Petite bibliotheque des théatres: contenant un recueil des meilleures pieces du théatre françois, tragique, comique, lyrique & bouffon, depuis l'origine des spectacles en France, jusqu'à nos jours, Numéro 13

Couverture
Au bureau [de la Petite bibliotheque des théatres], 1791
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 124 - Les premiers trahissoyent l'infortune des Rois, Redoublant leur malheur d'une trop basse voix : La tienne comme foudre en la France s'écarte. Heureux en bons esprits ce siècle plantureux : Après toy, mon GARNIER, je me sens bien-heureux De quoy mon petit Loir est voisin de ta Sarte.
Page 275 - Sera plus griefvement que de la mort punie. ;Vous vivrez; vous vivrez, mais sera tellement ;'Que vos jours rouleront en continu tourment. Vous requerrez la mort de borner vos tortures, Voyant devant vos yeux meurtrir vos créatures, Esgorger vos amis, les prestres de la loy, Qui mutins vous ont fait élever contre moy.
Page 250 - Brusler temples, maisons, foudroyer toute chose; Bref il n'est rien si saint, que je ne me propose De perdre mille fois, et mille fois encor, Pour me voir sur la teste une couronne d'or. C'est tousjours bon marché, quelque prix qu'on y mette.
Page 195 - Percé d'un coup de picque au travers des entrailles, Je vomisse la vie et le sang au milieu De mille et mille corps abattus en un lieu ! Non, non ! Ou je devois mourir entre les armes, Ou...
Page 281 - Que la harpe, de qui le son Tousjours lamente, Assemble avec nostre chanson Sa voix dolente ? Trop nous donnent d'affliction Nos maux publiques, Pour vous réciter de Sion Les saints cantiques. Hélas ! tout soupire entre nous, Tout y larmoye : Comment donc en attendez-vous Un chant de joye?
Page 146 - D'Hippolyte que j'aime, et non pas seulement Que j'aime, mais de qui j'enrage follement. NOURRICE Ne verray-je jamais hors de vostre pensée, Cruelle s'affligeant, cette amour insensée? Languirez-vous tousjours...
Page 56 - Tragédie française à huit personnages, traitant de l'amour d'un serviteur envers sa maîtresse et de tout ce qui en advint.
Page 31 - Prend pilié d'un long tourment, Et l'amant qui persévère Devient un heureux amant, Tout est doux et rien ne coûte Pour un cœur qu'on veut toucher : L'onde se fait une route En s'efforçant d'en chercher : L'eau qui tombe goutte à goutte Perce le plus dur rocher.
Page 292 - ... airs avant le commencement de la piece, et entre les actes. Ensuite ils furent mis au fond des troisiemes loges, puis aux secondes, enfin entre le...

Informations bibliographiques