Correspondance littéraire, philosophique et critique, adressée a un souverain d' Allemagne...

Couverture
Longchamps, 1813 - 574 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 423 - Maudit soit l'auteur dur dont l'âpre et rude verve , Son cerveau tenaillant , rima malgré Minerve ; Et , de son lourd marteau martelant le bon sens , A fait de méchants vers douze fois douze cents
Page 422 - Du moins ne permets pas. . . La Mollesse oppressée Dans sa bouche à ce mot sent sa langue glacée , Et , lasse de parler, succombant sous l'effort , Soupire , étend les bras , ferme l'œil , et s'endort.
Page 50 - Le Magnétisme est aux abois , La Faculté , l'Académie L'ont condamné tout d'une voix, Et l'ont couvert d'ignominie. Après ce jugement bien sage et bien légal , Si quelque esprit original Persiste encor dans son délire , II sera permis de lui dire : Crois au Magnétisme . . . animal...
Page 443 - Tu pars. Climats heureux, je le confie à vous. Zéphyrs , apportez-lui vos parfums les plus doux , De vie et de bonheur chargez l'air qu'il respire ; Pour prix de vos bienfaits vous entendrez sa lyre.
Page 175 - J'observe, en passant, le cheval ; Je jette un coup d'œil sur la fille. « Voilà, dis-je, un fort beau cheval; Qu'elle est bien faite, cette fille! » Mon geste fait peur au cheval, L'équilibre manque à la fille ; Le sac glisse en bas du cheval, Et sa chute entraîne la fille.
Page 278 - Dans le uombre des suicides commis cette année à Paris il n'en est aucun qui ait inspiré autant de regrets que celui de M. Pierre Chabrit , conseiller au Conseil souverain de Bouillon et avocat au Parlement de Paris. Il n'avait guère plus de trente ans, et s'était déjà fait connaître d'une manière très-estimable par un ouvrage intitulé De la Monarchie française , ou de ses Lois, ouvrage assez inégalement écrit, qui laisse beaucoup à désirer...
Page 110 - Servan (i) vient de nous prouver qu'avec de l'esprit on revient de tout , et même du ridicule. Il a pris la défense du magnétisme avec une adresse qui', sans faire précisément beaucoup de prosélytes à la nouvelle secte, a mis du moins les rieurs de son côté. Sa brochure est intitulée Doutes d'un Provincial à messieurs les Médecins commissaires chargés par le roi de l'examen du magnétisme animal.
Page 193 - Il prétend que tout ce qui nous paraît délicieux et ravissant dans nos plaisirs naît du sentiment de l'infini, ou de quelque autre attribut de la Divinité , qui se montre à nous à l'extrémité de nos perspectives ; que nos maux et nos erreurs ne viennent que de ce que nous portons trop souvent le sentiment de l'infini sur les objets passagers de ce monde , et celui de notre misère et de notre faiblesse sur les plans immortels de la nature. Cela peut être fort sublime , mais cela n'est pas...
Page 305 - C'était la reine elle-même qui jouait le rôle de Rosine, M. le comte d'Artois celui de Figaro, M. de Vaudreuil celui du comte Almaviva; les rôles de Bartholo et de Basile ont été rendus, le premier par M.
Page 146 - ... il n'en est guère sans doute qui puissent se trouver moins déplacés dans une assemblée de philosophes. Ce qui a paru réussir le plus universellement dans le Discours de M. l'abbé Maury, c'est le commencement et la fin ; les voici : « S'il se trouve dans cette assemblée un jeune homme « né avec l'amour des Lettres et la passion du travail, « mais isolé, sans appui, livré dans cette Capitale au dé...

Informations bibliographiques