Images de page
PDF

2. ADRIEN de Boufflers, qui suit. A I V. DRIEN de Boufflers écuyer. A Femme, CATERINE de Cunchy. 1, JEAN de Boufflers, mort sans avoir été marié. 2. HENRY de Boufflers, qui suit. 3. ROBERT de Boufflers, dont la posterité sera rapportée après celle de son frere aîné.

V. ENRY de Boufflers écuyer. B Femme , MICHELLE de Mailly , se remaria à Dom Louis Hernandez de ,- Cordouë, seigneur de Brevagnes, Espagnol, capitaine au païs des Lanes, fils de Gonçales H rnandez, surnommé le grand capitaine. Elle étoit fille de Pierre de Mailly , seigneur d'Auvillers & d'Armengaye de Dompmartin. (a) Haudiquier , MARtE de Boufflers, épousa3ean Morel, chevalier seigneur de Zecalus, (a) lequel nob. de Picard, p. se remaria à Caterine Pardo , dame " . 2 69. - - OBERT de Boufflers, écuyer, troisiéme fils d'ADRIEN de Boufflers & de CATERINE de Cunchy. Femme, LOUISE de Longueval, fille de Jean de Longueval & de Marie de Moyencourt.Elle étoit veuve en 1586. ( C

[ocr errors]

Femme, N. .. , de Reffin, fille de jean de Reffin, écuyer seigneur de Neufville en Bourjenval.

[graphic]
[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

deVelu. L) Iv. JEANNE de Boufflers, épousa Nicolas de Henne, lieutenant general de Bapaume, veuf de Caterine d'Outremepuis. I V. N.

[merged small][ocr errors][ocr errors]
[graphic]

PRES avoir donné la Genealogie de la Maison de Boufflers, avec lcs differentes branches que l'on a pu trouver; on a cru devoir y ajouter quelques extraits qui la conccrnent.

[ocr errors][ocr errors]

( , ) chantr. GHISLAIN de Boufflers écuyer, seigneur de Preux aux bois en 1573 (a)
des Comptes deLil-
le , titres des fiefs
de Hainault.

[ocr errors][ocr errors]
[graphic]
[ocr errors]

292929292S2S3S2S2S392$22$
C H A P I T R E VI I,

[merged small][ocr errors][ocr errors]

ES VICOMTEZ DEVAUX ET DE MELUN, avec la seigneurie de Maincy, furent érigez en duché sous le nom de Villars, en faveur de LOUIS-HECTOR, marquis de Villars, maréchal de France, & de ses enfans & descendans mâles en ligne directe, par lettres données à Versailles au mois de Septembre 17o5. registrées le 5 du même mois. Puis en duché-Pairie par autres lettres du mois de Septembre 17o9. registrées au parlemeut de Paris le 7 Avril 171o. Voyez les pieces qui suivent concernant cette

erection, aprés lesquelles on donnera la genealogie des seigneurs & ducs de Villars, Pairs de Franec.

PIECEs CONCERNANT LE DUCHE PAIRIE : D E V I L L A R S.

Erection de Vaux-le-Vicomte en duché , sous le nom de Villars, en faveur de Loüis-Heélor, - marquis de Villars, maréchal de France.

I OUIS par la grace de Dieu roi de France & de Navarre : Atous presens & à venir,

Salut. Les hommes nez pour les plus grandes choses n'ont point de motif plus septembre 17es.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

de Charles V. & de Charles VI. cinq archevêques de Vienne qui ont été de cette maison, .

[ocr errors]
[graphic]

estant venuë à vacquer par la mort du chevalier de la Rochefoucaud, Nous le choi- A simes pour la lui donner, & il finit cettc campagne sur la Mozelle & sur le Rhin sous les ordres de notre cousin le vicomte de Turenne, Nous le nommâmes l'hiver suivant pour aller cn Espagne feliciter de notre part le roi catholique sur sa convalescence. Il revint de Madrid nous rejoindre au siege de Mastricht en 1673. Il fit le reste de la campagne sous les ordres dudit vicomte de Turenne, qui marquoit l'opinion qu'il avoit de lui en le mettant de tous les partis commandez par les plus hardis partisans.Aprés avoir commencé la campagne de 1674. sous ledit vicomte de Turenne, il revint avec la gendarmerie en Flandres aux ordres de notre cousin le prince de Condé, & se trouva au combat de Senef, ou quoiqu'il eut été blessé au'commencement de l'action, il demeura jusqu'à la fin, & chargea plusieurs fois, malgré les grandes douleurs de sa blessure qui le firent B évanouir deux fois : aussi sur les témoignages que nous rendit de lui ledit prince de Condé, nous lui donnâmes un des trois régimens de cavalerie qui vacquerent en cette occasion. Dans les campagnes suivantes, il servit avec distinction sous les ordres de nos cousins les maréchaux de Luxembourg & de Crequy, & se trouva aux sieges de Condé & d'Aire, au secours de Mastricht, au siege de saint Omer, à la bataille de Cassel, au combat de Coquesberg où il fit six charges diffèrentes à la tête de son régiment , au combat de Kel, où commandant deux cent chevaux à la tête du combat, & profitant de l'obscurité de la nuit, il jetta p r sa hardiesse une si grande terreur parmi les troupes que commandoit le prince de Saxe-Eysenach, qu'il força une barriere & mit en déroute deux mille des ennemis qui y perdirent plus de cinq cent hommes tuez ou noyez dans le Rhin ou dans la C Kinche, & tout leur bagage. Il se trouva au siege de Fribourg , où il monta des premiers à l'assaut de la premiere muraille, au combat de Valkrik où il sauva le quartier de sa brigade investie par quatre mille hommes de pied des ennemis La campagne suivante il soutint au passage du ruisseau de Neufbourg l'arriere-garde poussée par mille chevaux, commandée par le prince Loüis de Bade, quitta son poste où il n'y avoit rien à faire & marcha diligemment aux ennemis, les chargea & les contint jusqu'à l'arrivée du secours. · Ce fut encore sous les ordres du maréchal de Crequy qu'il attaqua l'arriere-garde de l'armée de l'empereur, dans la vallée de Gueguembacq au passage de la Kinche, & fit risonnier le colonel qui y commandoit. Il se trouva au siege de Kel, monta le premier à l'assaut qui fut donné en plein jour , & où on remporta cette place. La guerre D étane sinie, Nous l'envoyâmes vers l'empereur, sur la mort de l'imperatrice Eleonor. Alors pour s'instruire dans les guerres étrangeres, il nous demanda permission de voir celle de Hongrie contre les Turcs, il y acquit la confiance de notre frere l'électeur de Baviere , & se trouva auprés de lui à la bataille d'Ersan , où les troupes imperiales remporterent une victoire complete. L'empereur informé per l'électeur combien il avoit contribué au gain de cette bataille lui en fit faire publiquement des remercimens par le comte de Straman son premier ministre , Nous jugeâmes alors du bien de notre service de lui ordonner de passer lhiver auprés de l electeur de Baviere ; & en effet, il travailla si vivement pour le persuader de se lier d'interêt avec Nous, que ce prince prit de nouveaux engagemens, & que l'empereur en con- E çut de l'ombrage , & envoya exprès à Munick le comte de Straman pour rompre cette negociation, en offrant à l'électeur le commandement general des troupes imperiales , à condition qu'il ne garderoit plus auprés de lui le marquis de Villars, Nous reconnûmes ses services à son retour, en lui donnant la charge de commissaire general de notre cavalerie, & Nous lui marquâmes notre confiance en le renvoyant auprés de l'électeur de Baviere , pour l'engager à ne se point declarer contre nous pendant le siege de Philisbourg, malgré les pressantes sollicitations du prince Louis de Bade, Nous employâmes le marquis de Villars à son retour au commandement . de nos troupes pendant l'hiver du côté de Tournay , en qualité de marêchal de camp, pour établir des contributions sur le pays ennemi, & iiréussit si bien dans son F emploi, que malgré les difficultez qu'apportoient les canaux de Bruges & du sas de Gand, il fit payer aux ennemis plus de trois millions de contributions, & marchant ensuite au bombardement de Liege, il prit le fort de Cheray , dont la garnison fut taillée en pieces. Nous lui donnâmes ensuite le commandement d'un corps d armée pour garder les lignes : il eut toute la vigilance possible pour la garde d'une aussi grande étenduë de pays, & le marquis de Castanaga étant venu avec une armée beaucoup plus forte pour les forcer, le marquis de Villars marcha diligemment au devant de lui, même au de-là des lignes, & se posta si bien que l'ennemi n'osa ni l'attaquer ni s'approcher des lignes, de-là il se trouva au combat de Leuze , où avec 12oo. chevaux il harcela la marche de l'arriere-garde ennemie, commandal'aile gauche dé

bordée

« PrécédentContinuer »