De l'esprit des loix, Ou, Du rapport que les loix doivent avoir avec la constitution de chaque gouvernement, les mœurs, le climat, la religion, le commerce, &c: A quoi l'auteur a ajoûté. Des recherches nouvelles sur les Loix Romaines, touchant les successions, sur les Loix Françoises, & sur les Loix Féodales..

Couverture
Chez Chatelain., 1749 - 564 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 18 - n'eut point de lieu en Italie ; le Droit Romain s'y maintint avec la Loi des Lombards. Il arriva même que celle-ci céda au' Droit Romain ,- elle cefla d'être la Loi de la nation dominante ; & quoiqu'elle continuât d'être celle de la principale Nobleffe , la plupart des Villes s'érigèrent en Républiques , & cette Noblefle tomba
Page 253 - fit Clovis Proconful. Et moi je dirai qu'il ya apparence qu'il ne le fit pas. Sur un fait qui n'eft fondé fur rien , l'autorité de celui qui le nie eft égale à l'autorité de celui qui l'allègue. J'ai même une raifon pour cela. Grégoire de Tours, qui parle du Confulat, ne dit rien du Proconfulat,
Page 124 - ces abus par les Arrêts qui les réformèrent ; l'épaifle ignorance les avoit introduits, une efpece de clarté parut, & ils ne furent plus. On peut juger par le filence du Clergé, qu'il alla lui-même au-devant de la correction : ce qui, vu la nature de l'efprit humain , mérite des louanges. Tout homme qui
Page 152 - car tout homme qui contribue de quelque façon que ce foit à un dommage ,. doit le réparer.. Mais parmi nous la peine du vol étant capitale, on n'a pas pu , fans outrer les chofes, punir le receleur comme le voleur. Celui qui reçoit le vol peut en mille occafions
Page 169 - parce qu'il eft impoffible de ne le pas découvrir ; les mêmes poids dans la Police, les mêmes mefures dans le Commerce , les mêmes Loix dans l'Etat , la même Religion dans toutes fes parties. Mais cela eft-il toujours à propos fans exception? Le
Page 252 - entier fournis, fans que l'Hiftoire dife comment il l'a été ; on a un très-jufte fujet de croire que l'affaire a fini comme elle a commencé. Ce point une fois manqué, il eft aifé de voir que tout le fyftême de Mr. l'Abbé Dubos croule de fond en comble ; & toutes les fois qu'il tirera quelques
Page 249 - l'Abbé Dubos avoit eu de bons fondemens, il n'auroit pas été obligé de faire trois mortels volumes pour le prouver ; il auroit tout trouvé dans fon fujet, & fans aller chercher de toutes parts ce qui en étoit très-loin ; la
Page 29 - & pour fuivre le même exemple , fi dans un lieu où la Loi Salique étoit territoriale, un Bourguignon étoit jugé par la Loi des Bourguignons , & que le cas ne fe trouvât pas dans le texte de cette Loi, il ne faut pas douter que l'on ne jugeât fuivant la coutume du lieu.
Page 362 - ni fes héritiers , mais étant un cas fortuit qu'on ne devoit ni prévoir ni attendre, on ne fit point ces fortes de ftipulations, & on continua à payer une certaine portion du prix. Lorfque les fiefs étoient à vie , on ne pouvoit pas donner une partie de fon fief pour le tenir pour toujours en arrière-fief; il eut
Page 226 - En effet les Lombards, peuple pauvre , s'étant enrichis par la conquête de l'Italie, les compofitions anciennes devenoient frivoles, & les réconciliations ne fe faifoient plus. Je ne doute pas que cette confidération n'ait obligé les autres chefs des nations conquérantes à faire les divers Codes de Loix que nous avons aujourd'hui.

Informations bibliographiques