L'Année littéraire, ou, Suite des lettres sur quelques écrits de ce temps, Volume 1

Couverture
1782
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 327 - Ce n'était pas seulement le travail des hommes qui rendait ces pays étranges si bizarrement contrastés; la nature semblait encore prendre plaisir à s'y mettre en opposition avec elle-même, tant on la trouvait différente en un même lieu sous divers aspects.
Page 231 - Si le foir, par hazard, lorfqu'il vient de rentrer, Chez fa femme, un moment, il ofe fe montrer, On demande tout bas, quel homme ce peut être. S'il fe trouve quelqu'un qui le...
Page 352 - Troisième Voyage de Cook, ou Journal d'une expédition faite dans la mer Pacifique du Sud et du Nord, 1776, 1777, 1778, 1779 et 1780, traduit de l'anglais par M.
Page 231 - Monfieur; c'eft mon mari: II s'en ira bientôt : car jamais il ne foupe. Alors le férieux gagne toute la troupe,' Tous , d'un ennui marqué , femblent enveloppés : Le filence eft rompu par quelques mots coupés. L'Homme qui voit le Froid que fa préfence infpire...
Page 231 - Le foir, fi par hafard, quand il vient de rentrer, Chez fa femme, un moment il ofe fe montrer, On demande tout bas quel homme ce peut être ? S'il fe trouve quelqu'un qui le...
Page 334 - Un autre ufage qui ne me gênoit gueres moin*, c'étoit de voir , même chez des Magiftrats , la femme & les filles de la maifon , debout derriere ma chaife , fervir à table comme des domeftiques. La galanterie françoife fe feroit d'autant plus tourmentée à réparer cette incongruité , qu'avec la figure des Valaifanes , des' fervantes mêmes rendroient leurs fervices embarraflans.
Page 17 - Depuis qu'aux Tabarins les Foires sont ouvertes, Nous voyons le Préau s'enrichir de nos pertes ; Et là, les spectateurs, de couplets altérés, Gobent les Mirlitons qui les ont attirés ; Ils y courent en foule entendre des sornettes. Nous, pendant ce temps-là, nous grossissons nos dettes. Molière et les auteurs qui l'ont suivi...
Page 229 - Voilà le vrai motif de fa prudence extrême, Elle a le cœur fenfible & fe craint elle-même, Plus un homme à fes yeux mérite d'être aimé, Plus la froideur...
Page 62 - Digne d'Horace et de Newton , Et n'en pafle pas moins fa vie Avec le monde qui l'ennuie , Et des banquiers de Pharaon.
Page 53 - C'est le contraire en mon empire; Le sujet règne sur son roi. Diviser pour régner, la maxime est ancienne; Elle fut d'un tyran; ce n'est donc pas la mienne. Vous unir est mon vœu : j'aime la liberté; . Et si j'ai quelque volonté C'est que chacun fasse la sienne.

Informations bibliographiques