Mémoires de Henri Louis Lekain

Couverture
Colnet, 1801 - 420 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 198 - L'intérêt doit être dans les choses qu'on dit , et non pas dans de vaines décorations. L'appareil , la pompe , la position des acteurs , le jeu muet sont nécessaires ; mais c'est quand il en résulte quelque beauté ; c'est quand toutes ces choses ensemble redoublent le nœud et l'intérêt. Un tombeau, une chambre tendue de noir, une potence, une échelle, des...
Page 14 - Dumesnil, avoir le diable au corps pour arriver au ton que vous voulez me faire prendre. — Eh ! vraiment oui, mademoiselle, lui répondit M. de Voltaire, c'est le diable au corps qu'il faut avoir pour exceller dans tous les arts.
Page 123 - C'est aux rois d'obéir alors qu'elle commande. Attale a le cœur grand, l'esprit grand, l'ame grande, Et toutes les grandeurs dont se fait un grand roi.
Page 4 - ... peindre, c'est ce qui se passa dans mon âme à la vue de cet homme, dont les yeux étincelaient de feu, d'imagination et de génie. En lui adressant la parole, je me sentis pénétré de respect, d'enthousiasme, d'admiration, et de crainte; j'éprouvais à la fois toutes ces sensations, lorsque M. de Voltaire eut la bonté de mettre fin à mon embarras en m'ouvrant ses deux bras, et...
Page 18 - Châtelet où il avait soupe, il rectifia ce qui lui avait paru vicieux dans cette scène du premier acte, fit un paquet de ses corrections, et donna ordre à son domestique de les porter chez le sieur Paulin, homme très estimable, mais acteur très médiocre, et qu'il élevait, disait-il, à la brochette pour jouer les tyrans.
Page 85 - ... permis d'exposer à l'Assemblée ce qu'il avait imaginé pour honorer la mémoire de Molière, et consacrer sa centenaire par un monument qui pût convaincre la postérité de la vénération profonde que nous devons avoir pour le fondateur de la vraie comédie, et qui n'est pas moins recommandable à nos yeux, comme le père et l'ami des Comédiens.
Page 285 - Lanoue, par l'imprudence de m. de Richelieu, a eu ma pièce quatre jours sous prétexte de l'étudier pour la bien lire: effectivement, il la possédait si bien qu'en la lisant, il passait adroitement les jolis détails et les deux meilleures scènes de l'ouvrage. A la comédie, vous savez comme elle a été lue; j'aurais défié à un ange d'y rien comprendre: enfin il faut tâcher d'oublier les choses désagréables et injustes; c'est ce que j'ai fait. Je me ressouviens pourtant que j'ai laissé...
Page 144 - Vous ne savez que trop qu'un homme de ma sorte, Quand il se rend coupable, un peu plus haut se porte ; Qu'il lui faut un grand crime à tenter son devoir, Où sa gloire se sauve à l'ombre du pouvoir.
Page 51 - La force de mes argumens n'empêchera pas le corps de la vétérance de me répéter que, malgré ces inconvéniens , le théâtre français a produit les plus grands sujets que l'on y verra jamais. Cela peut être vrai; mais il n'est pas encore prouvé qu'ils n'eussent pas été plus grands sur un théâtre où leurs talens se seraient plus grandement déployés.
Page 376 - ... venger: Périssons sans souiller mon rang ni ma mémoire ; Et s'il faut succomber, succombons avec gloire. Cependant dans ce camp , entourés d'ennemis, L'espoir de nous garder ne nous est plus permis: Les murs de Manhaïm peuvent seuls nous défendre; Entrons-y; l'ennemi ne peut nous y surprendre; Et bientôt secourus par des guerriers fameux , Peut-être ils conduiront la victoire avec eux. Pour vous, Joab , rendez notre retraite aisée; Que l'armée ennemie , avec soin abusée , Dans tous...

Informations bibliographiques