La maitresse légitime: essai sur le mariage polygamique de demain

Couverture
Les Editions Georges-Anquetil, 1922 - 480 pages

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 105 - ... sa jeunesse à toutes les autres beautés qui nous peuvent frapper les yeux! Non, non, la constance n'est bonne que pour des ridicules; toutes les belles ont droit de nous charmer, et l'avantage d'être rencontrée la première ne doit point dérober aux autres les justes prétentions qu'elles ont toutes sur nos cœurs. Pour moi, la beauté me ravit partout où je la trouve, et je cède facilement à cette douce violence dont elle nous entraîne.
Page 104 - Quoi ! tu veux qu'on se lie à demeurer au premier objet qui nous prend, qu'on renonce au monde pour lui, et qu'on n'ait plus d'yeux pour personne? La belle chose de vouloir se piquer d'un faux honneur d'être fidèle...
Page 105 - ... tous. Les inclinations naissantes, après tout ont des charmes inexplicables, et tout le plaisir de l'amour est dans le changement. On goûte une douceur extrême à réduire par cent hommages le cœur d'une jeune beauté à voir de jour en jour les petits progrès qu'on y fait à combattre par des transports, par des larmes et des soupirs, l'innocente pudeur d'une âme qui...
Page 58 - C'EST une grande question parmi les hommes de savoir s'il est plus avantageux d'ôter aux femmes la liberté que de la leur laisser.
Page 65 - Bien fait de corps et d'esprit agréable, Elle aima mieux, pour s'en faire conter, Prêter l'oreille aux fleurettes du diable, Que d'être femme et ne pas coqueter.
Page 90 - Il leur est défendu de stationner sur la voie publique, d'y former des groupes, d'y circuler en réunion, d'aller et venir dans un espace trop resserré, et de se faire suivre ou accompagner par des hommes. Les pourtours et abords des églises...
Page 68 - Nous disons et assurons, par la teneur des présentes, que l'amour ne peut étendre ses droits sur deux personnes mariées. En effet, les amants s'accordent tout, mutuellement et gratuitement sans être contraints par aucun motif de nécessité, tandis que les époux sont tenus, par devoir, de subir réciproquement leurs volontés, et de ne se refuser rien les uns aux autres.
Page 259 - Quiconque étant engagé dans les liens du mariage en aura contracté un autre avant la dissolution du précédent sera puni de la peine des travaux forcés à temps.
Page 183 - Vous me conjurez, mes chères amours, d'emporter autant d'amour que je vous en laisse. Ah ! que vous m'avez fait plaisir, car j'en ai tant, que croyant avoir tout emporté, je craignais qu'il ne vous en fût point demeuré.
Page 58 - unique ne pourrait suffire à l'homme pour " cet objet ; elle ne peut être sa femme quand " elle est grosse, elle ne peut être sa femme " quand elle nourrit, elle ne peut être sa " femme quand elle est malade, elle cesse d'être " sa femme quand elle ne peut plus lui donner " d'enfans ; l'homme, que la nature n'arrête ni " par l'âge, ni par aucun de ces inconvéniens, " doit donc avoir plusieurs femmes, etc. etc.

Informations bibliographiques