Images de page
PDF
ePub

CHAPITRE PREMIER.

De la divinité de la loi de Moyse.

601. La divinité de la loi de Moyse se prouve par les miracles, les prophéties, et la sublimité de la doctrine qu'elle contient.

"

[ocr errors]

ARTICLE I.

Preuve de la divinité de la loi de Moyse par les miracles.

602. Moyse se dit l'envoyé de Dieu, et prouve sa mission par des miracles. Donc la loi qu'il a promulguée au nom de Dieu est divine. Premièrement, Moyse se donne pour l'envoyé de Dieu. Le Seigneur dit à Moyse: « Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d'Abraham, « le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob. J'ai vu l'affliction de mon peuple qui est en Égypte ; le cri des enfants d'Israël est venu jusqu'à • moi, et j'ai vu l'affliction dont les accablent les Égyptiens. Mainte<< nant donc, viens, et je t'enverrai à Pharaon, afin que tu retires de l'Égypte mon peuple, les enfants d'Israël (1).» Moyse répondit à' Dieu : « J'irai vers les enfants d'Israël, et je leur dirai : Le Dieu « de vos pères m'a envoyé vers vous: Deus patrum vestrorum « misit me ad vos (2). Et s'ils me disent, Quel est son nom? que « leur dirai-je ? Dieu dit à Moyse: Je suis celui qui suis, Ego sum « qui sum. Voici ce que tu diras aux enfants d'Israël : Celui qui EST «< m'a envoyé vers vous : Qui est misit me ad vos (3). Il ajouta : « Voici ce que tu diras aux enfants d'Israël : Le Seigneur, le Dieu « de vos pères, le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob, m'a envoyé vers vous (4). »

«

603. C'est au nom du Seigneur que Moyse parle au peuple d'Israël ; il fait parler Dieu lui-même, lorsqu'il promulgue la loi. « Alors « Dieu prononça toutes ces paroles, et il dit : Je suis le Seigneur ton « Dieu, qui t'ai tiré de la terre d'Égypte, de la maison de servi«<tude. Tu n'auras point d'autres dieux devant moi. Tu ne fe<< ras point d'image taillée, ni aucune figure de ce qui est en haut « dans le ciel, ni sur la terre, en bas, ni dans les eaux sous la terre.

(1) Exod., C. HI, V. 6. - (2) Ibid.. v. 13.

(3) Ibid., v. 14.

(4) Ibid.,

Tu ne les adoreras point, et tu ne les serviras pas; car je suis le < Seigneur ton Dieu, le Dieu jaloux, qui punis l'iniquité des pères « sur les enfants, jusqu'à la troisième et quatrième génération,

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

"

dans ceux qui me haïssent; et qui fais miséricorde, dans la suite de mille générations, à ceux qui m'aiment et gardent mes commandements. Tu ne prendras point en vain le nom du Seigneur «ton Dieu, car le Seigneur ne laisséra point impuni quiconque « aura pris son nom en vain. Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage; << mais le septième jour est le repos du Seigneur ton Dic; tu n'y feras « aucune œuvre, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ta bête de service, ni l'étranger qui demeure avec toi dans l'enceinte de tes portes; car en six jours le Seigneur a fait le « ciel et la terre, et la mer, et tout ce qui y est renfermé, et il s'est reposé le septième. C'est pourquoi le Seigneur l'a béni et sanctifié. Honore ton père et ta mère, afin que tes jours soient longs sur la << terre que le Seigneur te donnera. Tu ne tueras point. Tu ne seras point adultère. Tu ne déroberas point. Tu ne porteras point de faux témoignage contre ton prochain. Tu ne convoiteras point sa maison, « ní son serviteur, ni sa servante, ni son âne, ni aucune chose qui soit « à lui (1). » C'est encore au nom du Seigneur que Moyse publie les ordonnances concernant le culte, le sacerdoce, la magistrature et l'administration de la justice. Il est donc vrai de dire que Moyse s'est donné pour l'envoyé de Dieu.

[ocr errors]
[ocr errors]

604. Secondement, Moyse a prouvé sa mission par des miracles dont on ne peut révoquer en doute l'authenticité (2). Nous lisons, dans l'Exode, que lorsque Dieu envoya Moyse pour délivrer les enfants d'Israël, Moyse répondit : « Ils ne me croiront point, ils n'é« couteront point ma voix; mais ils diront: Le Seigneur ne t'a « point apparu. Le Seigneur lui dit donc : Qu'est-ce que tu tiens dans ta main? Une verge. Jette-la par terre. Il la jeta,

[ocr errors]

"

a

* et elle devint un serpent: projecit (virgam), et versa est in colubrum (3). Le Seigneur ajouta : Étends ta main, et prends ce serpent par la queue. Il l'étendit et prit le serpent, qui redevint une verge, versaque est in virgam (4). Le Seigneur lui dit encore Mets ta main en ton sein; et quand il l'y eut mise, il la retira « couverte d'une lèpre blanche comme la neige. A un autre commandement, il la remit dans son sein, puis il la retira, et elle

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

(1) Exode, c. xx, v. 1, etc. sainte. (3) Exod., c. IV, v. 3

(2) Voyez ci-dessus e traité de l'Écriture (4) Ibid., v. 4

<< était semblable au reste de sa chair (1). S'ils ne croient, conclut << le Seigneur, et n'écoutent point la voix du premier signe, ils croi<«<ront à la voix du second. Que s'il arrive qu'ils ne croient pas à « ces deux signes et n'écoutent pas ta voix, prends des eaux du « fleuve et répands-les sur la terre, et ces eaux y deviendront du « sang (2). »

[ocr errors]
[ocr errors]

605. Moyse et Aaron son frère se présentent à Pharaon pour exécuter les ordres de Dieu. Aaron jette sa verge devant Pharaon et devant ses serviteurs, et elle fut changée en serpent: tulitque Aaron virgam coram Pharaone et servis ejus, quæ versa est in colubrum (3). Pharaon fit venir les sages et les magiciens de l'Égypte, qui firent la même chose par leurs enchantements secrets. Ils jetèrent leurs verges, qui furent changées en serpents; mais l'esprit de mensonge fut confondu; la verge d'Aaron dévora les verges des magiciens, sed devoravit virga Aaronis virgas eorum (4). Le cœur du roi s'endurcit, et résiste à la voix de l'Éternel. Alors le Seigneur parle à Moyse: « Dis à Aaron : Prends ta verge, et étends ta main sur les eaux de l'Égypte, sur les fleuves, sur les canaux, sur les marais et sur tous les lacs, afin qu'ils « soient changés en sang, et que le sang soit dans toute la terre « d'Égypte, dans les vases de bois et dans les vases de pierre. Moyse et Aaron firent ce que le Seigneur leur avait ordonné ; et Aaron, levant la verge, frappa l'eau du fleuve en la présence de << Pharaon et de ses ministres, et elle fut changée en sang. Les pois«< sons qui étaient dans l'eau moururent; le fleuve se corrompit; les Égyptiens ne pouvaient plus boire de ses eaux ; il n'y eut que «< du sang dans tout le pays d'Égypte (5). » Les Égyptiens creusèrent la terre autour du fleuve, pour trouver de quoi boire; car l'eau du fleuve n'était plus potable (6). Mais, au rapport de Philon, il sortit du sang de tous les endroits où ils ouvrirent la terre, comme il sort du sang d'un corps que l'on perce avec une épée (7). Cette plaie dura sept jours, et fit périr un grand nombre d'Égyptiens, comme le donne à entendre l'auteur du livre de la Sagesse (8). Ce

[ocr errors]
[ocr errors]

(1) Exod., c. IV, v. 6. – (2) Ibidem, v. 9. (3) Ibidem, c. vii, v. 10. (4) Ibid., v. 12.—(5) Elevans yirgam, percussit aquam fluminis coram Pharaone et servis ejus, quæ versa est in sanguinem. Et pisces qui erant in flumine mortui sunt; computruitque fluvius, et non poterant Egyptii bibere aquam fluminis, et fuit sanguis in tota terra Ægypti. Ibidem, v. 20, etc. (6) Foderunt autem omnes Ægyptii per circuitum fluminis aquam ut biberent: non enim poterant bibere de aqua fluminis. Ibid., v. 24.- (7) De vita Mosis, lib. 1.(8) Sapient., c. xi, v. 7, 8 et 9.

pendant Pharaon ne se rendit pas. Ses magiciens s'étant fait apporter de l'eau, vraisemblablement de la mer, qui n'était pas éloignée, la firent, eux aussi, paraître comme du sang (1), ce qui pouvait se faire évidemment sans miracle.

606. Sur un nouvel ordre de Dieu, transmis par Moyse, Aaron étendit sa main avec sa verge sur les fleuves, les rivières et les marais. Aussitôt toute la terre d'Égypte fut couverte de grenouilles (2); elles entrèrent dans le palais du rõi, dans sa chambre à coucher, sur son lit, dans les maisons de ses officiers et dans celles de tout le peuple, jusque dans les fours et les provisions (3). Les magiciens firent aussi venir des grenouilles sur la terre d'Égypte; mais, à leur grande confusion, ils ne purent faire cesser cette plaie. Pharaon fut forcé de recourir à Moyse, et le conjura d'éloigner les grenouilles de lui et de son peuple, lui promettant de laisser aller le peuple d'Israël sacrifier à l'Éternel (4). Moyse pria, et les grenouilles moururent dans les maisons, dans les cours et dans les champs. On en fit de grands monceaux, et la terre en fut infectée (5). Cependant Pharaon, voyant du relâche, endurcit son cœur, et n'exécuta point sa promesse, ainsi que le Seigneur l'avait prédit. Vint ensuite une plaie plus humiliante encore. Aaron, d'après l'ordre que lui en donna Moyse de la part de Dieu, frappa de sa verge la poussière de la terre; et la poussière fut changée en moucherons, qui s'attachèrent aux hommes et aux bêtes, dans toute l'Égypte (6). Les magiciens tentèrent de produire des moucherons par le moyen de leurs enchantements; mais ils ne purent : Feceruntque similiter malefici incantationibus suis ut educerent sciniphes, et non potuerunt (7). Honteux de leur défaite, ils dirent à Pharaon: Le doigt de Dieu est ici, digitus Dei est hic (8). En reconnaissant l'intervention du Tout-Puissant, ils avouaient qu'il n'y avait rien de divin dans tout ce qu'ils avaient fait jusque-là ; mais que c'était simplement ou des tours d'adresse, des prestiges, ou l'effet de quelques connaissances secrètes. Cet aveu était bien propre à toucher Pharaon; cependant son cœur endurci fut encore insensible.

607. « Le Seigneur dit à Moyse: Lève-toi dès le matin, et pré

(1) Exod., c. vII, v. 22. — (2) Extendit Aaron manum super aquas Ægypti, et ascenderunt ranæ, operueruntque terram Ægypti. Ibid., cap. vii, v. 6. (3) Ibid., v. 3. (4) Ibid., v. 8. - (5) Ibid., v. 14. (6) Extendit Aaron manum, virgam tenens, percussitque pulverem terræ, et facti sunt sciniphes in hominibus et in jumentis; omnis pulvis terræ versus est in sciniphes per totam terram apti. Exod., rupi, MP3, ?. 17 - G, Y 18 (8) Ibid., v. 19.

--

[ocr errors]
[ocr errors]

<< sente-toi devant Pharaon; car il sortira pour aller dans le fleuve, <«<et tu lui diras: Voici ce que dit le Seigneur : Laisse aller mon «< peuple, afin qu'il me rende le culte qui m'est dû. Que si tu ne le laisses pas aller, j'enverrai aussitôt contre toi, et contre tes serviteurs, et contre ton peuple, et dans tes maisons, diverses « sortes de mouches; les maisons des Égyptiens en seront remplies, ainsi que toute la terre qu'ils habitent. Mais en ce jour-là j'opé<< rerai un prodige en la terre de Gessen, en laquelle est mon peu

[ocr errors]
[ocr errors]

"

ple là il n'y aura point de mouches, afin que tu saches que moi, le Seigneur, je suis au milieu de cette terre. Je mettrai cette « séparation entre ton peuple et le mien. Demain ce prodige sera. « Et le Seigneur fit ainsi. Une grande nuée de mouches vint en la << maison de Pharaon, dans celles de ses serviteurs, et dans toute « la terre d'Égypte, et la terre en était infectée (1). » Sur la promesse que fit Pharaon de laisser aller le peuple d'Israël pour sacrifier à l'Éternel, Moyse pria le Seigneur; et les mouches s'éloignèrent de Pharaon, et de ses serviteurs, et de son peuple; et il n'en demeura pas une (2). Mais le roi endurcit encore une fois son cœur, et il ne laissa point partir le peuple d'Israël.

608. « Le Seigneur dit à Moyse: Va trouver Pharaon, et dis«<lui: Voici ce que dit le Seigneur, le Dieu des Hébreux : Laisse aller mon peuple, afin qu'il me rende l'hommage qu'il me doit. Que si tu refuses de le laisser aller et que tu le retiennes encore, le Seigneur va étendre sa main sur tous les animaux qui sont dans les champs, sur les chevaux, sur les ânes, sur les chameaux,

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

<«< sur les brebis; et il y aura une très-grande mortalité. Et le Seigneur, par un nouveau prodige, discernera entre les bestiaux « d'Israël et ceux des Égyptiens, de sorte qu'il ne mourra rien de « ce qui appartient aux enfants d'Israël. Le Seigneur en a marqué lui-même le temps; c'est demain qu'il exécutera sa menace. Le Seigneur fit donc le lendemain ce qu'il avait dit : les troupeaux des Egyptiens, qui restaient dans les champs, périrent tous, « tandis que rien ne périt dans ceux qui appartenaient aux enfants « d'Israël. Pharaon envoya pour s'en assurer; toutefois il endurcit « encore son cœur (3).

[ocr errors]
[ocr errors]

609. Alors « l'Éternel dit à Moyse et à Aaron : Remplissez

(1) Fecitque Dominus ita. El venit musca gravissima in domos Pharaonis et servorum ejus, et in omnem terram Ægypti : corruptaque est terra ab hujuscemodi muscis. Ibid., v. 20, etc. - (2) Ibidem, v. 28. — (3) Fecit ergo Dominus verbum hoc altera die mortuaque sunt omnia animantia Ægyptiorum : de animalibus vero filiorum Israël nihil omnino periit. Exod., c. ix, v. 1, elc.

:

« PrécédentContinuer »