Images de page
PDF
[ocr errors][ocr errors][merged small]
[ocr errors][ocr errors]

Pour l'ereciion de la baronnie de Graville en duché & pairie. Extrait d'un registre de minutes d'un secretaire d'état sous Charles IX. fol. 1 o6. verso.

[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small]

L À seigneurie de Montargis, fut érigée en duché & donnée à RENE'E de France, fille du roy Louis XII. veuve d'H E RCULES d'Est, duc de Ferrare, pour en jouir en recompense de ce qu'elle pouvoit prétendre au duché de Bretagne. Les lettres de cette érection furent données à Villers-Cotterets le vingt

quatre decembre 157o. & ne furent point enregistrées, Voyez tome 1, de cette histoire, page 128. ·

Tome W. R. 9

[graphic]
[merged small][ocr errors]

- ENRY, comte de Clermont & de Tonnerre, fut nommé duc & pair par

brevet du 1. mai 1571. confirmé par un autre du 1o. juin 1572. ces deux brevets n'eurent point d'exécution. La genealogie de la maison de CLERM O N T- B TONNERRE, sera rapportée dans la suite de cette histoire, chapitre des grands maîtres des caux & forêts de France.

Du I. may 1571.

REVET par lequel le roi en consideration des services qu'il a reçûs du sieur comte de Clermont, au siége de Poitiers & à la bataille de Montcontour, & de ce qu'il a épousé la duchesse douairiere de Nevers, lui promet ériger le comté de Clermont, premier comté & baronnie de Dauphiné en duché & Pairie de France. Aujourd'huy, premier jour de mai l'an 157 I. le roi étant à Nogent-le-Roy, desirant reconnoître les services signalez que le comte de Clermont lui a rendus aux derniers troubles, particulierement à défendre la ville de Poitiers, & à la bataille de C Montcontour, à l'exemple du comte de Clermont son pere & de ses prédecesseurs, qui ont tous fait des services recommandables à la couronne ; & pour lui donner tant plus de moyen & d'occasion de continuer, a pour ces considerations & même de son mariage avec la duchesse douairiere de Nevers, accordé & accorde l'érection du comté de Clermont , le plus ancien & la premiere baronnie du Dauphiné, en duché & Pairie de France, en faveur du sieur # Clermont le fils, en faisant que ledit sieur comte de Clermont son pere lui délaisse ledit comté, voulant ledit seigneur à cette fin qu'audit cas toutes lettres necessaires lui soient expediées ainsi qu'il m'a commandé de faire ; & cependant pour témoigner de son intention le present brevet qu'il a voulu signer de sa main, & être contresigné par moi secretaire d'état & de ses finances.Signé, CHARLES. Et plus bas, DE NEuFvILLE.

[merged small][ocr errors][merged small]
[graphic]

- - -

[ocr errors][ocr errors]

E comté de Brienne fut érigé en duché-pairie en faveur de CHARLES de Luxembourg, comte de Brienne, chevalier des ordres du roy, par lettres patentes du mois de may 1587. Le parlement refusa de les enregistrer par arrêt du quatre mars 1588. & persista nonobstant les lettres de jussion des 29. mars & 13. aoust de la même année. Ce seigneur mourut sans enfans le 23. novembre A 16o5. comme il a été dit tome III. de cette hist. page 731. se trouve la genealogie des comtes de Brienne de la maison de Luxembourg. Voyez les lettres qui suivent comcernant cette érection.

[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

ENRY, par la grace de Dieu, roy de France & de Pologne, à tous presens

. / & à venir, salut. Comme toute republique bien ordonnée se maintient & conserve, partie par les remunerations, partie par les peines & supplices, le premier pour recompenser ceux dont les prédecesseurs ou eux ont bien merité du public, & par même moyen acheminer les autres à même vouloir ; le second pour détourner les gens vicieux de mal faire, & qu'entre les recompenses il n'y en ait point de telle recommandation que celle qui gist en la distribution des honneurs, comme principaux instrumens & outils pour parvenir à la vertu : or est-il qu'entre les familles C anciennes de cettui notre royaume qui ont fait plusieurs devoirs de la manutention de toute la chrétienté, celle de Luxembourg est l'une des plus recommandables & illustres, comme celle qui a produit quatre empereurs consecutifs, & dont les filles ont été diversement alliées par mariages, tant à la maison de France, qu'à autres rois & princes souverains ; en laquelle famille notre amé & féal cousin Charles de Luxembourg, comte de Brienne & Ligny, a cet honneur de tenir le lieu d'aînesse & primogeniture par - dessus tous les autres seigneurs de ce nom, & comme tel a succedé audit comté de Brienne, lequel de tout temps & ancienneté étoit l'un des comtez & pairies de notre comté de Champagne auparavant qu'il fust réuni à notre couronne, & n'est pas raisonnable que celui qui provient d'une tige si illustre, A & qui attouche par proximité de lignage la plus grande partie des princes & potentats de l'Europe, demeure en simple titre de comte, eu égard mêmement que anciennement ladite dignité de comte temps pour temps n'étoit pas moindre en son endroit que celle de duc maintenant. Nous pour ces causes & autres bonnes considerations à ce nous mouvans , avons créé & érigé , & par ces presentes créons & érigeons en titre de duché & pairie ledit comté de Brienne, ses appartenances & dépendances , pour en jouir par notredit cousin & ses hoirs mâles, en tous honneurs, privileges , prérogatives , profits & émolumens qui appartiennent à ladite dignité de duc & pair de France, à la charge toutesfois que ledit duché tombant en quenouille, & défaillant les hoirs mâles , il reprendra ladite qualité de comté, & y pourront succeder les filles. Aussi voulons & nous plaît que toutes les appellations dudit duché & pairie ressortissent nuement en notre cour de parlement. Si donnons en mandement à nos amez & feaux les gens tenans notre cour de parlement & chambre de nos comptes, & à tous nos autres officiers & sujets qu'il appartiendra , que du contenu en ces presentes ils fassent & souffrent jouir notredit cousin, le tout nonobstant tous édits & ordonnances à ce contraires , même notre édit sur l'érection des duchez, marquisats & comtez, ausquels nous avons dérogé & dérogeons : Car tel est notre plaisir. Donné à Paris au mois de septembre l'an de grace 1587. & de notre regne le quatorze. Ainsi signé sur le reply, Par le roy, BRUSLART. Et sur ledit reply, Visa, & scellé de C1IC VCrtC.

[graphic]

Extrait des registres du parlement.

C# jour, veu par la cour, les grand'Chambre & tournelle assemblées, les lettres Lpatentes du roy en forme de chartes, données à Paris au mois de septembre C 1587 & scellées sur le reply, Par le roy, BRus LART, par lesquelles & pour les causes à plein y contenues, ledit seigneur roy a créé & érigé en titre de duché & pairie le comté de Brienne, ses appartenances & dépendances, pour en jouir par messire Charles de Luxembourg & ses hoirs masles en tous honneurs , prérogatives & privileges à la dignité de duc & pair de France appartenans , à la charge que ledit duché tombant en quenouille, & défaillans les hoirs mâles, il reprendra ladite qualité de comté , & y pourront succeder les filles, comme plus au long le contiennent lesdites lettres ; la requête presentée à ladite cour par ledit Charles de Luxembourg, comte de Brienne, à fin de la verification desdites lettres , conclusions du procureur general du roy, la matiere mise en déliberation , lesdites grand'chambre & tournelle assemblées : la cour a arrêté & ordonne qu'elle ne peut proceder à la verification desdites lettres. Fait en parlement le vendredy quatriéme jour de mars 1588. Ainsi signé, Du TILLET.

Du 29. Mars 1588. D

ENRY, par la grace de Dieu, roy de France & de Pologne; à nos amez & feaux les gens tenans notre cour de Parlement de Paris , Salut. Nous avons fait voir en notre conseil privé l'arrest par vous donné le quatriéme jour du present mois de mars, contenant le refus par vous fait de proceder à la verification des lettres en forme de chartes de nous obtenues par notre amé & feal cousin Charles de Luxembourg comte de Brienne & de Ligny au mois de septembre dernier par lesquelles & pour les causes y contenues , nous avons créé & érigé en titre de duché & Pairie ledit comté de Brienne aux charges & conditions y mentionnées, & pour ce que nous desirons que notredit cousin jouisse du fruit & effet desdites lettres, même que nous n'avons jamais entendu que la rigueur de notre édit s'étendit aux anciens comtez, tel qu'est le comté de Brienne, ni és familles illustres telle qu'est la famille des seigneurs de Luxembourg, tige ancienne de quatre ou cinq empereurs, de laquelle famille notredit cousin est aujourd'huy le chef en cetuy notre royaume, & même que pour cette consideration avons ja érigé en duché & Pairie la baronnie de Piney qui étoit du partage de Brienne , en faveur de notre bien amé & feal cousin messire Francois de Luxembourg, qui tient lieu de puîné de certe maison. A ces causes nous vous mandons, commandons & trés-expressément enjoignons que sans nous arrêter audit arrcst ainsi par vous donné, comme dit est, vous ayez toute longueur & dif-, ficulté

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

OS amez & feaux, nous avons entendu que avez fait quelque difficulté à la verification des lettres d'érection en duché & Pairie du comté de Brienne, B comme contrevenant à notre ordonnance sur ce faite ; Et parce que nous mémoratifs que auparavant icelle ordonnance avions érigé ledit comté en duché & Pairie par notre propre mouvement & de notre parole, sans toutefois qu'il en eût été rien écrit; Nous desirant notredite parole sortir effet, tant en consideration de la grandeur de la famille de Luxembourg dont sont islus plusieurs empereurs, & de laquelle notre cousin à present comte de Brienne est le chef, que pour la longue ancienneté dudit comté, même pour les bons & agreables services que notredit cousin nous fit l'an assé à la suite de notre camp , & que nous esperons encore de lui d'icy en avant, § vous mandons & expressément enjoignons, que sans vous arrêter à ladite ordonnance, vous ayez à proceder à la verification de ladite érection, comme ne s'en étant encore présenté aucune de tel privilege & recommandation que celle-cy pour les raisons susdites : en ce faisant ferez chose qui nous sera agréable. Donné à Chartres le 13. aoust 1588. ainsi signé , HENRY. Et plus bas, BRusLART. Et sur la suscription desdites lettres est écrit. A nos amez & feaux conseillers les gens tenans notre cour de parlement à Paris, collationné à l'original par moi conseiller notaire & secretaire du roy & de ses finances. Signé, GRIFFoN.

[merged small][graphic]
« PrécédentContinuer »