Extension du domaine de la manipulation

Couverture
Grasset, 8 oct. 2008 - 288 pages
1 Commentaire
A la place de l’injonction « Enrichissez-vous ! » qui caractérise l’ère industrielle au dix-neuvième, le nouveau mot d’ordre de nos sociétés performantes mais soucieuses de l’apparence pourrait être : travaillez pour être vraiment heureux ! « Le leader d’aujourd’hui est tout d’abord celui qui réussit dans son travail... » Mais n’est-ce pas un mensonge ? Une injonction contradictoire qui demande une chose et son contraire : performance et épanouissement, engagement et flexibilité, employabilité et confiance, autonomie et conformité, volontarisme et souplesse. N’y aurait-il pas une perversité contemporaine, au cœur même de l’entreprise, à s’appuyer sur le couple bonheur et labeur ? Que signifie l’extension du domaine du management dans tous les domaines de la vie, y compris la vie privée (les coachs) ? N’est-ce pas la marque d’une nouvelle instrumentalisation. ? Qui sont les nouveaux leaders qu’on nous présente comme des héros ? Leur modèle est-il vraiment à suivre ? Jamais l’angoisse n’a été aussi forte dans le monde de l’économie, jusqu’aux suicides. Jamais la revalorisation du mot « travail » n’est ainsi revenu sur toutes les lèvres politiques. Michela Marzano, en philosophe mais aussi en polémiste, a fouillé la littérature du management, les bibles du développement personnel, scruté les coulisses du « coaching » et autres thérapeutes comportementalistes. Las ! Le résultat est édifiant.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

À propos de l'auteur (2008)

Née à Rome en 1970, ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieur de Pise, Michela Marzano est Professeur de philosophie à l'Université Paris Descartes. Elle est l’auteur, entre autres, de Penser le corps (PUF, 2002), Extension du domaine de la manipulation (Grasset, 2008), Le Contrat de défiance (Grasset, 2011), Légère comme un papillon (Grasset, 2012), Tout ce que je sais de l’amour (Stock, 2014). Ses livres sont traduits dans de nombreux pays.

Informations bibliographiques