Oeuvres du feu ...

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 404 - C'est peu qu'en un ouvrage où les fautes fourmillent Des traits d'esprit semés de temps en temps pétillent. Il faut que chaque chose y soit mise en son lieu ; Que le début, la fin répondent au milieu...
Page 407 - Que votre âme et vos mœurs, peintes dans vos ouvrages, N'offrent jamais de vous que de nobles images.
Page 406 - Au mépris du Bon fens , le Burlefque effronté Trompa les yeux d'abord , plut par fa nouveauté, On ne vit plus en vers que pointes triviales. Le Parnaflè parla le langage des Halef. la licence à rimer alors n'eut plus de frein.
Page 177 - En courroux, comme vous, on ne me voit point être; Je prends tout doucement les hommes comme ils sont, J'accoutume mon âme à souffrir ce qu'ils font; Et je crois qu'à la Cour, de même qu'à la ville, Mon flegme est philosophe, autant que votre bile.
Page 180 - Trahi de toutes parts, accablé d'injustices, Je vais sortir d'un gouffre où triomphent les vices, Et chercher sur la terre un endroit écarté Où d'être homme d'honneur on ait la liberté.
Page 178 - Oui, je vois ces défauts, dont votre âme murmure, Comme vices unis à l'humaine nature; Et mon esprit enfin n'est pas plus offensé De voir un homme fourbe, injuste, intéressé, Que de voir des vautours affamés de carnage, Des singes malfaisants et des loups pleins de rage.
Page 170 - Qu'elle m'estime autant que Rome vous a fait, Je crois faire pour elle autant que vous pour Rome ; J'ai le cœur aussi bon ; mais enfin je suis homme.
Page 404 - L'autre a peur de remper , il fe perd dans la nue. Voulez-vous du public mériter les amours , .Sans cefle en écrivant variez vos difcours. Un ftyle trop égal , & toujours uniforme , En vain brille à nos yeux , il faut qu'il nous endorme• On lit peu ces Auteurs nés pour nous ennuye* , Qui toujours fur un ton femblcnt pfalmodier. E e iv Heureux qui, dans fes vers, fait, d'une voix légère,' l'alTer du grave au doux, du plaifant au févère.
Page 328 - SOURCE intarissable d'erreurs, Poison qui corromps la droiture Des sentiments de la nature , Et la vérité de nos cœurs ; Feu follet, qui brilles pour nuire, Charme des mortels insensés , ESPRIT, je viens ici détruire Les autels que l'on t'a dressés. Et toi , fatale poésie , C'est lui...
Page 405 - C'eft un droit qu'à la porte on acheté en entrant. Il faut qu'en cent façons .pour plaire, il fe replie: Que tantôt il s'élève , & tantôt s'humilie ; Qu'en nobles fentimens il foit par tout fécond : Qu'il foit aifé , folide , agréable , profond ; Que de traits furprenans fans cefle il nous ré veille : ' Qu'il coure dans fes Vers de merveille en merveille! Et que tout ce qu'il dit , facile à retenir , • ' .De fon Ouvrage en nous laifle un long fouvenir...

Informations bibliographiques