Images de page
PDF

à Dieu contre vous; écoutez ses arrêts';’»' et, déroulant lentement la feuille qu’ellè' tenait à la main, elle lut, d’une voix ferme,rend’arit chaque expression , marquant chaq’ue "nuancé“, 'le: ’décret du Saint Père contenant la menace de l’excommuë nication. "' " _”’ ’ Cette lecture fut un coup de foudre jçipuflèè’édfi: vives. Madame Armellini, après ”dè lence, reprit: « Avez—vous Compris, messieurs? le bras vengeur auquel nul ne saurait échapper est suspendu sur vos têtes, Prêt à frapper; mais il en est temps encore, la voix de Dieu, par celle de son vicaire, n’a point encore fulminé contre la sentence terrible. Au nom de votre bonheur en ce monde et de votre salut dans l’autre, jetez-vous au—devant de sa miséricorde; la c'oupedès iniqui— tés se remplit dans vos mains : brisez-la avant qu’elle ne déborde. » Disant ainsi, Çettefemme, exaltée Par une sainte indignation, s’approchant de son mari, jetadevant lui," sur la tablé, le décret du Saint Père, puis elle se retira: ' ' ‘ Le second acte de la révolution romaine tonchait à sa. fin. Deux mois et demi älpéines’étaient écoulés depuis l’assassinat du ministre’BOSsi,’èt voilà que la largeur de sa tombe seule séparait la monarchie çOnstitutionnellt-g de la république. Les premiers entre"les plus impatients, ’le’, prince de Cànino et Garibaldi’, prOposèrent'de’franchir'cette faible distance. Leur motion, repoussée par la ma— jorité qui voulait procéder régulièrement, fut ajournée. Le lendemain, 7 février, après la vérification des pouvoirs, l’avocat Galetti, ayant été nommé président, déclara, sur une interpellation de Canino, que l’Assemblée était réunie et qu’elle devait se considérer comme junique souveraine et maîtresse de régler les destinées du pays. Mais alors, le président fut brusquement interrOmpu par un des émules de Bonaparte: « Cette déclaration n’est pas suffisante, s’écria le député Audino; nous voulons un vote : je demande que l’Assemblée déclare elle-même reconnaître en soi la plénitude des pouvoirs souverains. n L’Assemblée, après avoir voté dans ce sens, s’ajourna au lendemain pour délibérer sur la forme gouvernementale des États romains. V

Ce jour-là, la séance s’ouvrit à midi; tous les ministres étaient présents, et cent quarante-quatre représentants répondirent à l’appel nominal. Alors, montant à la tribune, Armellini, déclara que la commission gouvernementale remettait ses pouvoirs à l’Assemblée constituante, seule souveraine et aptej,à pourvoir aux besoins del’État. Dans ce moment une lutte violente s’engagea entre les ministres démissionnaires et le prince de Ça? nino qui, aprèsavoirditqu’ils avaient bien mérité de la patrie,.queleursnoms passeraient à la posa térité la plus reculée, leur reprocha de n’avoir point rempli leur devoir sur trois points, à savoir; l’argent, les armes etl’épuration des départements. Le ministre des travaux publics, Sterbini, s’élançant aussitôt à la tribune, s’écria que chaque ministre était prêt à répondre de ce qu’il avait fait personnellement: que si M. Bonaparte avait pris note de cette déclaration il aurait remis à un autre moment des critiques intempestives. «Si nous avons fait quelque bien, ajouta le ministre de l’intérieur, Armellini, la louange en revient au peuple. Si nous avons fait mal, nous sommes prêts à en répondre. » Après cet incident,” qui n’eut d’autres suites que de faire applaudir vigoureusement les ministres démissionnaires, ceux-ci se virent 00111 firmés de nouveau par la majorité de l’Assemblée dans les fonctions qu’ils venaient de résilier.

Dès lors, la séance prenant un caractère plus grave, Mamianidéclara, avec plus d’éloquence que de logique, que la domination temporelle des papes avait toujours été le fléau de l’Italie, que Rome n’avait pu avoir que le gouvernement des papes Ou de Bienzi.’ Traçant ensuite le tableau analytique de la situation actuelle de l’Europe, il démontra, avec beaucoup de clarté, qu’il serait difficile de maintenir à Rome la forme républicaine. En conséquence, il opinait pour que la question fùt renvoyée à la décision de la consti

tuante italienne. Combattù sur ce terrain par plusieurs orateurs, et surtout par une vigoureuse 'aræt gumentation du député Agostini, Mamiani n’en persista pas moins dans son opinion. Après une suspension de la séance qui fut reprise à huit heures, Audino proposa que l'on déclarât, séance tenante, la déchéance du pape dans ses pouvoirs temporels, mais qu’on Iaissât à la constituante italienne le soin de statuer sur la forme de gouvere nement. L’Assemblée adopta, à la presque une: nimité, le décret proclamant la déchéance du souverain Pontife et l’adoption de la forme démoé cratique pure sous le nom de République romaine. Les applaudissements des tribunes publiques éclatèrent au moment où monseigneur Muzzarelli, sous-doyen de la S. Rote et comblé des faveurs de Pie IX, déposa son vote contre la papauté. Le président Galetti partagea ces honteux honneurs lorsqu’il eut le triste courage de prononcer lui—' même, avec la déchéance de son bienfaiteur, le texte de ce décret sacrilège. ’

« Art. 1". , La papauté est déchue de fait et de droit du gouvernement des États romains.

« Art. 2. Le pontife romain aura toutes les garanties nécessaires d’indépendance dans l’exercice de son pouvoir spirituel.

« Art. 3. La forme du gouvernement de l’État romain sera la démocratie pure et prendra le nom glorieux de République romaine.

« Art. 4. La République romaine entretiendra avec les autres parties de l’Italie les relations qu’exige la nationalité commune.

« Rome, le 9 février.

« Le président, JOSEPH GALETTI.

« Les secrétaires , GIOVANNI PÉNNACCHI, ARIODANTE FABÉETTI, ANTONIO ZAMBIANCHI, QUIRICO, FILOPANTI, BARILLI. »

Antonio Tranquilli, député d’Ascoli , figure au petit nombre de ceux de ses collègues qui, fidèles à leur mandat, s’opposèrent à la proclamation de la forme républicaine; mais hué et sifflé par les députés de la majorité il ne put prononcer un dis— cours remarquable que, sur l’invitation pressante de ses amis il crut devoir livrer à l’impression. On en fit circuler un grand nombre d’exemplaires. Menacé du poignard, Z’ultima ratio des démagogues italiens, le courageux député mourut trois jours après dans la force de l’âge et la vigueur de la santé. Le poison aurait—il remplacé le poignard ?.

La proclamation de la république fut accueillie avec stupeur par la masse de la population romaine. Un grand nombre de personnes même qui par ambition et par des vues d’intérêt particulier s’étaient rattachées au nouveau système en furent consternées. Il était clair désormais que la révo

« PrécédentContinuer »