Essai historique sur la ville de Bayeux et son arrondissement

Couverture
T. Chalopin, 1829 - 427 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 294 - Alors le curé, d'une voix forte, lui a prononcé en ces termes les défenses prescrites par le rituel : Je te défends de sortir sans ton habit de ladre. Je te défends de sortir nu-pieds. Je te défends de passer par des ruelles étroites. Je te défends de parler à quelqu'un lorsqu'il sera sous le vent. Je te défends d'aller dans aucune église , dans aucun moutier, dans aucune foire, dans aucun marché , dans aucune réunion d'hommes quelconque.
Page 60 - La veille des Rois, dans les campagnes, on allume des torches de paille ou des tiges de molêne enduites de goudron ; et les maîtres, les domestiques et les enfans courent les champs en chantant à gorge déployée les vers ci-dessus. Après avoir bien chanté, bien couru, et brûlé la mousse des pommiers, on revient se mettre à table ; le cidre coule à longs flots, et le repas se prolonge bien avant dans la nuit. Les gens de la campagne croient que...
Page 119 - Peu s'en fallut alors que cette tapisserie ne fût coupée par bandes pour servir à l'ornement d'un char civique. Enfin le génie des arts l'a conservée, et elle est en sûreté dans l'un de nos dépôts nationaux , en attendant qu'elle fasse l'ornement de notre musée.
Page 132 - ... représentation du conquest d'Angleterre, laquelle est tendue environ la nef de l'église le jour et par les octaves des reliques.
Page 131 - ... esté perles, pierres et fermailles d'or émailliez. — Item ung aultre mantel duquel, comme l'en dit, la duchesse estoit vestue quand elle espousa le duc Guillaume, tout semey de petits ymages d'or tiré à or fraiz par devant et pour tout le bort de bas enrichiz de fermailles d'or émailliez et de camayeux et autres pierres...
Page 373 - Pluquet a rencontré les hommes les plus processifs qu'il y ait au monde. « Pour une vétille, ditil, pour la plus légère discussion, ils vous menacent du sergent, et il faut, disent-ils, que la gueule du juge en pette. Ces hommes, simples en apparence, sont familiarisés avec les termes les plus ardus de la chicane ; ils parlent de pétitoire, de possessoire, de déclinatoire, d'action récursoire et de référés, aussi bien qu'un vieil huissier.
Page 375 - Le baillif vendange, le prévost grappe, Le procureur prend, le sergent happe, Le seigneur n'a rien s'il ne leur échappe.
Page 122 - Élie. naissance des médailles, au sous-préfet de l'arrondissement de Bayeux. " CITOYEN, — "Je vous renvoie la tapisserie brodée par la reine Mathilde, épouse de Guillaume-leConquérant. Le premier consul a vu avec intérêt ce précieux monument de notre histoire ; il a applaudi aux soins que les habitants de la ville de Bayeux ont apporté depuis sept siècles et demi à sa conservation. Il m'a chargé de leur témoigner toute sa satisfaction et de leur en confier encore le dépôt. Invitez-les...
Page 384 - ... paraît qu'avant la révocation de l'édit de Nantes , on agissait déjà assez sévèrement à l'égard des Protestans. On en peut juger par une harangue prononcée en i670 , en présence de Louis XIV, par l'un des leurs, Pierre Dubosc, ministre à Vaucelles ( Calvados) :
Page 354 - Ier , en 1 1 06 ; et la seconde les armes de la maison d'Argouges , où se trouve pour cimier la Foi, représentée sous la figure d'une femme nue , avec la devise ou cri de guerre : à la fé\ « à la foi » , que le peuple prononçait : à la fée. Ça Dame ïï' La rue Saint-Quentin, qui aboutit au pont Isbert ou Trubert, était jadis un chemin creux, couvert , tortueux et étroit.

Informations bibliographiques