Histoire hagiologique du diocèse de Maurienne

Couverture
F. Puthod, 1867 - 342 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 108 - Ayant considéré avec attention ce qui pouvait contribuer à l'affermissement de notre couronne et au bien de nos sujets, nous avons reconnu que ce qui excite la colère de Dieu et attire sur nous tant de guerres et de maladies contagieuses , lesquelles enlèvent les hommes et les troupeaux, c'est qu'on commet aujourd'hui impunément tous les crimes que les canons punissaient autrefois. Je m'adresse donc spécialement à vous , saints pontifes , à qui la bonté divine a confié l'office et l'autorité...
Page 100 - femmes, vous lous qui oies ici présents, je vous con» jure de me garder une fidélité inviolable, et de ne pas » attenter à ma vie , comme vous avez fait à celle de » mes frères. Qu'il me soit au moins permis d'élever » pendant trois ans mes neveux.... de peur, ce qu'à » Dieu ne plaise, que si je venais à mourir , il n'y eût » personne de notre race qui put vous protéger et vous » défendre. » Le peuple ne répondit que par des acclamations et des prières pour la conservation...
Page 84 - Pro« vidence, roi sous le règne de Dieu, serviteur des « serviteurs du Seigneur, à tous les enfants de « notre mère la sainte Église, salut. Je vois avec « douleur qu'en punition de nos péchés, des églises « fondées pour le service de Dieu dépérissent par « l'ambition démesurée des princes et par la trop « grande négligence des prélats; et je suis pénétré « de douleur de ne pouvoir suffire à tout. Cepen...
Page 196 - Hongrois ayant de nouveau envahi l'Alsace et menaçant toutes les contrées voisines du mont Jura, Conrad , maître de la Bourgogne , de la Franche-Comté , de la Suisse et du Dauphiné , imagina de mettre aux prises les Sarrazins avec les Hongrois. Il écrivit en ces termes aux Sarrazins :
Page 84 - Il voulut que la nouvelle abbaye fût réglée sur le modèle d'Agaune, le grand monastère du royaume Burgonde qui avait précédé la Bourgogne mérovingienne, et il y introduisit par conséquent la Psalmodie perpétuelle. Il fit de même à Saint...
Page 112 - N'en doutez pas : c'est là ce qui affaiblit nos bras pendant le combat, ce qui émousse nos épées et rend inutiles nos boucliers. Si c'est ma faute, que Dieu m'en punisse ! Mais si c'est vous qui méprisez mes ordres, il faut que vos têtes soient abattues, pour servir d'exemple à toute l'armée. Il vaut mieux faire mourir quelquesuns des chefs que d'exposer toute une nation aux traits de la colère de Dieu.
Page v - En vérité, en vérité je vous dis : Celui qui croit en moi, fera les œuvres que je fais, et il en fera même de plus grandes que celles-ci, parce que je m'en vais à mon Père.
Page 14 - ... de ses bonnes œuvres; si elle a bien élevé ses enfants , si elle a exercé l'hospitalité , si elle a lavé les pieds des saints , si elle a secouru les affligés , si elle s'est appliquée à toutes sortes de bonnes œuvres.
Page 162 - Mais ce costume changea avec le temps, et les musulmans cherchèrent à imiter les chrétiens : abandonnant l'usage de l'arc et de la massue, ils adoptèrent le bouclier, la cuirasse et la longue lance propre à percer.

Informations bibliographiques