Images de page
PDF
ePub
[ocr errors]

"

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

<< se fera au dernier jour. Jésus lui dit : Je suis la résurrection et la vie; celui qui croit en moi, encore qu'il soit mort, vivra; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Croyez-vous cela? «Elle lui dit: Oui, Seigneur, je crois que vous êtes le Christ, le « fils du Dieu vivant, qui êtes venu en ce monde. Et ayant dit cela, elle s'en alla, et appela sa sœur Marie en secret, et lui dit: Le Maître est ici, et il vous appelle. Aussitôt que celle-ci eut entendu, « elle se leva en hâte et vint vers lui. Or Jésus n'était pas encore « arrivé dans le bourg, mais il était au même lieu où Marthe l'avait rencontré. Cependant les Juifs qui étaient avec Marie dans la maison, et qui la consolaient, voyant qu'elle s'était levée si " promptement et qu'elle était sortie, la suivirent, disant: Elle s'en « va au sépulcre pour pleurer. Quand donc Marie fut venue au « lieu où était Jésus, dès qu'elle le vit elle se jeta à ses pieds, et lui « dit: Seigneur, si vous aviez été ici, mon frère ne serait pas ⚫ mort. Jésus voyant qu'elle pleurait, et que ceux qui étaient ve«nus avec elle pleuraient aussi, frémit en son esprit et s'émut luimême, et il dit: Où l'avez-vous mis? Ils lui dirent: Seigneur, « venez et voyez. Et Jésus pleura. Les Juifs dirent alors: Voyez «< comment il l'aimait ! Mais quelques-uns d'entre eux disaient: Ne pouvait-il pas empêcher qu'il mourût, lui qui a ouvert les yeux à un aveugle-né? Jésus donc, frémissant de nouveau en luimême, alla au sépulcre. Or c'était une grotte, et une pierre était placée dessus. Jésus dit: Otez la pierre. Mais Marthe, «la sœur de celui qui était mort, lui dit: Seigneur, il sent déjà ; « car il y a quatre jours qu'il est là: Jam fœtet, quatridua« nus est enim. Jésus lui dit: Ne vous ai-je pas dit que si vous « croyez, vous verrez la gloire de Dieu? Ils ôtèrent donc la pierre. Or Jésus, levant les yeux au ciel, dit : Mon Père, je vous « rends grâces de ce que vous m'avez exaucé. Pour moi, je savais bien que vous m'exaucez toujours; mais je l'ai dit à cause « de la multitude qui m'environne, afin qu'ils croient que c'est « vous qui m'avez envoyé. Ayant dit cela, il cria d'une voix forte: • Lazare, viens dehors! Et soudain le mort sortit, ayant les mains

«

"

[ocr errors]

"

[ocr errors]

"

" et les pieds liés de bandes, et sa face était enveloppée d'un

« linge. Jésus leur dit : Déliez-le, et laissez-le aller. Beaucoup d'entre les Juifs qui étaient venus vers Marie et Marthe, et avaient « vu ce que Jésus avait fait, crurent en lui (1). »

731. Enfin Jésus ayant expiré sur la croix, « le voile du temple

(1) Voyez le texte dans saint Jean, c xi, v. 11, etc

[ocr errors]

« se déchira en deux, depuis le haut jusqu'en bas; la terre trembla, les pierres se fendirent, les tombeaux s'ouvrirent, et plusieurs « corps des saints qui étaient dans le sommeil de la mort ressusci«tèrent; et, sortant de leurs tombeaux après sa résurrection, ils « vinrent dans la ville sainte, et apparurent à un grand nombre « de personnes. Le centurion, et ceux qui étaient avec lui pour garder Jésus, ayant vu le tremblement de terre et tout ce « qui s'était passé, furent effrayés, et dirent: Cet homme était « vraiment le Fils de Dieu (1). Et toute la multitude de ceux qui «< assistaient à ce spectacle, considérant toutes ces choses, s'en « retournaient en se frappant la poitrine (2). »

[ocr errors]

་་

732. Tels sont, en partie, les miracles opérés par Jésus-Christ. Or ces miracles prouvent, jusqu'à l'évidence, que Jésus est l'envoyé de Dieu. L'athée, le panthéiste, le déiste, le rationaliste, l'incrédule, en un mot, quel que soit son système, convient que, malgré les progrès de la science, malgré les effets parfois surprenants du magnétisme animal, on ne pourra jamais expliquer naturellement les prodiges de Jésus, à les prendre tels qu'ils sont rapportés dans l'Evangile. Toutes les suppositions qu'on a faites, toutes les explications qu'on a données, toutes les exégèses allemandes et françaises imaginées dans ces derniers temps, tombent devant le texte sacré. Non, il n'est point dans l'ordre de la nature que les aveugles-nés, les sourds, les muets, les boiteux, les paralytiques, les morts eux-mêmes dont le cadavre répand déjà l'infection, recouvrent subitement, au signe ou à la parole d'un homme, la vue, l'ouïe, la parole, l'usage de leurs membres, la vie même. Il n'est point naturel qu'un homme marche et fasse marcher sur la plaine liquide comme sur la terre ferme, ou que, dans une tempête, il commande aux vents et à la mer, et qu'il soit obéi. Il n'y a pas de milieu; il faut, de toute nécessité, ou reconnaître la divinité de la mission de Jésus-Christ, ou révoquer en doute la narration des évangélistes. Mais il est démontré que les

(1) Et ecce velum templi scissum est in duas partes, a summo usque deorsum, et terra mota est, et petræ scissæ sunt, et monumenta aperta sunt: et multa corpora sanctorum, qui dormierant, surrexerunt. Et excuntes de monumentis post resurrectionem ejus, venerunt in sanctam civitatem, et apparuerunt multis. Centurio autem, et qui cum eo erant, custedientes Jesum, viso terræ motu et his quæ fiebant, timuerunt valde, dicentes: Vere Filius Dei erat iste. Saint Matthieu, c. xxvi, v. 51, etc.—(2) Et omnis turba corum qui simul aderant ad spectaculum istud, et videbant quæ fiebant, percutientes pectora sua revertebantur. Sain! Luc c. xxm, v. 48.

livres du Nouveau Testament sont authentiques; qu'ils sont arrivés jusqu'à nous purs, intègres, et exempts de toute altération substantielle; que les faits naturels qu'ils contiennent sont vrais, certains, incontestables; que les disciples immédiats de Jésus-Christ, qui les rapportent, n'ont pu être trompés sur ces faits dont ils ont été témoins, vu que ce sont des faits sensibles, palpables, notoires et publics; qu'ils n'ont pas voulu tromper, ce projet étant le plus absurde qui se soit jamais présenté à l'esprit d'un homme; et qu'ils n'auraient jamais pu tromper, quand même ils l'auraient voulu, ni leurs contemporains, ni la postérité (1). Certainement « les faits de Socrate, dont personne << ne doute, sont moins attestés que ceux de Jésus-Christ (2). » Donc, encore une fois, il faut confesser que Jésus-Christ est l'envoyé de Dieu.

CHAPITRE IV.

Preuve de la divinité de la mission de Jésus-Christ par sa résurrection.

733. On sépare la résurrection de Jésus-Christ des autres miracles de l'Évangile, soit parce que c'est un fait principal sur lequel repose particulièrement la prédication des apôtres : Si Christus non resurrexit, dit saint Paul, inanis est prædicatio nostra (3); soit parce que ce fait a été plus particulièrement attaqué par les ennemis du christianisme. De l'aveu des incrédules, la résurrection de Jésus-Christ une fois constatée suffit pour établir la divinité de sa mission et justifier la foi du chrétien. Or, pour cette question comme pour celle des miracles de Notre-Seigneur en général, nous suivrons le récit des évangélistes, dont le témoignage ne peut être contesté.

734. Jésus ayant expiré sur la croix à la neuvième heure du jour, la troisième de l'après-midi, « parce que c'était la veille du << sabbat, et afin que les corps (de Jésus et des deux larrons) ne de<< meurassent point sur la croix le jour du sabbat (car ce sabbat était

(2)

(4) Voyez, ci-dessus, le Traité de l'Écriture sainte, ch. 11, I et Iv. J. J. Rousseau. Voyez, ci-dessus, n° 216.- (3) 1" Epitre aux Corinthiens, c. xv, v. 14.

"

[ocr errors]

« le plus solennel de tous), les Juifs prièrent Pilate de leur faire « rompre les jambes, et de les faire enlever. Il y vint donc des « soldats, qui rompirent les jambes au premier et à l'autre (larron) qu'on avait crucifiés avec Jésus. Mais étant venus à Jésus, et voyant qu'il était déjà mort, ils ne lui rompirent point les jambes. Mais un des soldats lui ouvrit le côté avec une lance, et aus« sitôt il en sortit du sang et de l'eau. Celui qui l'a vu en rend témoignage, et son témoignage est véritable; et il sait qu'il dit vrai, afin que vous croyiez aussi (1). » Ainsi s'exprime l'apôtre saint Jean, qui était présent au Calvaire.

[ocr errors]

«

«

"

735.« Sur le soir, il vint un homme riche, nommé Joseph, qui était d'Arimathie. C'était un sénateur, homme juste et ver- tueux, disciple lui-même de Jésus, mais en secret, parce qu'il «< craignait les Juifs. Il n'avait point consenti à leur dessein, ni à ce qu'ils avaient fait; il était du nombre de ceux qui attendaient <<< le royaume de Dieu. Il vint donc, et alla trouver Pilate, et lui « demanda le corps de Jésus. Pilate, étonné que Jésus pût déjà «< être mort, fit venir le centurion, et lui demanda s'il était déjà « mort. Le centurion l'en ayant assuré, Pilate permit d'enlever le <«< corps de Jésus; ce que fit Joseph. Nicodème, celui qui était venu « autrefois trouver Jésus durant la nuit, y vint aussi avec cent livres d'une composition de myrrhe et d'aloès. Ayant pris le corps « de Jésus, ils l'enveloppèrent d'un linceul blanc et d'autres linges « avec des aromates, selon la manière d'ensevelir en usage chez « les Juifs. Or il y avait, au lieu où il avait été crucifié, un jardin, « et dans ce jardin un sépulcre nouveau, où personne n'avait « encore été mis. Comme c'était la veille du sabbat des Juifs, et « que le sépulcre était proche, ils mirent le corps de Jésus dans « ce sépulcre tout neuf, que Joseph avait fait tailler pour lui« même dans le roc. Puis, Joseph ayant roulé une grande pierre « à l'entrée du sépulcre, se retira (2). Le jour suivant, qui était le « jour du sabbat, les princes des prêtres et les pharisiens se rendirent ensemble chez Pilate, et lui dirent: Seigneur, nous

"

(1) Venerunt ergo milites : et primi quidem fregerunt crura, et alterius qui crucifixus est cum eo. Ad Jesum autem cum venissent, ut viderunt eum jam mortuum, non fregerunt ejus crura. Sed unus militum lancea latus ejus aperuit, et continuo exivit sanguis et aqua. Et qui vidit, testimonium perhibuit, et verum est testimonium ejus. Et ille scit quia vera dicit, ut et vos credatis. Saint Jean, c. xix, v. 31, etc. (2) Voyez le texte dans saint Matthieu, c. XXVII, v. 57, etc.; saint Marc, c. xv, v. 42, etc.; saint Inc, c. xxIII, v. 50, etc.; saint Jean, c. XIX, v. 31, etc.

« nous sommes souvenus que cet imposteur a dit, lorsqu'il était << encore en vie: Après trois jours je ressusciterai. Commandez « donc que le sépulcre soit gardé jusqu'au troisième jour, de peur que ses disciples ne viennent l'enlever, et ne disent au peuple: Il est ressuscité d'entre les morts; car la dernière erreur « serait pire que la première. Pilate leur répondit : Vous avez « des gardes; allez, faites-le garder comme vous l'entendrez. Ils << s'en allèrent donc, et assurèrent le sépulcre, en en scellant la pierre, et y posant des gardes (1).

[ocr errors]

«

«

[ocr errors]

736. « Le premier jour de la semaine suivante, de très-grand matin, voilà qu'il se fit un grand tremblement de terre; car << un ange du Seigneur descendit du ciel, et, s'approchant du sé« pulere, il renversa la pierre qui le fermait, et s'assit dessus. Son « visage était brillant comme un éclair, et ses vêtements blancs «< comme la neige. Les gardes en furent saisis de frayeur, et ils << restèrent comme morts (2). Quelque temps après, le même jour, «<les saintes femmes qui avaient suivi Jésus avant sa mort allè<< rent au sépulcre. Chemin faisant, elles se disaient l'une à l'autre : Qui nous ôtera la pierre de l'entrée du sépulcre? car elle était « très-grande. Mais, en regardant, elles virent que la pierre était « renversée. Et étant entrées dans le sépulcre, elles virent un jeune homme assis du côté droit, vêtu d'une robe blanche; et << elles en furent fort effrayées. Mais l'ange leur dit: Ne craignez « pas, vous ; je le sais, vous cherchez Jésus de Nazareth, qui a été « crucifié; car il est ressuscité, comme il l'a dit. Venez, et voyez « le lieu où il avait été mis. Mais allez promptement, et dites à ses « disciples, et à Pierre, qu'il est ressuscité; et le voilà qui vous précède en Galilée; là, vous le verrez, comme il vous l'a dit. Elles a sortirent aussitôt et s'enfuirent, étant saisies de crainte et toutes tremblantes; et elles ne dirent rien aux personnes qu'elles ren« contraient, tant elles étaient effrayées (3). »

«

[ocr errors]

(1) Convenerunt principes sacerdotum et pharisæi ad Pilatum, dicentes : Domine, recordati sumus quia seductor ille dixit adhuc vivens: Post tres dies resurgam. Jube ergo custodiri sepulcrum usque in diem tertium, ne forte veniant discipuli ejus, et furentur eum, et dicant plebi : Surrexit a mortuis. Et erit novissimus error pejor priore. Ait illis Pilatus: Habetis custodiam, ite, custodite sicut scitis. Illi autem abeuntes munierunt sepulcrum, signantes lapidem, cum custodibus. Saint Matthieu, c. xxvii, v. 62, etc. — (2) Et ecce terræ motus factus est magnus. Angelus enim Domini descendit de cœlo; et accedens, revolvit lapidem, et sedebat super eum. Erat autem aspectus ejus sicut fulgur : et vestimentum ejus sicut nix. Præ timore autem ejus exterriti sunt custodes, et facti sunt velut mortui. Ibidem, c. xxvi, v. 2, elc. (3) Introeuntes in mo

« PrécédentContinuer »