Moeurs romaines du règne d'Auguste à la fin des Antonins, Volume 1

Couverture
Vogel, 1865 - 511 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 251 - RICTIBUS his tauros non eripuere magistri, per quos praeda fugax itque reditque lepus ; quodque magis mirum, velocior exit ab hoste nee nihil a tanta nobilitate refert.
Page 355 - ... vitii est, post nuptias discimus. Equus, asinus, bos, canis, et vilissima mancipia, vestes quoque et lebetes, sedile ligneum, calix et urceolus fictilis probantur prius, et sic emuntur. Sola uxor non ostenditur, ne ante displiceat, quam ducat ur.
Page 252 - LANGUEBAM : sed tu comitatus protinus ad me venisti centum, Symmache, discipulis. centum me tetigere manus Aquilone gelatae : non habui febrem, Symmache, nunc habeo.
Page 384 - I, 9, 3 : Rusticus, inhumanus ac mali moris et inter matronas abominanda conditio est, si quis conjugem suam in sella prostare vetuit et vulgo admissis inspectoribus perspicuam ferri undique.
Page 243 - Blandum rhetorem praeceptorem qui <j>rinius^> eques Romanus Romae docuit: ante ilium intra libertinos praeceptores pulcherrimae disciplinae continebantur, et minime probabili more turpe erat docere quod honestum erat discere.
Page xxiii - ... ni guides, ni gens qui vous comprennent. Et, si je me plains de ce mépris, on me parle aussitôt de la stérilité actuelle du sol; l'on va jusqu'à me dire que la température actuelle est changée. Le mal est plus près de vous, ô mes concitoyens!
Page 359 - Latinae. 190 si tibi legitimis pactam iunctamque tabellis 200 non es amaturus, ducendi nulla videtur causa, nec est quare cenam et mustacea perdas labente officio crudis donanda, nec illud quod prima pro nocte datur, cum lance beata Dacicus et scripto radiat Germanicus auro.
Page iii - Traduction libre faite .sur le texte de la deuxième édition allemande, avec des considérations générales et des remarques, par Ch. Vogel. 4 vol. in-8°.
Page 189 - atque uti notum esset, utrumque ordinem non tam libertate inter se quam dignitate differre, de iurgio quodam senatoris equitisque R. ita pronuntiavit, non oportere maledici senatoribus, remaledici civile fasque esse.
Page xxii - partout, dit-il, des écoles ouvertes aux rhé« leurs, à la danse, à la musique , même aux « saltimbanques; les cuisiniers, les barbiers sont « en vogue; on tolère des maisons infâmes où • les jeux et tous les vices attirent la jeunesse « imprudente; tandis que pour l'art qui ferti« lise la terre, il n'ya rien, ni maîtres ni élèves, « ni justice ni protection. Voulez-vous bâtir, « vous avez à chaque pas des architectes; vou...

Informations bibliographiques