Les Slaves, Cours professé au College de France, 1840-41, Volume 1

Couverture
Au Comptoir des imprimeurs réunis, 1849
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 321 - traduction française. Cependant on voyait dans l'ouvrage français certains caractères étrangers à la poésie slave, entre autres des histoires très longues de revenants et de vampires, qui ne sont pas du domaine de la poésie, mais plutôt des contes populaires. Cette remarque excita nos
Page 320 - traduction incomplète, il est vrai, mais très fidèle. En France, l'auteur connu du Théâtre de Clara Gazul publia, de 1825 à 1827, en gardant l'anonyme, une collection de poésies slaves. Cette collection causa une certaine sensation dans les pays du Nord. L'auteur prétendait connaître parfaitement la langue
Page 28 - Borysthène, les hauts gazons du désert où se promènent les esprits de nos aïeux. » Selon les paroles d'un antique poète : «Sur cette terre labourée par les pieds des chevaux, engraissée de cadavres humains, parsemée d'ossements blanchis, arrosée d'une chaude pluie de sang, croissent les moissons de la tristesse.» La mélancolie est le caractère distinctif de la poésie de ces contrées.
Page 356 - Que de chutes de cheval n'ai-je pas faites dans ma jeunesse où, sans songer aux dangers auxquels je m'exposais, je me brisais la tête, je me blessais aux pieds
Page 311 - ce n'est pas de la neige, ce ne sont pas des cygnes, ce sont les tentes d'Hassan Aga. Il s'y repose dangereusement blessé. Sa mère et ses
Page 303 - sourcils trop longs, ils jettent une ombre sur sa blanche figure, et même sur ses lèvres vermeilles. Pendant trois longues années, je l'ai vue chaque jour, et je n'ai jamais pu connaître quelle est la couleur de ses yeux; je n'ai pu reposer mon regard sur son œil ni sur sa figure
Page 51 - proportionnée, forte et douce; des muscles d'une force prodigieuse. C'est un peuple destiné à l'agriculture, au travail, à la vie rude des champs. M. Edwards, dans ses recherches sur la physiologie des peuples, a donné un aperçu de la physionomie du Slave, dont je vous citerai
Page 320 - en gardant l'anonyme, une collection de poésies slaves. Cette collection causa une certaine sensation dans les pays du Nord. L'auteur prétendait connaître parfaitement la langue
Page 19 - au sommet desquels, suivant l'expression du poète, est assis l'oiseau slave qui, d'une aile, bat la mer Noire, et, de l'autre, la mer Baltique : « II est assis sur les montagnes, et lorsqu'il étend ses ailes, deux grandes mers bouillonnent.
Page 41 - Profitant de leur position centrale au sein des peuples slaves, ils s'efforcent de les rapprocher, de les faire connaître les uns aux autres. Ils traduisent la poésie polonaise pour les Servions, ils traduisent les monuments serviens pour l'Allemagne; en même temps, ils cherchent à recueillir ces monuments et à les publier en latin pour l'Europe civilisée.

Informations bibliographiques