Chronique de la régence et du règne de Louis XV (1718-1763): ou, Journal de Barbier

Couverture
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 280 - Ainsi donc vous réunissez Tous les arts , tous les goûts , tous les talents de plaire : Pompadour, vous embellissez La cour, le Parnasse, et Cythère. Charme de tous les cœurs , trésor d'un seul mortel , Qu'un sort, si beau soit éternel ! Que vos jours précieux soient marqués par des fêtes ; Que la paix dans nos champs revienne avec Louis! Soyez tous deux sans ennemis, Et tous deux gardez vos conquêtes.
Page 48 - Votre Majesté sont si rapides, qu'il s'agit de ménager la croyance des descendants, et d'adoucir la surprise des miracles, de peur que les héros ne se dispensent de les suivre, et les peuples de les croire. Non, sire, il n'est...
Page 226 - et condition qu'ils soient, aient pour ladite Bulle le « respect et la soumission qui sont dus au jugement de « l'Église universelle en matière de doctrine.
Page 494 - Sur vingt seigneurs de la Cour, il y en a quinze qui ne vivent point avec leurs femmes et qui ont des maîtresses; rien n'est même si commun à Paris entre particuliers : il est donc ridicule de vouloir que le Roi, qui est bien le maître, soit de pire condition que ses sujets et que tous les rois ses prédécesseurs.
Page 220 - On sait, il est vrai , que la ville est endettée et qu'elle évite les dépenses. Quoi qu'il en soit, on a fait, dès le soir même , les couplets suivants : Monsieur le prévôt des marchands , Ma foi vous vous moquez des grrv.
Page 212 - Ce sont donc ces fadaises qui ont occupé et amusé tout Paris, de manière qu'on ne peut aller dans aucune maison qu'on n'en trouve de pendus à toutes les cheminées.
Page 289 - Fontevraull ; on dit que c'est la règle quand les princesses ont quinze ans. Madame la maréchale de Duras et autres dames ont été la rechercher; elles ont trouvé en chemin un détachement de la maison, et le 24 de ce mois, le Roi et M. le Dauphin ont été au-devant d'elle, la recevoir à l'étang du Plessis-Piquet et l'ont conduite à Versailles. Cette princesse est assez grande, formée, assez puissante, plus jolie qu'autrement, les yeux beaux, plus brune que blanche et fort enjouée. Le 29...
Page 16 - Navarre, avec des intermèdes exécutés par les acteurs de l'Opéra, dont la musique a été faite par Rameau, en sorte que, pour ces préparatifs et les répétitions, il n'ya point eu à Paris Opéra ni Comédie dimanche, lundi et mardi. On dit déjà, sur ce qu'on en a vu, que cette pièce est longue, ennuyeuse et mauvaise.
Page 338 - Des prince.; malheureux vous n'êtes plus l'asile. Vos ennemis vaincus aux champs de Fontenoy, A leurs propres vainqueurs ont imposé la toi, Et cette indigne paix qu'Aragon vous procure Est pour eux un triomphe et pour vous une injure.
Page 389 - Le second, de les faire contribuer, comme les autres sujets, aux charges de l'État, ce qui serait juste : d'autant que, par leurs différents dons gratuits, pour lesquels même ils font des emprunts, ils payent peu de chose en comparaison des autres. Le troisième, de soulager le bas clergé qui est opprimé par les évêques. Les curés de tout le royaume, et tous les petits bénéficiers, sont accablés de décimes par la répartition qui se fait dans chaque diocèse, au lieu qu'ils ne payeraient,...

Informations bibliographiques