Les feux de la discorde

Couverture
Hachette Littératures, 14 juin 2006 - 360 pages
0 Avis
Le recours au feu, loin d’être une nouveauté, s’ancre dans l’histoire. La France d’avant 1914 est éclairée de flammes qui ne s’éteignent qu’épisodiquement : le monde rural est familier des incendies de granges ou de fermes, signes de conflits économiques et sociaux entre possédants et pauvres. L’incendie est également manifestation politique : à Paris, en 1871, le feu signe la chute de la Commune. La ville brûle et mettra des décennies à reconquérir les ruines. Utilisé par les militaires lors des guerres qui rythment le XIXe siècle, l’incendie est une arme redoutable et redoutée : la politique de la terre brûlée hante l’imaginaire des populations civiles. Derrière l’incendie perce la figure de l’incendiaire : un être malade ? un criminel ? un désespéré ? autant d’images qui angoissent les esprits du siècle et les criminologues. Jean-Claude Caron met ici en lumière un mode de protestation radical, une expression de la colère et du désespoir qui atteignit son paroxysme au XIXe siècle mais ne s’est jamais éteinte depuis.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

À propos de l'auteur (2006)

Jean-Claude Caron est historien, professeur des universités à Clermont-Ferrand. Spécialiste de la France du xixe siècle, il a publié plusieurs ouvrages, notamment L'Été rouge. Chronique de la révolte populaire en France (1841) chez Aubier (2002).

Informations bibliographiques