Biographie maritime: ou, Notices historiques sur la vie et les campagnes des marins célèbres français et étrangers, Volume 3

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Avis d'utilisateur - Signaler comme contenu inapproprié

p 122

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 219 - Hollandais ; néanmoins le lecteur en trouvera la description bien différente. Cinq petites anses , semblables aux côtés d'un polygone régulier, forment le contour de cette rade ; elles sont séparées entre elles par des coteaux couverts d'arbres jusqu'à la cime. Le printemps le plus frais n'a jamais offert en France des nuances d'un vert si vigoureux et si varié; et quoique nous n'eussions aperçu , depuis que nous prolongions la côte , ni une seule pirogue , ni un seul feu , nous ne pouvions...
Page 488 - ... la plus enviée par les militaires. Je sens vivement votre douleur. Le moment qui nous sépare de l'objet que nous aimons est terrible ; il nous isole de la terre; il fait éprouver au corps les convulsions de l'agonie : les facultés de l'âme sont anéanties ; elle ne conserve de relations avec...
Page 502 - Bucentaure par l'éloignement de son matelot d'arrière, et jugeant de l'impossibilité où se trouvait ce bâtiment de prendre son poste, força de voiles, et vint audacieusement poster son vaisseau dans la hanche du vent du Bucentaure. Par cette manœuvre, digne des plus grands éloges, le capitaine Lucas...
Page 500 - II faisait presque calme le 19 , et huit ou « dix bâtimens seulement purent sortir de « la rade de Cadix. Le 20, la brise variable « du sud-est au sud sud-est, étant devenue « plus forte, le reste de la flotte combinée « mit dehors. Les signaux de la tour de « Cadix et ceux des frégates chargées d'éclai« rer la route, annonçaient dix-huit voiles «au sud.
Page 278 - Tantourah, et qu'il est indispensable que vous transportiez à Alexandrie et à Damiette : vous vaincrez, par votre intelligence, vos connaissances nautiques et votre zèle, tous les obstacles que vous pourriez rencontrer ; vous et vos équipages acquerrez plus de gloire par cette action que par le combat le plus brillant ; jamais croisière n'aura été plus utile que la vôtre, et jamais frégates n'auront rendu un plus grand service à la République.
Page 495 - ... voile pour l'Egypte, se mit à sa poursuite dans cette direction ; mais, après avoir parcouru vainement les côtes de la Sicile et du royaume de Naples, ainsi que les bouches du Nil, il revint à Malte. Là, des avis certains lui apprirent que l'armée française avait été vue, le 7 avril i8o5, sous le cap de Gatte, et qu'elle avait passé le détroit le 9.
Page 488 - Votre mari a été tué d'un coup de canon, en combattant à son bord. Il est mort sans souffrir, et de la mort la plus douce , la plus enviée par les militaires. Je sens vivement votre douleur. Le moment qui nous sépare de l'objet que nous aimons est terrible ; il nous isole de la terre ; il fait éprouver au corps les convulsions de l'agonie. Les facultés de l'âme sont anéanties , elle ne conserve de relations avec l'univers, qu'au travers d'un cauchemar qui altère tout. Les hommes paraissent...
Page 305 - Virginie, le 19 octobre 1781 , et présentés par le congrès à Son Excellence le comte de Grasse , comme un témoignage des services inappréciables qu'il a reçus de lui dans cette mémorable journée...
Page 506 - ... auquel la fatalité m'a entraîné, je dois mourir ! Je sais que tu ne peux goûter aucune apologie de mon action. Je t'en demande pardon, mille fois pardon, mais elle est nécessaire, et j'y suis entraîné par le plus violent désespoir. Vis tranquille ; emprunte les consolations des doux sentiments de religion qui t'animent ; mon espérance est que tu y trouveras un repos qui m'est refusé. Adieu, adieu ; sèche les larmes de ma famille et de tous ceux auxquels je puis être cher. Je voulais...
Page 242 - ... communication entre eux. Les hommes blancs avaient coutume de regarder le soleil au travers de certaines choses que je ne puis ni dépeindre ni montrer, parce que nous n'avons eu aucune de ces choses. Deux hommes blancs restèrent après le départ de leurs compagnons. L'un était chef, l'autre un homme qui servait le chef. Le premier mourut il ya environ trois ans; une demiannée après, le chef du canton où résidait l'autre homme blanc fut obligé de s'enfuir de l'île, et l'homme blanc partit...

Informations bibliographiques