Images de page
PDF
[ocr errors][merged small][ocr errors]

Du mois d'Avril 1652.

OUIS, par la grace de Dieu, roy de France & de Navarre, comte de Barce

lonne, Roussillon & Cerdaigne, à tous présens & à venir, salut. Considerans qu'il n'y a rien qui convienne mieux à la grandeur & à l'équité des roys, que d'élever aux principales dignitez de leurs érats, ceux qui les ont meritez par leurs services, & de les faire jouir de celles dont ils ont été honorez pour cette raison avec tous les avantages qui y appartiennent, & qui sont les plus glorieuses marques de leur valeur & vertu, nous avons estimé que le feu roy notre trés honoré seigneur & pere de glorieuse memoire que Dieu absolve, ayant donné à notre trés-cher & trés-amé cousin, Philippe de la Mothe Houdancort, marêchal de France , viceroy & notre lieutenant general en notre prcvince & en notre armée de Catalogne , le duché de Cardonne, avec tous les privileges & droits dont jouissent les autres ducs dans ce royaume, en consideration des recommandables &"signalez services qu'il lui avoit rendus & à cette couronne, il étoit bien raisonnable de l'en faire jouir en sorte qu'il n'y eut point de lieu d'y apporter aucune difficulté à l'advenir, & sçachant qu'à cause que la dignité de pair de France n'a pas été exprimée dans les lettres du feu roy, l'on a prétendu que notredit cousin ne pouvoit recevoir dans le royaume les mêmes honneurs & prérogatives qu'ont ceux de cette qualité, & que ledit duché de Cardonne est un des plus nobles & premiers fiefs, non seulement de notre province de Catalogne, mais de toute l'Espagne , que la qualité de grand audit royaume y est inséparablement unie, & qu'elle a diverses conformitez avec celle de pair de France, jugeant aussi qu'elle peut être donnée audit duché sans aucune consequence , nous avons resolu d'expliquer l'intention du feu roy le plus favorablement qu'il se pourroit pour notredit cousin selon son merite, & voulant lui témoigner la parfaite satisfaction que nous avons de sa conduite, & des nouvelles preuves qu'il a données de sa fidelité & affection à notre service, en se portant comme il a fait dans un temps si difficile en notredit pays de Catalogne, où il exerce lesdites charges de notredit viceroy & lieutenant general en nos provinces & en nos armées, & s'employe trésutilement pour la conservation de notre trés-fidelle ville de Barcelonne & de tout le pays, avec une estime & approbation generale des peuples, desirans en outre faire connoître à nos sujets de ladite province qui signalent tous les jours leur fidelité inviolable vers nous & notre couronne contre nos ennemis declarez, que ceux d'entr'eux qui ont des titres & dignitez doivent se promettre d'être reconnus & honorez dans notre royaume ainsi qu'ils le sont dans ledit pays; sçavoir faisons que nous pour ces causes & autres bonnes considerations à ce nous mouvans , ayant fait voir à notre conseil les lettres patentes du feu roy notredit seigneur & pere du mois d'octobre 1642. par lesquelles il auroit donné & octroyé, transporté & délaissé à notredit cousin le marêchal de la Mothe Houdancourt, ledit duché de Cardonne avec ses appartenances & dépendances, pour en jouir par lui, ses hoirs & ayans cause à toujours, comme de leur propre heritage, ensemble des honneurs autoritez, prérogatives, prééminences, rang , séance, privileges, droits, profits & revenus appartenans audit duché & à la qualité & dignité de duc, tout ainsi que font les autres qui en sont revêtus dans ce royaume, sans aucune chose en excepter, retenir, ni reserver pour nous & nos successeurs rois, sauf la foy, hommage & souveraineté avec leur ressort en l'audience royale de notre principat de Catalogne, de l'avis de notredit conseil, où étoient la reine notre trés-honorée dame & mere, aucuns princes, pairs & officiers de notre couronne, & autres grands & notables personnages de notredit conseil & de notre certaine science, pleine puissance & autorité royale, nous avons au lieu de ladite qualité de grand d'Espagne qui étoit attribuée, unie & incorporée audit duché de Cardonne, créé & érigé, créons & érigeons par ces présentes signées de notre main, icelui duché de Cardonne, ses appartenances & dépendances, en titre, nom & dignité de Pairie de France, voulons que notredit cousin, ses successeurs & ayans cause audit duché de Cardonne, en jouislent audit titre

[ocr errors][ocr errors]

DAMVIL LE,
D U C H É P A I R I E.

[ocr errors]
[ocr errors]

RANCOIS-CHRISTOPHE de Levis-Ventadour, neveu d'HENRY II. du

nom, duc de Montmorency & de Damville, Pair de France, obtint de nouvelles lettres de duché-Pairie pour la terre de Damville au mois de novembre 1648. qui n'ont point été enregistrées. Voyez tome IV. de cette hist. p. 235. & 238. où sont rapportées ces lettres. Voyez aussi pour la genealogie de la maison de Levis , même tome, page 11. Voyez encore cy-devant page 43. & suiv. pour l'érection de la terre de Damville en duché-Pairie en faveur de LOUIS-ALEXANDRE de Bourbon prince legitimé de France, & comte de Toulouse,

COLIGNY,

[graphic]
[ocr errors][merged small][merged small]

ASPARD de Coligny III. du nom, seigneur de Châtillon, maréchal de Fran2 ce, obtint du roy Louis XIV. un brevet du 18. aoust 1643. portant ére* ction de la terre de Châtillon sur Loing en duché & Pairie sous le nom de Coligny. Aprés sa mort, son fils GASPARD de Coligny IV. du nom, sollicita la même grace, & eut un nouveau brevet du 23. février 1646. portant confirmation du précedent, quant à l'érection de sa terre de Châtillon en duché & Pairie. La dénomination y fut seulement changée, & le roy voulut bien lui accorder qu'au lieu du titre de duché de Coligny, elle auroit celui de duché de Châtillon. Il y eut des lettres expediées en exécution de ce brevet au mois de novembre 1648. mais elles ne furent point enregistrées. Voyez les# qui suivent. La genealogie de la maison de Coligny sera rapportée dans la suite de cette histoire, chapitre DES MARECHAUX IDE FRANCE.

[merged small][ocr errors]
[graphic]
[ocr errors]

#revet du roy en faveur de Gaspard de Coligny, seigneur de Chastillon, par lequel il confirme l'erection en duché & Pairie de France deja faite de la terre de #.

[ocr errors][ocr errors][graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]

V I L L E M O R,
D U C H É

D'azur au chevron d'or accompagné en chef de 2. étoiles de me & en pointe d'un mouton passant d'argent.

A baronnie de Villemor & la seigneurie de S. Liebault en champagne, fu

rent érigées en duché, sous le nom de VILLEMOR, en faveur de PIERRE Seguier chancelier de France, & de ses successeurs tant mâles que femelles nez & à naître en loyal mariage par lettres données à Paris au mois de janvier 165o. suivies d'autres de l'an 165 I. portant relief de surannation pour leur enregistrement, mais ni les unes ni les autres ne furent enregistrées. Voyez les pieces qui suivent concernant cette érection. La genealogie de Seguier sera rapportée dans la suite de cette hist. chapitre des CHANCELIERS DE FRANCE.

[ocr errors]

D E V I L L E M O R.

D Lettres d'érection de Villemor & de S. Liebault en duché, sous le nom de Villemor , pour

Pierre Seguier, chancelier de France.

Du mois de janvier 165o.

OUIS, par la grace de Dieu, roy de France & de Navarre : A tous presens &

à venir , Salut. Les plus dignes marques que les rois puissent donner de leur bienveillance à ceux qui par leur vertu & par leurs services ont bien merité d'eux & du bien public , étant celles qui passent à leur posterité, & n'étant pas moins équitable d'honorer de titres illustres, tant ceux qui ont longuement & digncmcnt servi l'état dans les principales charges politiques & dans les plus importantes affaires, que ceux qui se sont signalez dans les plus avantageuses & glorieuses occasions de la guerre, nous avons consideré les grands , recommandables & laboricux services de notre trés-cher & feal le sieur Seguier, chevalier, chancelier de France, comte de Gien, baron de Villemor, seigneur de S. Licbault & autres lieux, lequel

[graphic]
« PrécédentContinuer »