César Malan: impressions, notes et souvenirs

Couverture
É. Beroud, 1865 - 75 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 269 - Mais il ya une chose que vous ne devez pas ignorer, mes bien-aimés ; c'est qu'aux yeux du Seigneur un jour est comme mille ans, et mille ans comme un jour.
Page 137 - Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l'homme intérieur ; mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres.
Page 344 - Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m'a envoyé ne l'attire ; et je le ressusciterai au dernier jour.
Page 17 - Voici, je me tiens à la porte, et je frappe ; si quelqu'un entend ma voix et m'ouvre la porte, j'entrerai chez lui, et je souperai avec lui, et lui avec moi.
Page 231 - L'Eternel est ma force et mon cantique; il a été mon libérateur. 15 Une voix de chant de triomphe et de délivrance retentit dans les tabernacles des justes : la droite de l'Eternel, disent-ils, fait vertu.
Page 317 - J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi. Au reste, la couronne de justice m'est réservée; et le Seigneur, juste juge, me la donnera en ce jour-là, et non seulement à moi, mais aussi à tous ceux qui auront aimé son avènement.
Page 91 - Soit Paul, soit Apollos, soit Céphas, soit le monde, soit la vie, soit la mort, soit les choses présentes, soit les choses à venir ; toutes choses sont à vous ; 23 Et vous êtes à Christ, et Christ est à Dieu.
Page 358 - Et ceux qu'il a prédestinés, il les a aussi appelés ; et ceux qu'il a appelés, il les a aussi justifiés ; et ceux qu'il a justifiés il les a aussi glorifiés.
Page 175 - Et lorsqu'il était encore bien loin, son père l'aperçut, et en fut touché de compassion ; et courant à lui, il se jeta à son cou et le baisa.
Page 45 - Il a porté nos langueurs, et il a chargé nos douleurs ; et nous avons estimé qu'etant ainsi frappé, il était battu de Dieu et affligé. Or il était navré pour nos forfaits, et froissé pour nos iniquités ; l'amende qui nous apporte la paix a été sur lui, et par ses meurtrissures nous avons éte guéris.

Informations bibliographiques