Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain. Trad, Volume 11

Couverture
1828
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 28 - ... du pain et du vin au corps et au sang de Jésus-Christ, et ce nom lui vient de la confection même de la sainte Eucharistie, appelée le sacrement par excellence.
Page 338 - Romains vit encore dans cette âme fortement trempée et éclate dans les homélies qu'il prononçait le jour de la fête de saint Pierre et de saint Paul...
Page 111 - Naples, ville qui jusqu'alors avait repoussé toutes les attaques des Lombards. Sergius, maître des soldats et chef de cette république, sortit, avec les principaux citoyens, d'une ville où il ne voyait pas sans horreur s'établir une domination étrangère : il se retira dans Averse; et, lorsqu'avec l'aide des Grecs et celle des citoyens fidèles à leur patrie, il eut rassemblé assez d'argent pour satisfaire l'avidité des aventuriers normands, il vint à leur tête attaquer la garnison du...
Page 364 - ... fixait à peine les regards du législateur. Les assises de Jérusalem daignèrent s'occuper des vilains, des esclaves, des paysans ou cultivateurs, des captifs pris à la guerre ; mais on ne les regarda que comme une propriété dont on voulait assurer la jouissance à ses légitimes possesseurs; ceux qui les avaient perdus pouvaient les réclamer comme des chiens ou des faucons ; la valeur d'un faucon et d'un esclave était la même : on estimait deux fois plus un cheval de bataille qu'un paysan...
Page 414 - Il sî lassa bientôt de sacriGer ses intérêts et sa santé sur une côte stérile , et la prise d'Acre fut le signal de son départ. Il laissa dix mille soldats et cinq cents chevaliers, sous les ordres du duc de Bourgogne, pour la défense de la terre sainte; ce qui ne lui fit pas pardonner sa désertion. Le roi d'Angleterre, quoique inférieur en dignité, surpassait son rival en richesses et en renommée militaire ; et si une valeur brutale et féroce...
Page 418 - Acre, que le sultan avait surpris la ville de Jaffa, il embarqua quelques troupes sur des vaisseaux marchands qui se trouvaient dans le port, et sauta le premier sur le rivage. Sa présence releva le courage des défenseurs de la citadelle, et soixante mille Turcs ou Sarrasins prirent la fuite en apprenant son arrivée. Instruits de la faiblesse de son escorte , ils reparurent dans la matinée du lendemain -, ils le trouvèrent campé sans précautions devant les portes, avec dix-sept chevaliers...
Page 348 - Après avoir passé au fil de l'épée soixante-dix mille musulmans et brûlé les Juifs dans leur synagogue, ils purent encore conserver une multitude de captifs que l'avarice ou la fatigue du carnage leur fit épargner. Tancrède fut le seul de ces féroces héros de la croix qui laissât voir quelques sentimens de compassion : on peut cependant accorder des éloges à la clémence intéressée de Raimond , qui accorda une capitulation et un sauf-conduit à la garnison de la citadelle (es).
Page 349 - ... que l'infection des cadavres produisit une maladie épidémique. Tancrède , disent les chroniques , fut le seul , entre ces féroces guerriers , qui laissât voir quelques sentimens de compassion. Le Saint Sépulcre était enfin libre , et les vainqueurs se préparèrent à accomplir leur vœu. La tête et les pieds nus , le cœur contrit et dans une humble posture , ils montèrent le Calvaire au milieu des antiennes chantées à haute voix par le clergé ; ils purent imprimer leurs lèvres...
Page 277 - La froide philosophie de notre siècle ne concevra pas la vive impression que produisit cette promesse sur des âmes criminelles et fanatiques. A la voix de leur pasteur, les brigands, les meurtriers, les incendiaires , accouraient par milliers, pour racheter leur âme, en transportant chez les infidèles les fureurs qu'ils avaient exercées dans leur patrie. Les coupables , de tous les rangs et de toutes les espèces, adoptèrent avidement ce nouveau moyen d'expiation. Nul n'était pur, nul ne pouvait...
Page 335 - Le saint apôtre lui avait dit : « Va dans l'église de mon frère Pierre à Antioche. « Près du maître-autel tu trouveras, en creusant la » terre , le fer de la lance qui perça le flanc de notre » Rédempteur. Dans trois jours , cet instrument de » salut éternel sera manifesté à ses disciples. Ce fer » mystique , porté à la tête de l'armée , opérera la » délivrance des chrétiens et percera le cœur des infi

Informations bibliographiques