Wallis et Futuna: espaces et temps recomposés : chroniques d'une micro insularité

Couverture
Presses Univ de Bordeaux, 1995 - 404 pages
Au coeur du Pacifique central, deux têtes d'épingles insulaires sont à peine détectables, Wallis (ou Uvéa) et Futuna, 220 km2 au total, 20 000 habitants aujourd'hui... Au XIXe siècle, les deux îles servent d'escales mineures pour l'aiguade et le recrutement de marins, relais d'un négoce de prédations d'aventures : santal, baleine, corail, trocas ou perles... Après 1860, le cocotier s'impose, produit roi du Pacifique Sud. Les compétitions apparaissent ; religieuses car opposant "teachers" protestants et "papistes français" ; géopolitiques avec le traditionnel antagonisme colonial franco-britannique, mais compliqué par l'arrivée de concurrents allemands et américains. Grâce à ses missions maristes implantées avant 1850, la France y installe, à titre de précaution, son protectorat en 1888. L'histoire locale insulaire est longtemps digne de Courteline : c'est celle des rivalités, souvent mesquines, entre les pères maristes et les résidents de France. De 1900 à 1950 Wallis et Futuna connaissent, après une étape de stagnation, un regain démographique. La fin de l'ère prospère du cocotier place, à partir de 1936, les îles face au problème de leur survie future. Implicitement le seul choix possible se fait : l'intégration à la prospère Nouvelle-Calédonie et la prise en charge sur le budget national. Après un éphémère âge d'or lié au cargo cult créé par l'intermède américain, la migration vers Nouméa devient, dans un contexte de surcharge démographique, la seule échappatoire. Wallis et Futuna s'arriment, à partir de 1960, étroitement à Nouméa. Par bouturage, une forte migration s'y développe, s'insère lentement à la vie urbaine et aux activités tertiaires et industrielles. En 1990, les Wallisiens et Futuniens sont plus nombreux en Nouvelle-Calédonie que dans l'archipel d'origine... Le poids électoral qu'ils prennent alors dans le contexte de la revendication indépendantiste canaque devient déterminant... Le modèle Wallisien-Futunien est déclinable à de nombreuses îles du Pacifique Sud, partageant les mêmes problématiques aiguës : accumulation, surpopulation, équilibre écologique menacé, remise en cause de fortes migrations greffées conjoncturellement sur des milieux en crise. En un mot, le pari à gagner est : "comment rester un insulaire dans une modernité changeante et dangereuse...".
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

Très bien, merci!!!!!

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

Je voudrais me procurer un exemplaire de cet ouvrage car il se trouve qu'on y parle de mon grand-pére, BRIAL Julien et de ma grand-mére qui fut reine des îles Wallis et Futuna.
Merci de me renseigner.

Table des matières

REMERCIEMENTS
1
Les relations traditionnelles des îles Wallis et Futuna
2
Ile de Wallis Uvea
10
PREMIERS REGARDS SUR LA SCENE
11
Le peuple insulaire
17
Le commerce des îles et les vagabonds de locéan
23
2 Le témoignage des marins
30
LE QUATUOR DES ACTEURS DU POUVOIR
39
3 Les attributs temporels de lautorité du Lavelua
46
Ile de FutunaAlofi Archipel de Horn
200
Lespace des services
332
Impact de la migration au niveau
358
Pyramides de la population des Wallisiens à Wallis
371
TABLE DES TABLEAUX
404
Droits d'auteur

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Références à ce livre

Grammaire du futunien
Claire Moyse-Faurie
Aucun aperçu disponible - 1997
Uvea
Elise Huffer,Mikaele Tui
Aperçu limité - 2004

Informations bibliographiques