il que je prenne des robes magnifiques & royales, lorfque...
Page 309 - J'ai toujours reçu les requêtes des amis du sieur de Biron en bonne part , ne faisant pas comme mes prédécesseurs, qui n'ont jamais voulu que non seulement les amis et parents des coupables parlassent pour eux , mais non pas même les pères et mères, ni les frères.
Page 96 - Y at-il eu quelque deffein prémédité dans la réponfe que vous avez faite à la lettre que je vous ai écrite après la mort de votre femme & aux autres que vous avez reçues depuis ? comme il eft évident que vous cherchiez, à .•me tromper, lorfque vous demandiez...

Informations bibliographiques