Esprit des livres défendus ou antilogies philosophiques: ouvrage dans lequel on a recueilli les morceaux les plus curieux & les plus intéressans sur la religion, la philosophie, les sciences & les arts, extrait des livres philosophiques les plus modernes, & les plus connus

Couverture

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 560 - Ce pain , cet aliment dans mon corps digéré , Se transforme en un lait doucement préparé; Comment, toujours filtré dans...
Page 546 - Ce sont vingt mille francs qu'il m'en pourra coûter; Mais pour vingt mille francs j'aurai droit de pester Contre l'iniquité de la nature humaine, Et de nourrir pour elle une immortelle haine.
Page 543 - ... qui trouvent toujours que tout va bien, parce qu'ils ont intérêt que rien n'aille mieux; qui sont toujours contents de tout le monde, parce qu'ils ne se soucient de personne ; qui, autour d'une bonne table, soutiennent qu'il n'est pas vrai que le peuple ait faim ; qui, le gousset bien garni, trouvent fort mauvais qu'on déclame en faveur des pauvres ; qui, de leur maison bien...
Page 539 - ... à jouer celui que le monde pardonne le moins, le ridicule de la vertu : c'est ce qu'il a fait dans le Misanthrope.
Page 543 - ... de tout le monde, parce qu'ils ne se soucient de personne; qui, autour d'une bonne table, soutiennent qu'il n'est pas vrai que le peuple ait faim; qui, le gousset bien garni, trouvent fort mauvais qu'on déclame en faveur des pauvres; qui, de leur maison bien fermée, verraient voler, piller, égorger, massacrer tout...
Page 342 - C'est assez que cinq ans ton audace effrontée, Sur des ailes de cire aux étoiles montée, Princes et rois ait osé défier : La fortune t'appelle au rang de ses victimes, Et le ciel, accusé de supporter tes crimes, Est résolu de se justifier. STANCES (Pour Charles Chabot, comte de Charny.) ENFIN ma patience et les soins que j'ai pris Ont selon me...
Page 12 - Athènes on chantoit des chansons lugubres dans lesquelles on rapportoit les avantures d'Erigone , vagabonde et réduite à la mendicité. En Egypte on ne se présentoir jamais aux temples pour y prier les dieux qu'avec quelques herbes sauvages à la main en mémoire des ancêtres qui n'avoient point eu d'autre nourriture. Dans les jours mêmes qui sembloient destinés...
Page 457 - Croit-on la nature bizarre, Pour nous aujourd'hui plus avare „ Que pour les Grecs et les Romains ? De nos aînés mère idolâtre , West-elle plus que la marâtre Du reste grossier des humains?

Informations bibliographiques