Examen de la philosophie de Bacon

Couverture
1836
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 287 - ... premiers essais et les plus grands efforts de la peinture et de la sculpture, représentèrent jadis les héros et les dieux. A la renaissance des arts, le Christ et ses héros s'offrirent à l'imagination des artistes, et lui demandèrent des chefs-d'œuvre d'un ordre supérieur. L'art antique avait senti et rendu le beau idéal; le Christianisme exigea un beau céleste , et il en fournit des modèles dans tous les genres; ses vieillards, ses jeunes gens, ses enfans, ses femmes, ses vierges,...
Page 222 - L'HoMME a dit : les cieux m'environnent, Les cieux ne roulent que pour moi; De ces astres qui me couronnent, La nature me fit le roi ; Pour moi seul le Soleil se lève, Pour moi seul le Soleil achève Son cercle éclatant dans les airs; Et je vois, souverain tranquille, Sur son poids la terre immobile Au centre de cet univers ' . Fier mortel, bannis ces fantômes, Sur toi-même jette un coup d'œil.
Page 80 - Que je méprise ces philosophes qui, mesurant les *conseils de Dieu à leurs pensées, ne le font auteur que d'un certain ordre général d'où le reste se *développe comme il peut! Comme s'il avait à notre manière des vues générales et confuses, et comme si la souveraine Intelligence pouvait ne pas comprendre dans ses desseins les choses particulières, qui seules *subsistent véritablement.
Page 34 - Et Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu; il les créa mâle et femelle.
Page 281 - Toute autorité, mais surtout celle de l'Eglise, doit s'opposer aux nouveautés sans se laisser effrayer par le danger de retarder la découverte de quelques vérités, inconvénient passager et tout à fait nul, comparé à celui d'ébranler les institutions ou les opinions reçues.
Page 287 - Jean écoutant les trompettes , ne laissent rien désirer à l'imagination tout à la fois la plus brillante et la plus sage. La beauté mâle dans sa fleur respire sur la figure des anges ; en eux se réunit la grâce sans mollesse et la vigueur sans rudesse ; ils n'ont pas les deux sexes comme le dégoûtant Hermaphrodite ; ils ont la beauté des deux sexes , et cependant ils n'ont point de sexe. Le goût même se croirait coupable, s'il y pensait. Une éternelle adolescence brille sur ces visages...
Page 288 - Une éternelle adolescence brille sur ces visages célestes; jamais ils n'ont été enfants, jamais ils ne seront vieillards ; en les contemplant, nous avons une idée de ce que nous serons, lorsque nos corps se relèveront de la poussière pour n'y plus rentrer. « L'enfance surnaturelle se montre déjà dans ces inimitables chérubins que Raphaël a placés au-dessous de la Reine des anges dans l'un de ses plus beaux tableaux.
Page 293 - ... fausse sur la toile? Ces maximes pernicieuses ne sont propagées que par la médiocrité qui se met à la solde du vice pour s'enrichir. Le beau religieux est au-dessus du beau idéal, puisqu'il est l'idéal de l'idéal ; mais , peu de gens pouvant s'élever à cette hauteur, l'artiste vulgaire quitte ce qui est beau pour ce qui plaît.
Page 51 - ... accompagnent le calme et la sérénité, une source salutaire dont émanent la science, la raison, la sagesse ; l'autre est une fausse lueur qui ne brille que par la tempête et dans l'obscurité, un torrent impétueux qui roule et entraîne à sa suite les passions et les erreurs.
Page 22 - Bacon n'avait connu la Philosophie expérimentale; et de toutes les épreuves physiques qu'on a faites depuis lui, il n'y en a presque pas une qui ne soit indiquée dans son livre.

Informations bibliographiques