Images de page
PDF
ePub
[graphic]
[merged small][merged small][merged small][graphic][merged small]

Chez Louis, libraire, rue de Savoie, no. 12.

(x) 1802.

[blocks in formation]
[graphic][merged small][subsumed][merged small][merged small]

ENNEMIS de la France, unissez-vous enseinble;
Peuples confédérés que l'Empire rassemble,
Autrichiens, Hongrois, belliqueuses tribus,
Ariez-vous contre nous de l'or de l'Angleterre,

Et du fer de la guerre;
BONAPARTE commande, et vous serez vaincus.
38e vol.--1802.

[ocr errors]

Du trône des Césars quand la chûte s'apprête,
Aux progrès d'un héros, que la paix seule arrêic,
Opposez les lenteurs d'un perfide congrès..
Les næuds qu'avait formés sa bonnc foi trompée,

- Tranchez-les par l'épée; BONAPARTE gouverne, et nous aurons la paix.

A travers le carnage, et dans le sang qui coule,
Sur les remparts fumans que sous ses pieds ilfoule,
Triomphant à regret, c'est la paix qu'il poursuit;
Des combats où Bellone a couronné sa tête

La paix est la conquête,
Et de tant du lauriers son olive est le fruit.

Si, cherchant dans la paix une nouvelle gloire,
Sa modération a vaincu la victoire,
A la victoire même allez le demander.
Vous le direz, Guerriers, que sa paline décore;

Vous le direz encore,
Champs ! ou du sort de Vienne elle a pu décider.

Quand son arrêt n'est pas réglé par la sagesse,
Que servent les traités ? le bruit des armes cesse;
Mais la guerre toujours subsiste au fond des cours;
Egalement donnée, également reçue,

La paix qu'elle a conclue
Est utile aux vaincus, honorable aux vainqueurs.

Fille de la Justice, ô Paix! aimable Astrée !
Sa loi de ton empire assure la durée.

« PrécédentContinuer »