Opuscules de M. F***.

Couverture
Chez Arkiter & Merkus, 1753
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 67 - Il ya dans les Etats où l'on fait le plus de » cas de la liberté des lois qui la violent contre un seul ; et » j'avoue que l'usage des peuples les plus libres qui aient jamais » été sur la terre me fait croire qu'il...
Page 47 - Le principe de la monarchie se corrompt lorsque des âmes singulièrement lâches tirent vanité de la grandeur que pourrait avoir leur servitude, et qu'elles croient que ce qui fait que l'on doit tout au prince fait que l'on ne doit rien à sa patrie.
Page 146 - Un État bien policé tire cette subsistance du fond des arts mêmes; il donne aux uns les travaux dont ils sont capables; il enseigne les autres à travailler, ce qui fait déjà un travail...
Page 85 - L'abus extrême de l'efclavage eft lorfqu'il eft en même temps perfonnel & réel. Telle étoit la fervitude des Ilotes chez les Lacédémoniens ; ils étoient fournis à tous les travaux hors de la maifon, & à toutes fortes d'infultes dans la maifon : cette ilotie eft contre la nature des chofes.
Page 155 - ... le médiateur un grand juge; une telle religion ne doit point avoir de crimes inexpiables. Mais, quoiqu'elle donne des craintes et des espérances à tous, elle fait...
Page 81 - Il est faux qu'il soit permis de tuer dans la guerre autrement que dans le cas de .nécessité: mais dès qu'un homme en a fait un autre esclave , on ne peut pas dire qu'il ait été dans la nécessité de le tuer , puisqu'il ne l'a pas fait.
Page 147 - La question n'est pas de savoir s'il vaudroit mieux qu'un certain homme ou qu'un certain peuple n'eût point de religion que d'abuser de celle qu'il a; mais de savoir quel est le moindre mal, que l'on abuse quelquefois de la religion, ou qu'il n'y en ait point du tout parmi les hommes.
Page 215 - C'est un beau spectacle que celui des lois féodales : un chêne antique s'élève ' ; l'œil en voit de loin les feuillages ; il approche ; il en voit la tige ; mais il n'en aperçoit point les racines; il faut percer la terre pour les trouver.
Page 421 - QUAND les fauvages de la Louifiane veulent avoir du fruit, ils coupent l'arbre au pied, & cueillent le fruit (a).
Page 13 - Les vertus qu'on nous y montre sont toujours moins ce que l'on doit aux autres que ce que l'on se doit à soi-même : elles ne sont pas tant ce qui nous appelle vers nos concitoyens que ce qui nous en distingue.

Informations bibliographiques