Images de page
PDF

À destituez que dans le cas de forfaiture jugée, qui étoit le cas de droit, ledit Maza

B

rini condamné aux dépens, & qu'acte leur fût donné de l emploi pour écritures & productions sur ladite demande, sur laquelle requéte auroit été mis sur la demande en droit & joint & acte de l'emploi ; avertissement dudit Mazarini du septiéme jour de fevrier 1722. requête dudit Mazarini du neuf employée pour défenses , écritures & productions ; production nouvelle dudit Marquis par requête du vingt-neufjanvier 1722. contredits dudit Mazarini du septiéme jour de fevrier audit an, Conclusions du procureur general du roy, tout joint & consideré, notredite cour faisant droit sur le tout , sans s'arrêter à l'intervention desdits Rapine & consors, a reçû ledit Mazarini-Mancini, duc de Nevers, opposant à l'execution de l'arrêt du quatorziéme

[ocr errors]
[ocr errors]

Le trente-un mars 1722. signifié à M. Pequin & Soulas, procureurs, Signé, PoUJoT. avec paraphe.

[merged small][merged small][ocr errors][merged small]

OUIS par la grace de Dieu, roi de France & de Navarre : Au premier des

huissiers de notre cour de Parlement, ou autre premier notre huissier ou sergent sur ce requis. Sçavoir faisons, qu'entre dame Marie Comeau de Creancé , veuve de messire Pierre Joumard chevalier, marquis d'Argence, appellante des ordonnances rendues par le lieutenant general de Nevers, les 2. & 28. aoust, & de la sentence du sixiéme jour de septembre 172 1. & de tout ce qui s'en est ensuivi, d'une part; & maître Jacques-François Rapine de sainte Marie, lieutenant general au bailliage de Nivernois , & maître Gascoing procureur general fiscal audit siége , intimez d'autre part ; & entre meslire Philippes-Jules-François Mazarini-Mancini, duc de Nivernois & Donziois, Pair de France, Grand d'Espagne du premier ordre , gouverneur & lieutenant general pour Nous dans lesdites provinces de Nivernois & Donziois, appellant de l'apposition des scellez faite par le sieur Porcher, juge de la terre de Villaine, & plus ancien praticien de la justice de ladite terre, sur les effets delaissez

[ocr errors]

par messire Pierre Jeumard , chevalier, marquis d'Argence, à la requête de dame Marie Comeau de Creancé sa veuve , & demandeur en requête du 2o. decembre 1721. à ce qu'il plût à notre cour de recevoir partie intervenante dans la cause pendant en notre cour entre ladite dame veuve d'Argence, sur l'appel par elle interjettée des ordonnances rendues par le lieutenant general du bailliage de Nevers, des 2. & 28. aoust 1721, & de la sentence rendue audit bailliage le 6 de septembre de la même année, sur lequel appel les Officiers dudit siége ont été intimez , donner acte à monsieur le duc de Nevers, de ce que pour moyens d'intervention il employe le contenu en sa requête, faisant droit sur l'intervention & sur ledit ap

[ocr errors]

bien jugé des ordonnances & sentence par eux rendues : Ce faisant, mettre l'appellation au néant, ordonner que les ordonnances & sentence seront cxccutées, decla

[ocr errors]

juge de la terre de Villaine , sur les effets delaissés par ledit défunt sieur marquis d'Argence son mari, & tout ce qui s'en est ensuivi, ensemble les actes de tutelle ou curatelle qu'elle auroit fait faire à ses enfans mineurs, & dudit défunt sieur marquis d'Argence, soit pardevant le juge de sa terre de Villaine , ou autres juges autres que ceux dudit bailliage du duché-Pairie de Nivernois , ordonner que par les Officiers dudit bailliage il sera procedé à l'apposition des scellez sur les effets dudit sieur marquis d'Argence, & à la levée d'iceux ; à l'effet de quoi ladite dame marquise d'Argence, sera tenue à la premiere sommation qui lui en sera faite, de leur faire ouverture des portes du château, de la terre de Villaine & autres maisons, soit de la succession dudit défunt sieur marquis d'Argence , ou de la dame sa veuve, sinon & à faute de ce faire, qu'il sera permis aux Officiers d'en faire faire l'ouverture par le premier serrurier, ou marêchal trouvé sur les lieux ; que pardevant les mêmes Officiers il sera procedé à la diligence du procureur general fiscal dudit bailliage, à nouvelle élection de tuteurs & curateurs aux enfans mineurs dudit défunt sieur marquis d'Argence; que défenses seront faites auxjuges de la terre de Villaine, & à tous autresjuges des gentilshommes & vassaux du duché, & ausdits gentilshommes & vassaux de se pourvoir ailleurs que pardevant le bailly de Nivernois, soit pour apposer ou faire apposer des scellez aprés le décés des nobles & vassaux du duché, soit pour faire élire des tuteurs ou curateurs à leurs enfans mineurs , à peine de nullité , & sous telle autre peine qu'il plaira à notre cour d'ordonner , & pour l'avoir fait par la dame marquise d'Argence , la condamner aux dommages interêts de M. le duc de Nevers, sans préjudice de ceux qui peuvent être prétendus par les officiers dudit bailliage de Nevers, & la condamner aux dépens d'autre part ; ladite dame marquise d'Argence, intimée & défenderesse, & lesdits sieurs Rapine de Sainte Marie & Gascoing , défendeurs d'autre part ; & entre ladite dame marquise d'Argence, demanderesle en deux requêtes des 27. juillet & 5. aoust 1722. la premiere tendante à ce qu'en venant par les parties plaider sur l'appel interjetté par ladite dame marquise d Argence , des ordonnances du lieutenant general de Nevers des 25. & 28. aoust 172 I. de la sentence par défaut du 6. de septembre suivant , & de ce qui a suivi , & sur la requête d'intervention de M. le duc de Nevers du 2o. de decembre 172 1. il plût à notre cour , sans s'arrêter à l'intervention & demande de M. le duc de Nevers ; portées par sa requête dudit jour 2o. de decembre 1721. mettre les appellations interjettées par ladite dame marquise d'Argence , & ce, au néant, émendant , déclarer toute la procédure faite par les officiers de Nevers, nulle, & lcur faire défenses de se transporter sans être requis dans les maisons des gentilshommes de leur ressort, & de troubler la dame marquise d'Argence dans sa tutelle, & ses officiers dans leurs fonctions , & pour l'avoir fait les condamner en 2ooo. livres de dommages & interêts, & en tous les dépens : la seconde, à ce que ladite dame marquise d'Argence, fût reçûë opposante à l'execution de l'arrêt contre elle obtenu par défaut par M. le duc de Nevers & ses officiers au bailliage de Nevers le 11. de juillet dernier, signifiée le 29. faisant droit sur l'opposition , declarer la procedure nulle , au principal que les parties en viendront au premier jour, d'autre part; Et · entre M. le duc de Nevers & les officiers du bailliage dudit duché de Nevers, défendeurs d'autre , & entre M. le duc de Nevers demandeur en requête du 7. du present mois de juin 1723. à ce qu'il plût à notre cour, en venant par les parties plaider, donner acte à M. le duc de Nevers de ce qu'il prend le fait & cause des officiers de son bailliage & Pairie de Nivernois, recevoir entant que besoin M. le duc de Nevers appellant , en adherant à ses premieres appellations de la sentence du

A

A du juge de la justice de Villainc, par laquelle ladite dame d'Argence a été nommée · tutrice de ses enfans; faisant droit sur toutes lesdites appellations, les mettant &

ce dont est appel au neant, adjugeant à M. le duc de Nevers les fins & conclusions par lui prises par ses précedentes requêtes; ordonner que l'arrêt qui interviendroit seroit lû & publié dans les justices des terres & seigneuries du duché de Nivernois, mouvantes, relevantes & ressortissantes au bailliage & Pairie dudit duché, & registré au greffe desdites justices, & ses juges & autres officiers d'icelles tenus de s'y conformer ainsi que les seigneurs vassaux dudit duché, à peine de tous dommages, interéts & dépens, & condamner ladite dame d'Argence en tous les dépens, même en ceux des transports des officiers de M. le duc de Nevers audit lieu de Villaine, d'autres part; & ladite dame marquise d'Argence, défenderesle d'autre part, aprés qu'Aubry, avocat de la veuve d'Argence, & Pillon avocat de M. le duc de Nevers & des officiers du bailliage & Pairie de Nevers ont été ouis, ensemble Daguesseau pour notre procureur general, notredite cour reçoit la partie d'Aubry, opposante à l'arrêt par défaut, reçoit la partie de Pillon partie intervenante : faisant droit au principal sans s'arrêter à la requête de la partie d'Aubry, entant que touche l'appel interjetté par la partie d'Aubry, des ordonnances & sentences renduës par les officiers du bailliage & Pairie de Nevers, a mis & met l'appellation au neant, ordonne que ce dont a été appellé sortira effet, entant que touche l'appel interjetté par la partie de Pillon des actes d'apposition de scellé, création de tuteur, confection d'inventaire faits par le juge de Villaine, a mis & met l'appellation & ce dont a été appellé au neant, émendant declare lesdits actes nuls, maintient & garde la partie de Pillon dans le droit & possession, tant de faire apposer par les officiers, scellez sur les biens des nobles du duché-Pairie de Nivernois & Donziois, que de créer des tuteurs, curateurs aux mêmes nobles, proceder à la confection des inventaires ; cn consequence, ordonne que de nouveau il sera procedé par les officiers du bailliage & Pairie de Nevers à l'apposition, levée de scellé, création de tuteurs &

| confection d'inventaires : fait défenses au juge de Villaine, & à tous autres, d'entre

prendre sur les droits des officiers du duché de Nivernois & Donziois, à peine de dommage & interêts envers les officiers du duché; condamne la partie d'Aubry envers les parties de Pillon aux dépens des causes principales & d'appel, même aux frais des transports & procés verbaux faits sur les lieux par les officiers de Nevers : ordonne que le présent arrêt sera lû & publié dans toutes les justices des vassaux dudit duché, & registré au greffe d'icelles. Si mandons au premier desdits huissiers de notredite cour de parlement, ou autre premier notre huissier ou sergent sur ce requis, mettre le présent arrêt à exécution, de ce faire te donnons pouvoir. Donné en notredite cour de parlement le vingt-septiéme juin l'an de grace 1723. & de notre regne le huitiéme. Collationné, RICHARD. Par la chambre, ISABEAU. Et scellé le vingt-huitiéme août 1723. Signé, BoUcHER.

- - - - » Tomte V. - A 6

[graphic]
[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][graphic]
[merged small][ocr errors][merged small]

3. JAcoMELLA (alias) JAcQUELINE Mancini Lucii, est mentionnée comme VeuVc dans un titre du 3o. novembre 141 1.

[ocr errors][merged small]

I AURENT Omni-sancti Mancini de Lucii, nommé dans les actes citez cyl_ dessus des années 1395. 1 398. & 14 14 acheta le 17. juin 1415. pour le prix de 1o. ducats d'or, de Laurent Scazii, procureur de Marguerite de Utina, une maison située dans le quartier de Trevi avec ses confins. Il en acquit une autre située dans le même quartier, paroisle de Sainte Marie in via lata , pour le prix de 3oo. florins, de François Ruedi, par acte du 7. fevrier 1422. & est nommé dans un autre contrat d'achat du 19. fevrier 143 I. Il fit un échange le 19. septembre 144o. avec les chanoines de Sainte Marie in via lata d'une vigne qui lui appartenoit, située au lieu dit Preta Papa, pour une de leur maisons sise dans le quartier de Trevi qu'ils lui cederent , & acheta le 3 juin 1441; pour le prix de ;oco. florins de Jacques Conti , fils de Nicolas Conti comte d'Anguillara , le château ruiné , dit Leprignana, avec tout son territoire & ses dépendances, situé hors la porte de S. Pancrace. Il fit son testament le 21 janvier 1444. par lequel il institua heritiers universels, Jacques, Etienn e& Julien Mancini ses fils, Cecca, Antonia & Vannoza ses filles. On voit dans l'Eglise de Ara-cali une épitaphe de L. Mancini, mort en 1447. le 1. septembre, il y a apparence que c'est celle de ce Laurent Mancini. Il y est dit ! que le roy Alphonse le fit chevalier, elle commence ainsi : Lucia Stirps claris olim lucebat alumnis, & c.

[ocr errors]

I. JAcQUEs Mancini s'obligea le 3o. decembre 1453. pour les fils & heritiers de Julien Mancini son frere, & fit son testament le 13. Juin 1465. par lequel il institua heritier Alexandre Mancini son neveu, fils de Julien.

Femme LUcINIA Bobacina-Cavalieri , est nommée dans les contrats de mariage de ses deux filles de l'an 1451.

I. CosTANzA Mancini, épousa par contrat du 14. septembre 145 I. Gregoire
Cola-janni de l'Isle.

11. PAuLINA Mancini , mariée par contrat du 1o. novembre 1451. à Pierre
Marcellini. -

[ocr errors]

. ÉTIENNE Mancini, est nommé avec ses freres dans un titre du 12. septembre
1457. où se trouvent les quittances des legs à eux faits par le testament de leur
pere. Il y est fait mention du droit de patronage qu'ils ont dans leur chapelle
de S. Thomas en l'église des saints Apôtres.

. JULIEN Mancini, qui suit. - - -
4. & 5. CEcc A & ANToNIA Mancini, nommées avec leurs freres & leur sœur

" au testament de leur pere.
6. VANNozA Mancini, femme de Jacques dello Scuto, suivant un acte du trois

juin 149z. -

[ocr errors]

I I I.

[ocr errors]

Femme, JACOMELLA ou JACQUELINE Muti , nommée dans l'acte de I45 5. 1. ALEXANDRE Mancini, qui suit. 2. LouIsE Mancini Lucii, épousa François-Pierre-Matthieu Albertoni, dont elle étoit veuve le 3.juin 1492. lors de la donation qu'elle fit en faveur de Sebastienne, fille de Jacques dello Scuto, & de Vannoza Mancini Lucii. 3. CAMILLE Mancini Lucii, est nommée dans un acte du 7. octobre 1495 .

« PrécédentContinuer »