Essais historiques sur Orléans ou description topographique et critique de cette capitale et de ses environs

Couverture
Couret de Villeneuve, 1778 - 210 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 114 - ... rablement , mais elle fit seulement mettre du vin dans une •» tasse d'argent, où elle mit moitié d'eau et cinq ou six soupes » dedans , qu'elle mangeast et ne prist austre chouse tout » ce jour pour manger n'y boire , quoiqu'elle eust été tout » le jour à cheval , puis s'alla coucher en la chambre qui > lui avoit esté ordonnée et avec elle estoient la femme et la » fille dudict trésorier laquelle fille coucha avec la dicte » Jeanne. » Daulon , ce brave et honorable chevalier...
Page 161 - Item, aux Frères Mendians, Aux dévotes & aux Béguines , « Tant de Paris que d'Orléans, Tant turpelins que turpelines, De grafies Coupes Jacobines , Et flans leur fais oblation. Ces Béguines qui , comme chacun fçait , étoient de...
Page 204 - Correfpondant de l'Académie Royale des Infcriptions & Belles-Lettres de Paris , des Académies de Touloufe, de Bordeaux , de Cac'n , &c.
Page 177 - Nous, Gaston, fils de France, frère unique du roi, duc d'Orléans , de Chartres , de Valois , comte de Blois...
Page 25 - Chartrain n'étoit , à proprement parler , qu'une grande étendue de bois ; les Druides mêmes à qui ce canton des Gaules fembloit être...
Page 76 - Elles sont ornées de médaillons qui représentent les principaux traits de la vie de Jésus-Christ et de trophées et de groupes d'un très bon goût de dessein, et de l'exécution la plus parfaite. Elles ont été faites par Jules Dugoulon, en 1706, ainsi qu'il se voit dans le ruban dela première médaille, en entrant par la porte du jubé.
Page 152 - Capucins d'Orléans, p. 152, dit que « les curieux y admirent un tableau qui représente un Pape, accompagné de quelques cardinaux, qui fait l'ouverture du tombeau de saint François. Ce morceau précieux est de Snelle; d'autres disent de Blanchard. » Ce grand tableau (h. 2, 62; l.
Page 56 - ... forte , que l'année fuivante y *' étant venu camper avec deux Légions , il fallut conftruire des baraques pour loger le Soldat.
Page 164 - Car soudain qu'ils furent entrés en la dite forêt, et que les frelons lui eurent livré l'assaut, elle dégaina sa queue; et si bien s'escarmouchant les esmoucha qu'elle en abattit tout le bois; à tort, à travers, deçà, delà, par-ci, par-là, de long, de large, dessus, dessous, abattait bois comme un faucheur fait d'herbes, en sorte que depuis n'y eut ni bois ni frelons. Mais fut tout le pays réduit en campagne. Quoi voyant Gargantua y prit plaisir bien grand, sans autrement s'en vanter.
Page 155 - Saint-Loup; et pour salaire, était donné à la com« pagnie, par l'abbesse, une oie, un quartier de mouton, « une douzaine de pains de chacun deux deniers parisis,

Informations bibliographiques