Le mouvement religieux dans la Haute-Garonne sous le consulat d'après la correspondance préfectorale

Couverture
Librairie É. Privat, 1907 - 255 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 61 - Sa Sainteté, pour le bien de la paix et l'heureux rétablissement de la religion catholique, déclare que ni elle ni ses successeurs ne troubleront, en aucune manière, les acquéreurs des biens ecclésiastiques aliénés, et qu'en conséquence la propriété de ces mêmes biens, les droits et revenus y attachés, demeureront incommutables entre leurs mains, ou celles de leurs ayants cause.
Page 130 - Aucune cérémonie religieuse n'aura lieu hors des édifices consacrés au culte catholique dans les villes où il ya des temples destinés à différents cultes.
Page 155 - Les vicaires et desservants seront choisis parmi les ecclésiastiques pensionnés en exécution des lois de l'Assemblée constituante. Le montant de ces pensions et le produit des oblations •formeront leur traitement.
Page 65 - Mais pour ne plus rien donner à la théorie trompeuse des illusions et assurer à la fois à la jeunesse française une instruction convenable et pourtant appropriée aux moyens, aux besoins, aux convenances, aux localités, je vous invite à me fournir une réponse prompte et exacte aux questions suivantes. « Vous profiterez de la session actuelle des conseils d'arrondissement pour obtenir des renseignements : 1° sur le nombre des établissements d'instruction publique dans l'arrondissement...
Page 89 - C'est là, dit Polybe, que pour n'être pas obligé de donner un pouvoir dangereux à quelques hommes, la plus forte crainte doit être celle des dieux. Le Gouvernement n'avait donc point à balancer sur le principe général d'après lequel il devait agir dans la conduite des affaires religieuses.
Page 24 - Cette loi, en déterminant une condition nouvelle, unique et simple à l'exercice des fonctions religieuses doit être considérée comme une révocation expresse et positive de toutes les conditions prescrites pour le même objet par les lois antérieures. Vous devez donc admettre à la déclaration de fidélité à la constitution tous les ministres d'un culte quelconque, sans égard à leur état politique, antérieurement au 21 nivôse dernier.
Page 23 - Que les temples de toutes les religions soient donc ouverts; que toutes les consciences soient libres; que tous les cultes soient également respectés, mais que...
Page 65 - ... convenable , et pourtant appropriée aux moyens, aux besoins, aux convenances, aux localités, je vous invite à me fournir une réponse , prompte et exacte , aux questions suivantes : Vous profiterez de la session actuelle des Conseils d'arrondissement, pour obtenir les renseignements dont j'ai besoin. 1° Quel était le nombre des établissements d'instruction publique dans l'arrondissement , avant la Révolution ? 2° Quel était le nombre des maîtres et des élèves pour chacun ? 3°...
Page 89 - Si l'on n'est pas préoccupé du bien, on le sera du mal : l'esprit et le cœur ne peuvent demeurer vides. Quand il n'y aura plus de religion , il n'y aura plus ni patrie ni société pour des hommes qui, en recouvrant leur indépendance, n'auront que la force pour en abuser.
Page 22 - ... encore aujourd'hui la source de beaucoup d'incertitudes dans l'administration publique. Ces incertitudes n'existeraient pas, si la loi du 21 nivôse dernier, qui exige de tous les ministres du culte, qui veulent commencer ou continuer l'exercice de leurs fonctions, une promesse de fidélité à la Constitution, avait été interprêtée comme elle doit l'être. Cette loi, en déterminant une condition nouvelle, unique et simple, à l'exercice des fonctions religieuses, doit être considérée...

Informations bibliographiques