Revue du progrès social: recueil mensuel politique, philosophique et littéraire, Volume 1

Couverture
1834
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 474 - C'est elle qui plane sur la société et qui la juge, et qui, montrant à l'homme la vulgarité de son œuvre , l'appelle sans cesse en avant , en lui montrant du doigt des utopies , des républiques imaginaires , des cités de Dieu, et lui souffle au cœur le courage de les tenter et l'espérance de les atteindre.
Page 472 - L'idée est mûre, les temps sont décisifs; un petit nombre d'intelligences appartenant au hasard à toutes les diverses dénominations d'opinions politiques portent l'idée féconde dans leurs têtes et dans leurs cœurs; je suis du nombre de ceux qui veulent sans violence, mais avec hardiesse et avec foi, tenter enfin de réaliser cet idéal qui n'a pas en vain travaillé toutes les têtes audessus du niveau de l'humanité, depuis la tête incommensurable du Christ jusqu'à celle de Fénelon.
Page 262 - Chose bizarre! ces provinces, diverses de climats, de mœurs et de langage, se sont comprises, se sont aimées; toutes se sont senties solidaires. Le Gascon s'est inquiété de la Flandre, le Bourguignon a joui ou souffert de ce qui se faisait aux Pyrénées ; le Breton , assis au rivage de l'Océan, a senti les coups qui se donnaient sur le Rhin. Ainsi s'est formé l'esprit général , universel de la contrée. L'esprit local a disparu chaque jour; l'influence du sol, du climat, de la race, a cédé...
Page 472 - Ma conviction est que nous sommes à une de ces grandes époques de reconstruction , de rénovation sociale ; il ne s'agit pas seulement de savoir si le pouvoir passera de telles mains royales dans telles mains populaires; si ce sera la noblesse, le sacerdoce ou la bourgeoisie qui prendront les rênes des gouvernements nouveaux, si nous nous appellerons empires ou républiques : il s'agit de plus; il s'agit de décider si l'idée de morale , de religion , de charité évangélique , sera substituée...
Page 103 - Rechercher , d'après des observations positives , quels sont les élemens dont se compose , à Paris, ou dans toute autre grande ville, cette partie de la population qui forme une classe dangereuse par ses vices, son ignorance et sa misère. Indiquer les moyens que l'administration , les hommes riches ou aisés , les ouvriers intelligens ou ™>orieux peuvent employer pour améliorer cette classe dépravée et malheureuse.
Page 252 - Il faut, de toute nécessité , qu'il soit lui-même le premier objet de sa sollicitude. Son intérêt doit, à ses yeux, passer avant tout autre; et , en y regardant de près , il n'ya , dans cet état de choses, rien qui fasse obstacle à la vertu et au bonheur : car comment obtiendra-t-on le bonheur de tous dans la plus grande proportion possible, si ce n'est à la condition que chacun en obtiendra pour lui-même la plus grande quantité possible ? De quoi se composera la somme du bonheur total,...
Page 522 - Celui qui n'aime pas son frère est maudit sept fois, et celui qui se fait l'ennemi de son frère est maudit septante fois sept fois. C'est pourquoi les rois et les princes, et tous ceux que le monde appelle grands ont été maudits : ils n'ont point aimé leurs frères, et ils les ont traités en ennemis. Aimez-vous les uns les autres, et vous ne craindrez ni les grands, ni les princes, ni les rois.
Page 248 - ... si chaque homme , agissant avec connaissance de cause dans son intérêt individuel , obtenait la plus grande somme de bonheur possible , alors l'humanité arriverait à la suprême félicité , et le but de toute morale , le bonheur universel serait atteint.
Page 106 - Les concurrens sont prévenus que l'Académie ne rendra aucun des ouvrages qui auront été envoyés au concours ; mais les auteurs auront la liberté d'en faire prendre des copies s'ils en ont besoin.
Page 676 - Vraisemblablement l'espèce humaine s'agrandira, mais il est à craindre que l'homme ne diminue, que quelques facultés éminentes du génie ne se perdent, que l'imagination, la poésie, les arts, ne meurent dans les trous d'une sociétéruche où chaque individu ne sera plus qu'une abeille, une roue dans une machine, un atome dans la matière organisée.

Informations bibliographiques