Images de page
PDF

Arrest de reception de M. le duc de la Feuillade à la dignité de Pair de France au Parlement. Du 26. Novembre 17 16.

Extrait des registres du Parlement.

EU par la cour, les grand'chambre & tournelle assemblées, l'information faite ( d'office à la requête du procureur general du roi le vingt-troisiéme Novembre present mois, de l'ordonnance d'icelle par le conseiller à ce commis des vie, mœurs, conversation, religion catholique, apostolique & romaine, fidelité au service du roi, valeur & experience au fait des armes, de Messire Louis d'Aubusson de la Feuillade, duc de Rouannois, gouverneur du Dauphiné, lieutenant general des armées du roi, fils & heritier par benefice d'inventaire de Messire François d'Aubusson duc de Rouannois, marêchal de France. Les lettres d'érection du duché de Rouannois en Pairie, du mois d'avril 1667. en faveur dudit sieur François d'Aubusson de la Feuillade & de ses hoirs & descendans mâles en legitime mariage. La requête par lui presentée à la cour à fin d'être reçû en ladite dignité de Pair, au bas de laquelle est l'ordonnance de soit montré au procureur general du roi du 7. Septembre 1667. L'extrait baptistaire dudit Messire Louis d'Aubusson de la Feuillade du 18. Novembre 1674. L'arrêt d'enregistrement desdites lettres du 2. Septcmbre 17 16. & la requête par lui presentée à la cour à fin d'être reçû en la dignité de Pair de France. Conclusions du procureur general du roi : Oüi le rapport de Me. Thomas Dreux conseiller : la matiere mise en déliberation ; la cour a arrêté & ordonné que ledit Messire Louis d'Aubusson de la Feuillade sera reçu en la qualité & dignité de duc de Rouannois Pair de France, en prétant le serment de bien & fidellement servir & assister le roi en ses trés grandes & importantes affaires, & prenant séance en la cour, garder les ordonnances, rendre la justice aux pauvres comme aux riches, tenir les déliberations de la cour secrettes, & en tout se comporter comme un bon, sage, vertueux & magnanime Pair de France doit faire, & à l'instant mandé, ayant quitté son épée, a fait ledit serment & repris son épée, il a été reçû & eu rang & séance en la cour. Fait à Paris en Parlement le vingt-sixiéme Novembre 1716. Collationné MAN G o T, & signe, DoNGo Is. Avec paraphe.

[ocr errors][graphic]
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

( e ) pag. 81 5"

( f) Gal. Christ.

rom. 1 1. edit. i.ov• col. 586.

[ocr errors][merged small][ocr errors][subsumed][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

Il est à présumer que les seigneurs d'Aubusson, que l'on trouve qualifiez Vicomtes dans le commencement du dixiéme siecle , étoient issus de quelqu'un de ceux qui au rapport d'Aymar de Chabanois (a) avoient été honorez de ce titre dans le Limosin par le roi Eudes, immédiatement aprés qu'il se fut fait couronner roi d'Aquitainc dans la ville de Limoges l'an 887. Baluze (b) dit que ces vicomtes furent créés au nombre de trois; sçavoir, Foucher de Segur pour le haut Limosin; Adhemar des Echelles pour le bas Limosin, & Ranulfe d'Aubusson, pour la partie de cette province, que l'on nomme la Marche.

Ceux qui ont quelque connoissance de l'antiquité, sçavent, ainsi que l'a remarqué du Bouchet, que les comtes beneficiaires envoyez par nos rois de la seconde race, pour gouverner les diverses provinces du royaume, eurent en même temps des lieutenans pour exercer leurs fonctions dans leur absence. Cet emploi ne fut donné alors qu'aux plus grands seigneurs du pays, & pour les connoître chacun en particulier, l'on ajoutoit le nom de la terre la plus considerable qu ils posledoient, à celui de leur dignité. Quoique ces emplois de vicomtes ne fussent que personnels, leurs descendans s'en firent depuis un titre d'honneur. C'est ainsi que les seigneurs de Rochechouart , de Turenne, de Polignac, d'Aubusson, & quelques autres se sont toujours titrez vicomtes, & que la terre principale de chacun d'eux a été regardée comme un vicomté, parce que quelqu'uns de leurs ancêtres avoient été lieutenans des comtes, qui gouvernoient les provinces.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

( f) Ilid.fol. 534.

(g) Ibid. fol.646

(h) Ibid. p. 413

l'abbé Aymon , & le vicomte Rainaud. Il fit don en qualité de vicomte d'Au

busson , au monasterc de Tulles , des mas qui lui appartencient dans le village A

[ocr errors]
[merged small][ocr errors]

B

[ocr errors][ocr errors][merged small]
[ocr errors]

une donation qu'elle fit au prieuré de S. Denis de la Chapelle-Aude en Berry, où elle se

dit femme de Rainaud vicomte d'Aubuslon, & ajoute qu'elle fait ce don par le conseil d'Humbaud son pere, & par la volonté de ses deux fils Ranulfe & Guillaume. Ce fut sous le regne du roi Philippe I. Hildebert étant archevêque de Bourges. Baluze fait un anachronisme de cent années , ( e ) en disant que cela se passa entre les années 993. & 997. qui furent celles de l archiepiscopat de ce prelat, d'où il conclut qu'apparamment Rainaud Cabridel (il devoit écrire Ranulfe ) qu'il dit mari d'Adelais d'U

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

riec, avoit été tué avant l'an 997. au lieu que l'archevêque Hildebert, ou plûtôt Aude

[ocr errors]
[ocr errors]
« PrécédentContinuer »