Œuvres anatomiques, physiologiques et medicales de Galien, Volume 2

Couverture
J.B. Baillière, 1856
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 90 - ... qui nous portent vers ces objets, et se délivrer en toute rencontre du tourment qui nous presse. Le troisième et le plus grand de nos besoins, comme aussi le plus vif de nos désirs, est celui de la propagation de notre espèce : il ne se déclare qu'après les autres; mais à son approche l'homme est saisi des accès d'une fièvre ardente, qui le transporte hors de lui-même, et le brûle avec une extrême violence. Telles sont les trois maladies qui poussent l'homme vers ce qu'on appelle...
Page 792 - LANE MEDICAL LIBRARY STANFORD UNIVERSITY MEDICAL CENTER STANFORD, CALIFORNIA 94305 Ignorance of Library's rules does not exempt violators from penalties.
Page 501 - Je conjecturai, dit-il, qu'à l'endroit où le nerf sort, après la septième vertèbre cervicale, quelque partie enflammée, par suite du coup, avait contracté une diathèse squirrheuse. Telle fut ma réflexion, car je savais de science certaine, par l'anatomie, que les cordons nerveux paraissent avoir, quand ils s'échappent du cerveau [ou de la moelle], une circonscription propre.
Page 367 - Je sais bien , disait-il , que j'ai un reste de fièvre, mais c'est très-peu de chose, et l'on ne peut craindre qu'un bain me fasse du mal. Car toute cette fièvre vient de mon voyage. » — Se tournant alors vers son esclave : — « Ne te rappelles-tu pas quel mal nous avons eu hier en venant de Mégare à Athènes.
Page 571 - Tous sont en proie à la crainte, à la tristesse, accusent la vie, et haïssent les hommes, .mais tous ne désirent pas mourir. Il en est, au contraire, chez qui l'essence même de la mélancolie est la crainte de la mort. D'autres vous paraîtront bizarres ; ils redoutent la mort et en même temps la désirent.
Page 598 - Cet état était surtout apparent à la face, à la bouche et au voile ;,' + .-•<.• -ri qui est de chaque côté de la luette ( voile du palais ) ; de plus , la mâchoire inférieure était dérivée en proportion, mais la paraplégie ne s'étendait pas, comme ordinairement, à tout le corps; celle-ci dépendant de l'angine ne dépassait pas le bras. Ces malades expectoraient des matières cuites et s'essoufflaient promptement ; ceux chez qui la vertèbre faisait saillie en avant expectoraient...
Page 34 - De pareilles lésion* ne se produisent pas facilement ; en effet , d'une part , la vertèbre ne sera guère chassée en arrière, à moins que le blessé n'ait reçu un coup violent à travers le ventre (et alors il mourra), ou à moins que, dans une chute d'un lieu élevé, le choc n'ait porté sur les ischions ou sur les épaules (et alors il mourra encore, mais il ne mourra pas aussi promptement) ; d'autre part , la vertèbre ne sera guère chassée en avant , à moins de la chute d'un corps très-pesant,...
Page 227 - ... substances contraires. C'est elle qui donne à tous les corps , en les créant , une conformation artistique , qui pourvoit au sort des êtres engendrés par certaines autres facultés , facultés d'amour et de prévoyance pour la progéniture, d'association et d'affection entre les êtres de même espèce. Dans l'opinion de leurs adversaires rien de ceci n'existe dans les natures; l'âme ne possède pas dès le principe une idée innée de la conséquence, de la contradiction, de la division,...
Page 101 - ... la femme la plus chaude est plus froide que l'homme le plus froid — , «qui resta en usage jusqu'à une date très avancée du XVIIIe siècle29». Si Galien concevait qu'un certain chevauchement des 26. Selon la conception finaliste de Galien : « De même donc que de tous les animaux l'homme est le plus parfait, de même dans l'espèce humaine, l'homme est plus parfait que la femme. Mais pour la race en général ces parties [les organes reproducteurs féminins] n'ont pas été d'une utilité...
Page 560 - ... faut pour cela un médecin studieux , observateur, et non pas occupé à rechercher comment il contredira les beaux développements des anciens sur l'âme dirigeante, chose si claire que la foule même est convaincue qu'elle réside dans l'encéphale. On pardonnerait peutêtre à des philosophes retirés dans leur coin de se tromper à cet égard; mais chez des médecins vieillis dans la pratique, une pareille opiniâtreté ou impudence, pour parler plus franchement, est impardonnable. Ne les...

Informations bibliographiques