Images de page
PDF
ePub

de vous signaler; vous avez moins dissimulé une ambition et des espérances, qui, toutes justes qu'elles étoient, n'ont pas laissé que d'irriter l'amour-propre de vos rivaux..

Aussi, tandis qu'il a joui sans trouble de sa naissante renommée, avec quelle obstination ne vous a t-on pas disputé vos succès? Nul homme n'a tous les talens, nultalent même n'est égal dans toutes ses parties; en exagérer les défauts, en dissimuler le mérite, c'est le secret de la mauvaise foi, c'est l'abrégé de l'art de nuire. A peine a-t-on voulu reconnoître dans vos écrits ce goût pur, cette raison saine, qui en écarte sévèrement, et le sophisme ingénieux, et la vaine déclamation, et le précieux du langage, et les faux brillans de l'esprit. Si dans Warvick vous avez soutenu , par - la chaleur de l'éloquence, une action simple et

rapide, on vous a reproché d'en avoir négligé l'intrigue ; comme si l'objet de l'intrigue n'étoit pas rempli, quand l'intérêt croît d'acte en acte, et que l'emotion fait les mêmes progrès. Si dans Mélanie vous avez arraché des larmes, on a feint d'ignorer que la véritable action dramatique est dans les mouvemens de l'ame, on n'a voulu voir dans ces scènes si vives et si déchirantes qu'un dialogue sans action ; et lorsqu'entraîné par le charme d'un style simple sans négligence, plein sans roideur , noble sans faste, élégant presque sans parure, on étoit forcé, malgré soi, de lire et de relire ce drame attendrissant; la malignité,

sa

CO

ne

révoltée contre un plaisir involontaire, s'en consoloit, en se flattant de ne jamais voir Mélanie occuper le théâtre et y répandre ses douleurs. Enfin, Monsieur , quoique la vanité des petits talens, blessée par votre franchise et affligée par vos succès, ne vous trouvât rien moins que sédui. sant, elle vous accusoit de nous avoir séduits, lorsque, tout d'une voix, nous vous décernions les couronnes de l'éloquence et de la poésie. Le public même sourioit avec une maligne joie à cette foule d'ernemis obscurs qui s'efforçoient de vous déprimer, pour vous rendre, s'ils l'avoient pu, aussi méprisable qu'eux-mêines ; et cependant, dès qu'il y avoit parmi nous une place à remplir, ce publicindéfinissable se hâtoit de vous désigner, et de la demander pour vous : alternative de malice et d'équité bien étrange sans doute, mais naturelle au coeur humain! · Pour nous, Monsieur, sans nous séduire , vous nous avez intéressés, par le courage avec lequel nous vous avons vu lutter sans cesse contre le torrent de l'envie , et nous lui disions quelquefois : Tu as beau vouloir le submerger ; tu ne fais qu'exercer et accroître ses forces. Mersesprofundo; pulchrior evenit.

Dans ces disputes littéraires, où vous défendiez la cause commune du goût, nous vous avons souhaité quelquefois plus de modération, jamais plus de droiture, ni de sincérité. L'étude réfléchie des grands modèles, la connoissance approfondie de la saine littérature vous donnoient assez d'avantage : le sel du goût et de l'esprit n'a pas besoin d'être mêlé du sel amer de la satire. Vous avez laissé la ressource des personnalités à ces ames basses et viles que l'envieuse malignité tient à ses gages ; et digne de sentir le prix des vrais talens, commed'en partager la gloire , vous en avez été en même temps l'émule et le panegyriste. Voilà, Monsieur, ce qui vous distingue et vous ennoblit

à nos yeux.

Nous avons estimé en vous le zèle qui vous animoit pour la défense d'un homme illustre qui vous aime, et qui vous a comme adopté. Ses ennemis sont devenus les vôtres, et ses ennemis sont nombreux. La supériorité du génie est peut-être la plus importune de toutes; et dans l'espèce d'ostracisme que l'on exerce contre ces esprits élevés qui dominent l'opinion et qui pèsent sur tout un siècle, leurs admirateurs trop ardens sont traités comme leurs complices. On eût voulu de vous peut-être une admiration muette. Monsieur, le silence est d'un lâche, quand c'est à la reconnoissance, à la justice et à la vérité que la crainte étouffe la voix. J'ose donc vous féliciter d'avoir été sincère et juste aux dépens de votre repos. Je sais qu'on a pris ce courage pour de l'orgueil ; on eût mieux aimé des bassesses , et l'on vous en auroit cruellement puni. Laissez au temps et à votre conduite le soin de votre apologie , et reposez-vous sur la force invincible du bon goût et de la raison qui vous vengeront à leur tour.

Il y a, Monsieur, deux sortes de réputations littéraires : l'une est celle qui prend sa source dans l'opinion des gens de lettres , et qui de-là s'étend dans la société ; l'autre est celle qui prend sa source dans ces cercles légers et sérieusement frivoles ; qui , se dispersant dans le monde, y vont annoncer le talent qu'ils honorent de leur faveur. On peut comparer l'une à ces eaux vives qui coulent du sein des montagnes , et qui ne tarissent jamais; l'autre ressemble à ces eaux dormantes, qu'une pénible industrie amasse , élève et suspend à grands frais, pour leur donner un moment l'apparence d'une rapidité naturelle et d'une intarissable fécondité, mais qui, l'instant d'après, retombent, et s'écoulent avec une langueur mourante qui annonce leur épuisement. ! Cette célébrité, si bruyante et si rapidement passagère, n'a pas été la vôtre, et n'a pas été celle de M. Colardeau. Vous avez recherché l'un et l'autre, non pas l'opinion de la multitude , qui rarement remonte jusques aux gens de lettres , mais l'opinion des gens de lettres , qui descend vers la multitude, et qui l'entraîne tôt ou tard. Ce sont vos pairs qui, les premiers, ont apprécié vos talens, même celui qui vous distingue, et qui , j'ose le dire, a très peu de vrais juges, celui de bien écrire en vers.

L'art des vers dans sa nouveauté, avoit quelque chose de rnystérieux. Ce problême si compliqué, dont la solution consiste à réunir , dans une me

le

sure prescrite , l'artifice et le naturel, l'élégance et la précision, la contrainte et la liberté, l'harmonie et le coloris, la justesse de la pensée et de l'expression, et l'exactitude sévère de la cadence et de la rime ; cet art, sans cesse déguisé sous l'apparence d'une rencontre heureuse, présentoit successivement, dans la difficulté à vaincre, un nouvel objet de curiosité, et dans la difficulté vaincue un nouvel objet de surprise : ainsi, prestige du vers suffisoit alors, et au plaisir du lecteur, et au succès du poète.

Tout se déprise par l'habitude; et depuis que le merveilleux de cette langue nous est devenu familier, le poète est soumis à des lois plus sévères : le goût, plus froid , plus dédaigneux, ne pardonne rien au génie : on veut bien applaudir encore à l'habileté de l'artiste; mais on exige que son travail ne façonne que de l'or pur.

C'est dans ce moment d'indifférence et de sé. vérité que vous, Monsieur, et M. Colardeau, vous avez trouvé le goût des vers ; et vous avez eu tous les deux la gloire de le ranimer : vous, par une marche plus imposante, plus périodique, plus analogue à la haute éloquence, à laquelle vous avez su prêter la hardiesse des tours, le relief des images, la majesté du nombre et l'éclat des couleurs; lui , par des nuances plus douces, par une mélodie plus sensible , par une facilité de style pleine de mollesse et de grâce , sans négligence et sans langueur , où rien n'est entassé, ou cien n'est inutile , où chaque mot ne tient que

la

« PrécédentContinuer »